3x3

La team Power remporte la BIG3 League : Corey Maggette a tenu son rang de MVP

Big3 League

La BIG3 League s’est achevé en beauté avec la victoire de la Team Power.

Source image : sneakernews.com

Vendredi soir se tenait la finale des Playoffs de la BIG3 League, entre la Team Power de Glen Davis et la 3’s Company d’Andre Emmett. La logique a été respectée, puisque l’équipe classée numéro 1 s’est imposé 51 à 43, derrière une grosse performance du MVP de la ligue d’été d’Ice Cube, Corey Maggette, qui a inscrit plus de la moitié des points de son équipe. Au calme.

Le match de clôture de la BIG3 League nous a donné un avant-goût de saison NBA, tant le programme et le menu étaient semblables au niveau de l’institution chapeautée par Adam Silver. Un lieu bien connu des fans NBA avec le Barclays Center, une pléiade d’anciens ou de joueurs actuels, avec notamment celui qui a été élu MVP de cette compétition, Corey Maggette. La Team Power, drivée de main de maître par la Coach de l’Année de la ligue d’Ice Cube, Nancy Lieberman, a assuré le spectacle, et n’a jamais réellement été mise en danger tout au long de cette rencontre. C’était l’équipe à battre, et elle n’a jamais tremblé. Il faut dire que l’ossature de l’effectif est vraiment solide. Avec Chris Andersen et Big Baby Davis, il y a de quoi faire dans la raquette. Cuttino Mobley et sa papatte gauche sont toujours efficaces, en relate le tir de la gagne contre la 3’s Company. Mais s’il y en a bien un que ses coéquipiers peuvent remercier, c’est Bad Porn. Il a fait du sale en inscrivant 27 des points de son équipe, soit plus de 50%. Son shoot soyeux a suffi pour emmener son équipe sur son dos, et agacer Dahntay Jones, qui est pourtant un fort défenseur comme nous le confirmera Kobe. En début de rencontre, ce dernier a d’ailleurs déséquilibré son vis-à-vis, lorsque Maggette prend un jumper sur sa tête. L’enfer de Dahntay semblait s’annoncer, et il a essayé de changer ça, en touchant sa jambe sur un fade-away façon Dirk. De quoi hausser un peu le ton pour Corey, qui s’approche pour faire un tête-tête avec l’ancien Cavalier. Ça s’envenime, ça se pousse dans tous les sens, Cuttino Mobley a envie d’envoyer des taloches à tout ce qui passe, pendant que Jason Maxiell essaye de jouer les agents de sécurité (il a peut-être enfin trouvé sa voie).

Après cet échauffourée, Power s’est irrémédiablement détaché derrière Corey Maggette, et devant un public de Brooklyn bien chaud. L’écart se creuse jusqu’à atteindre le score de 49-34, avec balle de match sur chacune des attaques de la team de Nancy Lieberman, assistante aux Kings pendant la saison NBA. C’est le moment où Andre Emmett décide de sortir de sa boîte. Avec des moves léchés, de quoi faire péter la prothèse de hanche de l’ami Mobley, celui qui était candidat au titre de MVP de la BIG3 League a ramené son équipe à six points. Il termine à 24 unités et 10 rebonds, en vain. C’est donc la team Bad Porn-Birdman-Big Baby-Cat qui s’impose sur le fil, et on sent que la joie est réelle, puisque tous ces jeunes retraités n’hésitent pas à aller taper le ventre-glisse pour aller enlacer Cuttino Mobley, auteur du tir de la gagne. Alors oui, c’est sûr, ce n’est pas comme si Kobe Bryant allait jouer dans cette Ligue la saison prochaine. Cependant, même s’il était de bon ton de railler Mister Glaçon et son projet dans les premiers temps, cela commence à avoir un peu de gueule, avec de beaux joueurs, d’anciennes gloires comme Amar’é Stoudemire, Baron Davis, le GOAT Brian Scalabrine. L’intensité est présente, la dramaturgie aussi. Si le plateau s’embellit encore un peu plus pour l’été prochain, les audiences pourraient encore grandir, et les papys qui ont encore envie de tâter du cuir seront d’autant plus nombreux à se ramener dans la BIG3 League.

C’est en tout cas tout ce qu’on peut souhaiter aux créateurs de cette compétition. En attendant, on s’est pas mal régalés cet été, ou tout du moins, la BIG3 League a permis aux fans NBA d’épancher légèrement leur soif de basket de haut niveau. On a même pu voir du Corey Maggette édition vintage, Bad Porn a montré qu’il avait encore du poignet pour mettre une branlée à ses adversaires. Allez, c’était cool, retour à l’hibernation, à dans moins de deux mois. 

Source texte : NBCSports

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top