Pacers

Victor Oladipo veut bouffer du Cav au petit déj’ : pas de pression, mais beaucou de motivation à Indianapolis

Pari Victor Oladipo Meilleure progression

Motivation maximum pour les Pacers en vue du match 2 de mercredi soir.

Source image : YouTube

Victor est remonté, Victor a faim et Victor veut prouver. En battant les Cavaliers chez eux dimanche dernier (98-80), le natif d’Indiana a montré la voie à toute une franchise par sa hargne et son leadership. Mais pour battre LeBron quatre fois dans la même série et le priver de ses huitièmes Finales de suite, il faut se lever tôt, et avec les bonnes armes.

Dimanche 15 Avril 2018, Cleveland, Ohio. Vu comme ça, on dirait plus un début de série B sur TF1, mais la série en question a connu un début bien plus accrocheur et surprenant. En battant les Cavaliers, les Pacers ont marché sur un géant, en la personne du meilleur joueur du monde, LeBron James, qui n’avait jamais perdu un Game 1 de premier tour de Playoffs. L’image nous fait penser à Allen Iverson qui, après avoir crossé Tyronn Lue et planté son fade-away, l’enjambait, alors qu’il était à terre. Lors du premier match des Finales NBA 2001 contre les Lakers, ce n’est pas seulement sur l’actuel coach des Cavs qu’il marche, mais sur toute une franchise, sur toute la ville de Los Angeles. Même parallèle pour Indiana : équipe modeste, que l’on attendait pas, confrontée au meilleur joueur du monde. Sauf qu’ici, ce n’est pas un seul homme qui s’est prétendu David contre Goliath, mais tout un état, toute une équipe, et tout un collectif. Derrière son leader Victor(ieux), fort de 32 points, 6 rebonds et 4 assists, les Pacers ont poussé, étouffé Cleveland à la Q. Et quand Oladipo n’est pas sur le terrain, c’est Lance « LeBron Blower » Stephenson qui en remet une couche en dynamiteur, auteur de 12 points. Bojan Bogdanovic met ses shoots, Myles Turner défend. C’est donc à seulement 80 points que s’arrête le box score des Cavs, avec un LeBron en triple-double bien trop seul, ajouté à une adresse cataclysmique derrière l’arc (23%). En statut d’outsider et n’intéressant pas grand monde dans la Ligue, c’est pourtant là qu’Indianapolis a trouvé sa force, comme le relève d’ailleurs Vic’ au Player’s Tribune :

« On va avoir besoin de vous maintenant, Indiana. Le reste de la Ligue nous a peut-être oublié, mais pas vous. Oubliez ce que les classements disent. Oubliez la course au MVP. On en a assez de tout ça. Nous savons pour qui nous jouons. Vous savez ce que cette équipe vaut. On est prêt à faire un run dans ces Playoffs. Dès maintenant. Et pour le reste du monde : ouais, on a encore beaucoup à prouver. Mais ça ne m’a jamais stoppé avant. »

Avec ces paroles, le leader des Hoosiers veut faire comprendre à Indianapolis que les Pacers n’y arriveront pas sans le soutien de leurs supporters. Car l’attaque d’Indiana est encore perfectible, et que les arabesques et pertes de balles de Stephenson ne resteront pas impunies à chaque match. Car Cleveland a connu des remontées bien plus difficiles (fans des Golden State, prenez des mouchoirs): notamment en Finales 2016 contre les Warriors de Steph, forts du bilan historique de 73 victoires pour 9 défaites en saison régulière, qu’ils battront 4-3. Car les Cavs ne shooteront pas à 8 sur 34 du parking durant toute la série (ça serait sous-estimer Gérard). Mais par dessus-tout, car des défaites en Playoffs, LeBron en a connu, et il a toujours step-up au match suivant (coucou les 45 points au Game 6 de 2012 contre les Celtics). Parce-que cette machine vivante qu’est le King ne laissera pas sa ville natale sombrer en regardant, et ainsi donner du crédit à ses haters. Car le Chosen One ne veut pas que sa franchise soit inscrite sur la tablette de Bastien ou d’Alex, 10 ans plus tard, lors du prochain top 10 sur les upsets en Playoffs. LeBron ne se laissera pas faire, et c’est bien ce qui effraie Victor Oladipo et les siens, qui demandent un soutien sans faille de leur ville, et même de l’état d’Indiana tout entier.

Sans faire de bruit, en silencieux, les Pacers font peur, et s’affirment de plus en plus comme une équipe sérieuse dans la course au Playoffs suite au Game 1 contre Cleveland. Mais Indiana sait que la route menant aux Demi-Finales de Conférence Est est longue et semée d’embûches, la principale portant le nom de LeBron James. Menée par son MIP en devenir, Indiana a l’envie d’aller chercher l’inattendu, poussée par les Rednecks. Cleveland step-upera ? Step-upera pas ? Nous le saurons dans la nuit de mercredi, à 1 heure du matin.

Source texte : The Player’s Tribune

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top