Los Angeles Clippers

J.J. Redick se lâche sur les Clippers et joue avec sa vie : « Des gamineries du niveau de Donald Trump »

J.J Redick

Ça tire à balles réelles ici.

Source Image : YouTube

L’époque Lob City à Los Angeles étant désormais finie, les joueurs se succèdent pour expliquer ce qui n’a pas fonctionné. Après Matt Barnes, c’est au tour de J.J. Redick de s’exprimer sur cette équipe des Clippers, et l’arrière ne mâche pas ses mots. 

On risque d’en entendre parler encore très longtemps de cette période Clippers. Avec un effectif et des résultats en régulière dignes d’un réel contender au titre, un peu de choke et de malchance ont pourtant empêché L.A. d’atteindre ne serait-ce qu’une seule fois les Finales de Conférence. Le groupe désormais démantelé, chacun devait y aller de sa déclaration pour expliquer les raisons de l’échec. Matt Barnes a été le premier à prendre la parole sur le sujet, affirmant que les égos et gamineries avaient plombé les Clippers. J.J. Redick qui enfile désormais des perles du parking à Philadelphie, s’exprime à son tour sur ses anciens coéquipiers. Pièce maîtresse de Lob City, l’arrière a passé quatre saisons à Los Angeles et était au cœur des désillusions du système, années après années. Et le Sixer avance un discours assez fidèle à celui de Matt Barnes, lors de son passage dans le podcast Pardon My Take.

« Je ne pense pas qu’il y ait eu un moment déclencheur. Doc [Rivers, ndlr] disait toujours qu’un groupe qui vit ensemble pendant une longue période, au lieu de devenir proche, finissait par se montrer du doigt les uns les autres. C’est bizarre parce que tout le monde était cool avec chacun, en dehors du terrain tout le monde s’entendait bien. Mais bon, il y avait tellement de gamineries. C’est dommage quand on se dit qu’on avait le potentiel de réussir, et que ce qui nous a plombé n’était que des gamineries. Mais du style des gamineries du niveau de Donald Trump. »

Allez, hop, le petit tacle pour le Président, mais connaissant l’image que Trump a dans le monde de la NBA, ça nous donne une petite idée des « gamineries » qu’il mentionne. Matt Barnes avait également de son côté eu le même discours, que ce soit sur les gamineries ou les relations sur et en dehors du terrain, tout en rajoutant les problèmes d’égos. Mais ces observations venues de l’intérieur nous confirment tout ce qu’on pense sur ces Clippers de Chris Paul, Blake Griffin et DeAndre Jordan : ils ne peuvent s’en prendre qu’à eux-mêmes. Ils représentent l’une des équipes de Los Angeles les plus talentueuses qui n’ait pas décroché de titre de champion. Alors que la franchise avait entre les mains la possibilité d’effacer cette étiquette de losers, et beh c’est raté, on pourrait même leur attribuer un nouveau surnom, Choke City. Les Clippers ouvrent désormais une nouvelle page de leur histoire, toujours avec le Doc sur le banc.

J.J. Redick et Matt Barnes ne seront sûrement pas les derniers à lâcher toutes leurs vérités sur le cuisant échec des Clippers ces dernières années. Mais ces deux déclarations apportent les réponses que les fans de la franchise attendaient, après avoir suivi l’enchaînement de campagnes de Playoffs ratées. Une chose est sûre : la blessure va être dure à cicatriser.

Source texte : NBC Sports

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top