Spurs

Monument Man : Tony Parker dans le top 100 des meilleurs marqueurs

Comment ne pas être dithyrambique face à la carrière menée par notre TiPi national ? Année après année, match après match, celui qui se balance comme personne sur les parquets américains vient une nouvelle fois de rentrer dans la légende. Cette nuit, alors qu’il terrassait de pâles Warriors à l’AT&T Center (111-90), Tony Parker s’est propulsé dans le top 100 des meilleurs marqueurs de l’Histoire de la NBA. S’il vous plaît. 

Le numéro 9 des Spurs compte donc à son actif 15,995 points en carrière – ndlr : en saison régulière, puisque les statistiques en SR et PlayOffs sont différenciés outre-atlantique -, grâce à sa performance aboutie du soir. Face à Stephen Curry, qui climatisait la veille au soir les Mavericks, TP compile 18 points, 8 passes et 3 rebonds… en 28 minutes de jeu. Un rendement qui confirme celui aperçu face à Indiana, que les joueurs de Gregg Popovich ont également cadenassés sans  sourciller le 31 mars dernier, 103-77.

À 31 ans, le meilleur joueur de l’histoire nationale de notre sport, peut légitimement prétendre à une meilleure position dans ce top 100. Dans son viseur pour les sept derniers matches de la saison : Derek Harper et Rasheed Wallace (16 006 points). Une formalité pour le virevoltant natif de Bruges. Pour ce qui est de sa prochaine victime expiatoire, il faudra attendre la saison prochaine pour que celle-ci soit dépassée. Le 97ème du classement, Juwan Howard (16 158 points), semble inatteignable… pour l’instant.

Mais rassurez-vous, intégrer ce classement symbolique n’est qu’une étape pour le compère de Boris Diaw. Rappelez-vous de ces déclarations qui datent d’il y a seulement un mois, au San Antonio Express News.

« Vous êtes fous ? J’adore le basket, je veux jouer jusqu’à 38 ans ! »

De quoi sincèrement imaginer Tony Parker dépasser la barre mythique des 20000 points. Une prouesse que seuls 39 joueurs sont parvenus à réaliser jusqu’alors ! Grâce à la prudence mystique de Gregg Popovich quant à la santé de ces protégés, le Français pourrait être déjà bien plus haut. Mais si l’on retourne le problème dans le sens inverse, difficile de ne pas voir dans le ménagement voulu par l’ancien espion, la raison principale de la régularité de TP. Celle qui lui permet encore aujourd’hui d’être le leader de l’un des principaux favoris au trophée Larry O’Brien ! 

Source image : HDNux.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top