Thunder

Paul George est un grand malade : action à 4 points pour donner la victoire à OKC contre Philly, le summum de la clutchitude !

Paul George OKC

PG-13 !!!!!!!!!!!!

Source image : NBA League Pass

Samedi soir, on a eu la chance d’avoir une superbe affiche à 21h30 entre les Sixers et le Thunder. Mais surtout, on a eu la chance d’assister à un match complètement fou qui s’est joué dans les ultimes secondes. Et comme souvent cette saison, Paul George a posé ses couilles sur la table.

PG-13 a encore frappé ! Déjà auteur d’une saison de calibre MVP cette année, Paul George a ajouté un nouveau chef-d’oeuvre à sa campagne devant le public de Philadelphia. Avec 31 points, six rebonds, cinq passes décisives et trois interceptions, il a comme d’habitude apporté une grosse contribution des deux côtés du terrain. Mais il a surtout sorti le grand jeu dans le money time pour permettre à son équipe d’Oklahoma City de retrouver le goût de la victoire, elle qui restait sur cinq défaites en six matchs avant ce déplacement à Philly. Dans les dernières minutes de la partie, Paulo va enchaîner les actions de grande classe, avec comme point d’orgue un dernier shoot assassin pour crucifier les 76ers, qui pensaient peut-être avoir fait le plus dur. En effet, la bande à Brett Brown menait au score 115-113 à sept secondes du buzzer final après avoir réalisé un superbe come-back dans la dernière minute. Mais c’est à ce moment-là que George enclenche le mode serial killer et plante un incroyable trois points sur la tête de Jimmy Butler, avec la faute s’il vous plaît ! 117-115 OKC, Joel Embiid et ses potes sont en PLS, tandis qu’on assiste à un orgasme collectif sur le banc du Thunder. Philadelphia n’arrive pas à s’en remettre. Game over. Au final, PG-13 a inscrit quatorze points dans les six dernières minutes du quatrième quart-temps, dont trois tirs du parking. C’est ce qu’on appelle prendre le match à son compte et porter son équipe vers la victoire.

Grâce à cet exploit de Paul George, Oklahoma City a évité une défaite très très moche. Parce que le Thunder n’aurait jamais dû se retrouver dans une telle situation, c’est-à-dire mené au score à quelques secondes de la fin. En effet, les hommes de Billy Donovan avaient le match en main dans le quatrième quart-temps et ils se sont mis eux-mêmes dans la merde. Ils ont non seulement laissé filer une avance de onze points dans l’ultime période mais ils ont surtout fait n’importe quoi dans la dernière minute alors qu’ils menaient au score 111-107 après un tir primé de Terrance Ferguson. Voici ce qu’il s’est passé. D’abord, le Thunder accorde une action à trois points à Jimmy Butler. Ensuite, après deux lancers francs réussis par PG-13, Russell Westbrook commet une faute très intelligente (sa sixième en plus) sur Joel Embiid derrière l’arc. Résultat, trois lancers accordés, trois lancers francs marqués, deux équipes à égalité. Merci Brodie. Enfin, et là on atteint le comble de la connerie, Dennis Schroder (auteur pourtant d’un gros match en sortie de banc) envoie une passe dans les mains de…Butler sous la pression de Ben Simmons et Wilson Chandler, ce qui offre un lay-up à l’ancien joueur des Wolves. Bref, une fin de match gérée de façon catastrophique qui a failli foutre en l’air une performance globale solide de la part d’OKC. Parce que oui, à Philly, on a retrouvé le Thunder qu’on aime, pas celui des derniers matchs où la défense était en mode portes ouvertes. Face aux Sixers, l’une des équipes les plus chaudes du moment, Oklahoma City a fait preuve d’une belle intensité défensive (17 pertes de balle provoquées, dix interceptions, six contres) en jouant physique toute la soirée. Dans le même temps, le fait de perdre peu de ballons en attaque (seulement dix turnovers pour le Thunder) a empêché Philadelphia de véritablement jouer en transition et on a donc eu droit à beaucoup de jeu sur demi-terrain, ce qui a souvent tourné à l’avantage d’OKC.

Le Thunder n’est pas passé loin d’une défaite cruelle mais Paul George a une nouvelle fois joué les sauveurs. Avec les exploits de ce dernier, OKC vient peut-être de relancer la machine après une période compliquée. Quant aux Sixers, ils ont failli réussir le hold-up parfait. A eux désormais de se relever rapidement, car leur calendrier est hardcore

76ers

Thunder

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top