Pistons

Première victoire pour les new-look Pistons : 96-88 à Cleveland, LeBron n’a pas mis 59 points

Enfin, enfin, enfin. Enfin une victoire pour cette nouvelle version de Detroit, qui s’est rendue dans l’Ohio avec une mission courte mais compliquée : l’emporter par tous les moyens face aux Cavs. C’est validé, on respire un peu dans le Michigan.

Il faut dire que la semaine avait été plutôt agitée pour Stan Van Gundy et ses hommes. Et encore, agitée semble trop doux, quand on voit ce qui s’est passé au sein de la franchise depuis mercredi dernier, un enchaînement particulièrement violent et qui aurait pu enfoncer le groupe dans une sale passe. On avait d’abord eu droit au transfert de Brandon Jennings et Ersan Ilyasova contre Tobias Harris, un trade validé par la NBA et qui nous excitait devant la perspective de nouvelles options au sein du playbook de SVG. On avait ensuite eu droit au transfert de Joel Anthony contre -entre autres- Donatas Motiejunas, un trade annulé à cause des soucis au dos de l’intérieur et donc de la mauvaise came refilée par les Rockets. Au milieu de tout ça ? Un premier test foiré à Washington face au frère de Marcus Morris, puis la performance la plus gourmande de la saison avec le 59-20 d’Anthony Davis au Palace. Ambiance, ambiance. Prenez le tout, mélangez-le et demandez aux gars du vestiaire de l’ingurgiter en se rendant à l’aéroport pour visiter Cleveland, et vous auriez pu avoir droit à une belle gastro collective. Finalement, c’est concentrés et un peu plus disciplinés que ces Pistons ont joué hier soir, l’emportant à Cleveland sans véritable domination, mais avec les deux pieds maintenus sur la pédale d’accélération.

Car dans le quatrième quart-temps, avec une avance de quinze points créée grâce à une belle défense collective, on aurait pu croire à un nouveau breakdown. Trop jeunes, sans véritable leader si ce n’est Wario sur le banc de touche, les soldats de Detroit auraient pu craquer face à un Kyrie Irving de retour en forme (30 points, menant la charge dans le dernier quart). L’avance se réduit, les systèmes commencent à disparaître, on croise doucement mais sûrement les doigts pour que Stan ne nous fasse pas un AVC entre deux temps-morts. Mais c’est bien défensivement, collectivement et derrière le jeu une nouvelle fois agressif de Reggie Jackson (23 points à 9/17, le plus de tirs tentés côté Pistons) que les visiteurs ont mis le verrou sur la feuille de match, et pas que sur celle-ci car LeBron offrira un de ses plus mauvais matchs de la saison. Loin de vouloir lui tenir un procès en six parties, l’ailier ayant déjà énormément donné la veille à OKC, James finira à 5/18 au tir et 6 balles perdues, la pression de Marcus Morris, Tobias Harris mais aussi Kentavious Caldwell-Pope faisant la différence dans la moitié de terrain du Michigan. Et il fallait bien cela, pour venir à bout de ces Cavs qui avaient tout de même l’air bien usés de leur déplacement ce dimanche. Car avec 4 succès de suite et une défaite au buzzer contre Boston, les hommes de Tyronn Lue avaient installé un nouveau papier peint assez résistant à la maison. Une victoire qui rassure, donc, pour les Pistons, mais qui n’efface pas les récentes galères avancées par cette nouvelle version.

La meilleure façon de valider ce type de succès ? Terminer le mois avec un vrai virage et un point d’exclamation, que ce soit à Milwaukee ou contre Toronto. Si ce new-look veut faire fureur à Detroit, il faudra que quelqu’un donne l’exemple et bombe du torse lors des prochains défilés. Reggie, Tobias, Andre, on vous attend au taquet.

Couverture

Source image : SportsIllustrated

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top