Bulls

Zach LaVine s’offre la quarantaine au Madison Square Garden : 41 points pour la gâchette des Bulls !

Zach LaVine
Source image : NBA League Pass

Un petit marathon en début de semaine ? Rien de mieux pour se mettre en jambes. Zach LaVine et les Bulls ont pu en profiter à New York cette nuit, avec une victoire en double-prolongation et un record personnel pour le kid de Chicago.

Clairement pas le plus beau match du siècle, clairement pas le genre de rencontre dont on se souviendra avec deux prolongations ultra-intenses et des équipes déterminées à l’emporter. En profondeur dans la Conférence Est, Knicks et Bulls se retrouvaient au Madison Square Garden ce lundi pour une affaire qui ferait certainement sourire Pat Ewing et Michael Jordan. Malheureusement pour les deux anciens amis-ennemis des années 90, l’ambiance était nettement différente qu’à l’époque pour l’affiche du jour. Une première mi-temps hachée, et pas à cause de défenses suffocantes malgré quelques gros highlights aériens, une seconde période un peu plus rythmée mais sans un mouvement de balle renversant, c’était un peu le coup du le moins mauvais l’emportera ce soir. Et pour le plus grand plaisir des fans venus s’amasser au MSG ce lundi, disons que le challenge était de repousser la fin de soirée le plus tard possible. Emmanuel Mudiay, Enes Kanter et Mario Hezonja d’un côté, Antonio Blakeney, Jabari Parker et Zach LaVine de l’autre, youpi. En naturels compétiteurs, les deux groupes se rentraient dedans et essayaient tout de même de l’emporter, mais c’est bien l’arrière des Bulls qui prenait le taureau par les cornes lors de la seconde prolongation, en scorant tout simplement les 8 points de son équipe dont le petit lancer-franc flippant de la gagne. Même LaVine se marrait sur la ligne, c’est dire l’ambiance du match.

Oui, Zach a lâché un sourire et un clin d’oeil à son banc en donnant un avantage définitif aux siens quasiment au buzzer, et quand on voit le début de saison du bonhomme il y a de quoi le comprendre. Depuis un an et demi, les fans de Chicago se demandaient ce qu’ils allaient obtenir en LaVine. Un potentiel scoreur, certes, mais jusqu’à quel niveau ? Et est-ce bien tout, le concernant ? En sortie de rééducation, l’ex-jumper des Wolves n’a pas perdu de temps et a aligné les cartons, comme pour justifier sa prolongation contractuelle encrée cet été. Trentaines, trentaines, vingtaines et maintenant quarantaine, Zach n’a pas passé une seule soirée sous la barre des 20 points cette saison. En terme de scoring, on peut dire ce qu’on veut sur son côté trou noir, avec une balle qui ne reviendra pas dans vos mains une fois qu’elle a atterri dans les siennes, mais le garçon a du métier offensif. L’aisance athlétique est de retour, la beauté du fouetté aussi, la confiance est à son maximum et le feu n’a jamais été aussi vert. C’est ce qui permet à LaVine de réaliser ces chouettes performances en début de saison, des perfs qui cachent sa défense irrégulière et ses nombreuses pertes de balles, mais on pose la question aux fans de Chicago : Zach et le retour à venir de Lauri Markkanen, en plus de Kris Dunn qui est lui aussi attendu, n’est-ce pas là une base prometteuse et autour de laquelle bosser, avec un potentiel nouveau coach dans les mois à venir ? Bien des franchises aimeraient avoir un scoreur de qualité, qu’il possède des oeillères aussi épaisses ou non.

On se marre, on se marre, et les résultats des Bulls sont peut-être aussi affligeants que leur jeu ou leur management, mais pendant qu’on ricane, Zach LaVine est aujourd’hui un des 10 scoreurs les plus prolifiques de toute la NBA. Coup de chaud ou pas, on appelle ça justifier son contrat.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top