Blazers

NBA Flashback 2017-18 #29 : le jour où C.J. McCollum en a planté 50 en 29 minutes, imaginez s’il avait joué tout le match

CJ McCollum

28 points au premier quart-temps, paye ta poussée de température.

Source image : Twitter @trailblazers

Les anciens en ont pris l’habitude et les petits nouveaux vont le découvrir, les deux mois d’été sur TrashTalk sont chaque année l’occasion de dormir un peu de vous faire revivre le meilleur de la saison écoulée. Perfs individuelles, séries de Playoffs, posters de cannibale, game winners ou patates de forain, il y en aura pour tous les goûts et ce jusqu’au 31 août prochain. Allez, mode rétroviseur enclenché, parce qu’elle était vraiment pas mal cette saison 2017-18…

50 points à 18/25 dont… 28 au premier quart-temps

Un homme pressé. Balancez-nous toutes vos références à Noir Désir ou à un citron, il n’empêche que ce 31 janvier 2018, C.J. McCollum avait apparemment un train à pécho de toute urgence. Son équipe aussi d’ailleurs, et ce ne sont pas les lampadaires de Chicago qui diront le contraire. 23-2 après quelques minutes de jeu, puis 35-8 et 41-16, avant de terminer le premier quart (et le match) sur un 43-19 bien sale. L’instigateur de ce début de raclée ? Mr C.J. McCollum, tarin de tapir de sortie et surtout auteur dans ce premier quart de… 28 points à 11/12 dont 3/4 du parking. 28 points, soit neuf de plus que les Bulls, soit tout simplement l’un des quart-temps les plus monstrueux de toute l’histoire, pas loin derrière les 37 (!) de Klay Thompson ou les 34 de Kevin Love plus récemment. La mixtape est en tout cas totale, et si Ceejay passera le deuxième quart entre le banc et le parquet pour quatre petits points seulement en toute fin de période, le sniper de Rip City se remettra au taf au retour des vestiaires avec 18 nouveaux puntos. Y’avait-il besoin de jouer le dernier quart ? Bah non, parce que quand on mène de 20, qu’on a dépassé les 50 et battu par la même occasion son career high, on ne risque pas de se faire une cheville en voulant jouer les stars de la stat.

Des pétages de câble de plus en plus fréquents en NBA

Des douceurs comme C.J. nous a offert ce soir-là ? Faut dire que ça commence à fleurir à l’Est et à l’Ouest de la NBA. La propension des joueurs de la ligue à se reculer plus que de raison derrière la ligne à 3-points y est pour beaucoup mais pas que. En effet, la grande majorité des joueurs NBA est aujourd’hui capable dans un bon jour de taper une série de vingt tirs du milieu de terrain ou presque, alors que sur ces dernières saisons le rapport de force entre les meilleures équipes de la Ligue et les tanks assumés donnent parfois lieu à de véritables orgies et des matchs où la défense est globalement abandonnée au profit des petits plaisirs personnels. Klay Thompson bien sûr, mais aussi Devin Booker, James Harden, Stephen Curry ou même les plus costauds AD, KD ou LBJ, chaque superstar a ainsi vécu une ou plusieurs soirées fastes ces dernières saisons, le genre de perf comme celle que vous allez checker dans moins de dix secondes ci-dessous.

 

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top