Sixers

Jimmy Butler encense ses nouveaux teammates : attention, ça avait commencé comme ça la dernière fois

Jimmy Butler

« Et alors là j’ai pécho la meuf de KAT m’voyez ».

Source Image : NBA League Pass

On en a suffisamment parlé, en long, en large et en travers (de la gorge), Jimmy Butler est désormais un Sixers. Carrément adoubé par Allen Iverson hier soir, le joueur est heureux de sa nouvelle condition. Apparemment tout est facile avec ses nouveaux coéquipiers, on attend la suite.

Tout fraîchement arrivé du Minnesota, Jimmy Butler a déjà prouvé à toute la NBA qu’il n’avait rien perdu de ses qualités de All-Star. Premier match à la maison et premier game winner face aux Hornets samedi soir, un bon gros trois points en step back sur la pauvre tête de Dwayne Bacon, Jimmy Clutch vous salue bien. En une rencontre, le joueur a justifié son transfert au yeux des fans de la franchise et si pour l’instant ses stats ne sont pas mirobolantes, son implication défensive est en revanche impeccable. Il reprend ainsi parfaitement le rôle de Robert Covington, c’est à dire s’occuper chaque soir du meilleur extérieur adverse. S’il a pris cher toute la soirée contre Kemba Walker, qui lui en a collé soixante dans la truffe tout de même, il s’est rattrapé en sortant un contre venu d’ailleurs dans le money time. En plus de sa défense, il nous montre déjà les prémices d’une bonne connexion avec Ben Simmons qui le cherche constamment.

On sait qu’en obtenant Jimmy Butler, les Sixers se positionnent parmi les favoris du trône de l’Est. Une victoire à la maison plus tard et c’est toute la ville qui est en émoi devant le joueur. Les soutiens du public et des icônes de Philadelphie sont importants car l’été prochain, la diva pourra activer sa player option et tester le marché. L’opération séduction est donc lancée des deux côtés du périph. La franchise de Pennsylvanie sera certes la seule à pouvoir lui offrir un contrat max, mais rien n’est joué. Car Buckets est un malin, et il sait que s’il prouve qu’il est toujours un basketteur ultra dominant, il obtiendra des offres de partout et donc plus d’argent. Alors dorénavant, faisons attention aux propos sortant de sa bouche. Jimmy Butler doit se racheter une conduite. Autant vous dire que les récentes louanges à ses coéquipiers, elles sont sûrement sincères d’ailleurs, ne seront sûrement pas les dernières. Interrogé sur les qualités de sa nouvelle équipe, il a profité du micro de NBC Sports Philadelphia pour faire du classic Butler et rouvrir la plaie des fans des Wolves.

« C’est tellement fun de gagner. Tellement plus fun de jouer avec ces gars. Tout le monde veut gagner, et lorsque quelqu’un se trompe, vous lui parlez et il fait son job. Quand vous mettez cinq très bons joueurs de basket sur le terrain, le travail est plus facile parce que la balle va bouger. Les gars vont tirer lorsqu’ils sont ouverts ou passer vers le coéquipier démarqué. Le basket-ball, c’est aussi simple que ça. Avec un groupe pareil, c’est vraiment facile. »

Time ! Le couplet de Jimmy Butler est quand même un peu hardcore, et heureusement qu’il nous avait précisé il y a quelque jours qu’il n’avait jamais eu de problèmes avec ses coéquipiers. A l’entendre on peut penser que KAT et Wiggins sont deux gros bébés pleurnichards, et on n’est d’ailleurs peut-être pas loin de la vérité, tout particulièrement Andrew Wiggins qui semble avoir trouvé la cape d’invisibilité d’Harry Potter ces derniers temps. Le jeune joueur joue à l’envers un peu trop souvent (on note du mieux depuis le départ du grand méchant Loup) et ne défend pas toujours au mieux malgré ses qualités athlétiques hors du commun. Néanmoins on ne peut s’empêcher de penser qu’il y a quelque chose qu’on ne sait pas sur cette histoire. Une telle fracture entre coéquipiers n’a pas pu arriver toute seule et en tout cas, Jimmy Butler ne pourra plus se permettre de jouer à la Castafiore aux Sixers. Car si dominer mentalement des jeunes joueurs fragiles comme KAT et Wiggins est une chose, s’attaquer à la grande bouche de Joel Embiid en est une autre.

Jimmy Butler est donc ravi de son transfert à Philadelphie. Manquerait plus qu’il soit mécontent en fait. Le mec va jouer avec deux All-Stars ultra dominants dans une équipe qui vise peut-être bien le titre. Quand on pense qu’il voulait rejoindre Brooklyn à la base… Reste à savoir si l’embellie durera le temps de la saison, attention jeune homme on te surveille.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top