Hawks

Atlanta retrouve les joies de la victoire : les Hawks vont vite commencer à faire cliquer sur le League Pass

John Collins

Vince Carter m’a tout appris : un poster sur chaque joueur de la ligue.

Source Image : NBA League pass

Et merde, une victoire. On a du mal à savoir si les fans des Hawks sont heureux ou non de ce résultat, eux qui visent ouvertement la Draft 2019 et ses prospects de dingue. Et si en plus ils se mettent à nous sortir de grosses actions bien sales comme cette nuit, nous on va se mettre à cliquer sur eux un peu plus souvent. 

Il y a une quinzaine de jours on s’inquiétait du calendrier des Hawks et de leur capacité, ou leur incapacité, à remporter une win jusqu’à Noël. Il leur a donc fallu attendre dix matchs et la rencontre face aux Hornets pour relancer un compteur bloqué à trois petites unités depuis un bon moment. Pas d’affolement en Géorgie, l’objectif, clair et annoncé, reste la prochaine Draft et potentiellement l’un des hommes forts de Duke : un R.J. Barrett ou un Zion Williamson par exemple. Toutefois, dans cette propension à perdre des matchs, il faut développer les talents déjà présents et le duo qui donne actuellement satisfaction à Atlanta se nomme aujourd’hui Trae Young – John Collins. Cette nuit face à Charlotte, les deux joueurs ont récité une partition que nous pourrions voir très souvent ces prochains mois voire ces prochaines années. 18 points et 5 passes pour le meneur, 23 points et 11 rebonds pour l’intérieur… et une victoire dans les ultimes instants grâce au contre de Collins sur Kemba Walker. A noter également, la belle prestation en sortie de banc d’un Kent Bazemore à 20 points, qui a de surcroît inscrit le panier de la gagne.

Pour en revenir aux deux jeunots des Hawks, on a pu remarquer que leur complicité devient de plus en plus évidente. Deux joueurs au style de jeu spectaculaire ne peuvent que s’apprécier sur le parquet : on vous laissera d’ailleurs savourer le alley-oop de Collins, bien servi par qui, bah par son meneur pardi. Le genre de séquence qui nous rappelle, toutes proportions gardées, un autre duo qui alimentait les Top 10 il n’y a pas si longtemps encore. Ça ne vous rappelle rien les passes lobées pour l’intérieur qui va toucher l’horloge tout en envoyant un gros tomar ? Lob City version Hawks 2019, voilà ce à quoi nous pourrions être habitués prochainement, et si en plus Trae Young se met à devenir familier du shoot au logo, nous vous inviterons promptement à gratter du League Pass. S’agissant de Collins, il confirme pour sa part tout le bien que l’on pensait de lui, et pourrait cette année tourner en 18-10 sans trop de soucis. Fans d’Atlanta, on vous prie de ne pas vous enflammer de trop sur un talentueux poste 4 tout droit sorti de Wake Forest, on voit très bien l’idée et on est encore très loin du compte.

On comprends néanmoins pourquoi le board ne le faisait jouer que 25 min par match l’an dernier. Ses stats rapportées sur 36 minutes donnaient une saison rookie à 16 points, 11 rebonds et un peu moins de deux contres : plutôt bien pour un joueur drafté au 19ème rang. Le rythme de jeu des Hawks, parmi les plus rapides de la ligue, devrait lui permettre de briller. Lloyd Pierce devrait cette année lui donner carte blanche pour s’éclater aux côtés de Young, à condition bien sur de ne pas tout saloper ? En d’autres mots ? Ne gagnez pas trop souvent merci. Un peu de hype ne sera en tout cas pas de refus pour une franchise qui affichait le pire taux de remplissage l’an dernier et encore le deuxième plus mauvais cette année.

Travis Schlenk a enclenché le mode Process depuis son arrivée chez les Hawks. L’ordre est clair, on veut pas voir trop de victoires à la State Farm Arena, mais ça ne nous empêche pas de profiter des qualités des jeunes faucons avant d’en voir un autre les rejoindre l’an prochain, pour donner encore un peu plus un vrai avenir à la franchise. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top