Equipes

Bilan de saison 2016, version Warriors : un record et une défaite pour l’histoire

Warriors

Une saison peut-elle être considérée comme exceptionnelle lorsqu’elle n’aboutit pas à un titre ? Voilà tout le dilemme du bilan des Warriors…

Quel bilan tirer de la saison des Warriors ? Un dithyrambique pour leur record de 73 victoires pour 9 défaites ou un plus critique après s’être faits reprendre puis battre par les Cavs lors des Finales NBA ? Un mélange des deux, car l’exploit de la régulière mérite d’être souligné. Mais comme il n’a pas été validé par un titre, on est obligé de sortir un minimum le fouet.

Ce que TrashTalk avait annoncé :

Après avoir remporté le titre, on attendait les Dubs en mode sereins, mais bousculés tout de même par la concurrence accrue en tête de la Conférence Ouest. Quelques victoires en moins en saison régulière, mais une certitude sur leur force au moment d’aborder les Playoffs pour rester parmi les favoris et jouer le back-to-back, du moins pour aller jusqu’en finale de Conf’.

Ce qui s’est vraiment passé :

Un début d’exercice de rêve, la suite de la saison régulière qui relève de l’excellence, les Warriors ont tout simplement marché sur la Ligue d’octobre à avril. 73 succès, des cartons offensifs, une impression de facilité et de réussite totale, Golden State nous a offert quasiment 6 mois d’un récital exceptionnel dans le sillage d’un Stephen Curry qui remporte son second trophée de MVP, le premier de l’histoire à l’unanimité. Une fois le record des Bulls batuus, il fallait valider le tout en Playoffs. Est-ce la fatigue accumulée dans la course aux 73 W ? Les pépins physiques ? La cible collée sur leur dos ? Un peu trop d’arrogance ? Des décisions douteuses de la Ligue ? Toutes les excuses plus ou moins partisanes peuvent être avancées, mais peu importe. Aujourd’hui le résultat est là : en perdant 4-3 face aux Cavs qui leur ont donc fait subir le même sort que celui qu’ils venaient de coller au Thunder, les Warriors n’ont pas tenu leur pari. Et doivent vivre avec l’image du plus gros choke de l’histoire alors que leur record leur ouvrait les portes de la légende.

L’image de la saison :

Warriors

On ne l’attendait pas, il a cartonné : Luke Walton

Simple intérimaire en début de saison pendant que Steve Kerr soignait son dos, Luke Walton a profité de ces quelques mois pour se présenter comme un futur head coach dans la Ligue. Un poste qui sera d’ailleurs le sien l’an prochain aux Lakers et pour lequel on lui souhaite du courage. Alors on aura tout entendu, entre le fait que les Dubs risquaient de pâtir de l’absence de Kerr avant le début de saison jusqu’à de toute façon, les Warriors peuvent jouer sans coach lorsque Walton faisait briller l’équipe, mais il faut aussi lui reconnaitre des choix pertinents tactiquement qui ont été pris en cours de match. Alors oui, il a bénéficié d’un contexte favorable. Mais le taf effectué doit être souligné et avec un bilan de 39-4, il fait mieux que le titulaire du poste.

On l’attendait au taquet, et il a abusé : Marreese Speights

La saison dernière, il était un élément majeur de la second unit des Warriors. Mais avec l’utilisation accrue de l’ultra small ball des Dubs et l’émergence de Festus Ezeli, la Maryse a perdu du grade et du temps de jeu, tant et si bien que son impact pour Golden State a suivi la même courbe. Moins adroit, plus éloigné du cercle, il n’a pas eu le même rendement. Loin d’être une catastrophe, mais vue la saison du côté de la baie, un simple petit coup de mou te fait passer pour une chèvre ou presque.

La vidéo de la saison :

Un résumé de l’insolence des Warriors et de Stephen Curry lors de la saison régulière

Ce qui va bientôt se passer :

Pour commencer, il va falloir digérer la déception et se reposer. Ensuite, gérer la free agency de Festus Ezeli et Harrison Barnes. On parle de Kevin Durant et/ou Dirk Nowitzki pour renforcer l’armada des Warriors, mais qu’en est-il vraiment ? Surtout que le groupe actuel est encore jeune et se séparer des certains éléments (Barnes justement) au premier échec semble prématuré. C’est dans ces défaites qu’on apprend et qu’on grandit encore plus. Autant dire que la saison prochaine, les Dubs seront encore dans les hauteurs du classement.

Source image : NBA League Pass

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top