Knicks

Enes Kanter est courtisé mais les Knicks restent tout en haut de sa liste : même pas cap de partir !

Enes Kanter

Il n’a plus que deux jours avant de faire un premier choix.

Source image : NBA League Pass

L’avenir, qu’il soit proche ou lointain, est incertain pour Enes Kanter. Le pivot des Knicks ne sait pas encore s’il lèvera ou non sa player option ce vendredi. Et, même s’il la refuse, cela pourrait être pour signer un bail plus long avec la franchise mythique de Big Apple lors de la free agency.

Tout comme les autres gros poissons agents-libres ou potentiellement dans cette situation en juillet, Enes Kanter questionne, divise et attire les convoitises depuis quelques semaines. Il faut dire que le géant entretient le suspense à chacune des sollicitations qu’il honore. Clamant son amour de la Grosse Pomme à qui veut l’entendre, le Turc ne cache pas qu’il a des touches avec plusieurs franchises. Interrogé au téléphone au sujet de sa player option par Marc Berman, du New York Post, Kanter clarifie les choses.

« Je vais prendre ma décision le dernier jour. Je veux prendre mon temps et voir ce que tout le monde fait. Je veux rester avec les Knicks. Les fans, l’équipe, l’organisation, les gens sont super. J’adorerais rester ici. Mon agent m’a dit qu’il pourrait y avoir quatre, cinq équipes intéressées. Mais, si je peux, je veux juste rester avec les Knicks. J’ai joué ici l’année dernière et j’ai beaucoup aimé, tout comme j’apprécie les gens ici. Ce n’est pas qu’une question d’argent, c’est au sujet de toute l’organisation. Mais c’est une décision que je vais prendre le dernier jour. Ce n’est pas du 100%. Je vais juste continuer à parler à mon agent. Il y aura beaucoup d’équipes si je décline, elles s’intéressent déjà à moi. C’est pour ça que je prends mon temps. »

Ce n’est sans doute pas anodin si N’Golo Kanter évoque ces prétendantes secrètes. Une manière de faire monter les enchères. Non pas que le salaire annuel que lui offrirait sa player option ne soit pas à son goût, 18 patates tout de même, mais celle-ci ne prolongerait l’aventure du moustachu à NYC que d’un an, avant une nouvelle free agency en 2019, cette fois sans filet de sécurité. Ian Begley, spécialiste des Knicks pour ESPN, détaille.

« Enes Kanter n’a pas encore pris de décision concernant sa player option de 18,6 millions de dollars. Les équipes adverses attendent de lui qu’il l’accepte. Mais si Kanter la décline, de nombreuses équipes – dont Milwaukee – ont exprimé de l’intérêt en interne pour discuter d’un potentiel contrat avec le pivot de 26 ans. »

L’intérieur semble ne pas vouloir déménager de suite. Ainsi, le choix de décliner sa player option pourrait bien être risqué car rien ne lui garantit que Scott Perry et le board des Knicks ne lui offrent un contrat longue durée en juillet. Rien ne lui promet non plus de recevoir une grosse offre émanant d’une franchise extérieure (Milwaukee ?) au vu de la concurrence sur le marché des pivots dans la free agency à venir. Car, la seule saison dernière n’est pas le seul motif qui pousse Maître Kanter à vouloir rester dans sa taverne, l’arrivée de David Fizdale comme head coach, en remplacement de Jeff Hornacek, a ravi l’intérieur, qui a échangé avec lui en mai dernier.

« J’ai encore plus envie de rester avec Coach Fizdale. Je connais sa mentalité, je sais qu’il donne beaucoup de liberté à ses joueurs. Cela va m’aider à prendre une décision c’est sûr. Je pense qu’il va changer beaucoup de choses. On a l’impression qu’une relation avec lui c’est comme une relation amicale. Ce n’est pas une relation joueur-coach. J’ai parlé avec lui pendant deux heures et il vous donne beaucoup plus confiance. »

S’il ne prend pas sa décision rapidement, cela semble bien plus une question de business que d’envie pour Enes puisque l’on sent dans les paroles du pivot une envie de pousser le navire new-yorkais plus loin. On le sent à l’aise dans le roster et il pourrait prendre sous son aile le jeune ailier Kevin Knox, tout juste drafté par les Knicks et provenant des Wildcats de Kentucky, pour qui Kanter avait également joué, ce qu’il n’a pas manqué de rappeler lors de la Draft.

Opt-in ou opt-out ? La question semble poursuivre l’intéressé.

Les échéances de player option et de free agency arrivent et Mr Kanter ne pourra pas faire poireauter les fans des Knicks bien longtemps. Même si on imagine que le Turc, dont le père vient d’être mis en examen dans son pays et risque jusqu’à dix ans de prison, n’a pas vraiment la tête dans les négociations en ce moment.

Sources texte : The New York Post, ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top