Los Angeles Clippers

Peinards : « Dédé » Jordan et les Clipps désamorcent les Rockets

Pour l’épilogue de ce dernier mercredi du mois de février en NBA, l’affiche était prometteuse mais l’intensité, qui devait en découler logiquement au cœur de cette opposition des deux équipes les plus en forme de la ligue, a posé un joli lapin aux spectateurs avides d’assister à la projection d’un péplum sanglant et qui n’ont eu droit qu’à une comédie dramatique assez banale que les visiteurs texans n’ont que peu apprécié. Résumé.

Pourtant, les hommes de Doc Rivers prennent les devants d’entrée de jeu alors que les Rockets et James Harden (18 points, 6 pertes de balle à 1/6 à trois-points), ce-dernier intenable la nuit précédente, préfèrent rester avachis sur leurs lauriers, fiers vainqueurs de 10 de leurs 11 dernières rencontres avant que de se rendre au Staples Center cette nuit. Ainsi, lorsque l’on se dit que CP3 (14 points et 9 passes décisives) va imposer, tout le long, un rythme effréné comme il sait si bien le faire d’habitude, le ton de la rencontre diminue et restera tristement monotone de la moitié du premier quart au début des 12 dernières minutes de la partie. Les titulaires lançant alors leur place à leurs remplaçants, les Texans choisissent ce moment précis pour revenir dans le match et coller alors au train des locaux durant les 3/4 de la confrontation (léger avantage au premier quart-temps pour les Clippers 26 à 22 puis Houston rentre à la mi-temps un tantinet en avance, 48 à 46). Pour le reste, rien que du classique jusqu’ à l’entame du sprint final (74 à 73 pour L.A. après 36 minutes) : Blake Griffin et le hué Dwight Howard, tous deux terminant en double-double, ayant récupéré respectivement 16 et 11 rebonds, se neutralisent avec 23 unités chacun, le néo-Rocket Jordan Hamilton fait valoir des qualités insoupçonnées de sixième homme solide, compilant 16 points à 50 % au tir dont un notable 4/8 à longue distance, au même titre que l’alliance combinée au poste 3 de Jared Dudley et Matt Barnes (20 points, 6 prises au rebonds et 4 offrandes cumulés).

Dès lors, au terme d’une opposition terne qui aurait bien permis aux deux antagonistes de faire match nul et de partager les points si cela avait été possible, ce sont « le sosie de Bill Russell », DeAndre Jordan et Darren Collison qui se sont montrés décisifs. D’une part, défensivement et auteur d’une performance plus constante, « Dédé » a prouvé une fois de plus qu’il était le patron de sa défense, participant véloce plus que jamais dans la course au titre de Meilleur Défenseur de l’Année. Plus qu’une coïncidence, rendant une fiche significative de 13 points, 10 rebonds, 2 assists et notamment 4 contres, le natif de Houston a monté la garde avec justesse d’un bout à l’autre du parquet. D’autre part, d’un point de vue offensif, Darren Collison (19 points et 5 passes), auteur pourtant d’une entrée en matière timide et maladroite, a définitivement mis la tête de Kevin McHale et des siens sous l’eau, tout en ne manquant pas de leur asséner quelques coups de dague bien placés dans le money time au moyen de pénétrations et de tirs derrière les écrans teintés de sang froid. Mentions spéciales tout de même à Chandler Parsons (7 points à 3/13 en 31 minutes de jeu) qui, à défaut de ne pas avoir été sollicité comme LeBron James pour incarner le héros de Space Jam 2, aurait alors toutes ses chances de chasser des fantômes, voire de les interpréter lui-même, dans un pathétique spin-off de Ghostbusters. Aussi, grosse dédicace à Glen « Big Baby/Uno Uno » Davis dont l’entrée et l’estomac ont été amicalement salués par le public californien, inscrivant 2 points et gobant 2 rebonds en 5 minutes. A noter enfin la sortie rapide de Jamal Crawford (8 points seulement), touché au mollet gauche, qui n’est plus réapparu.

En somme, les Clippers s’imposent sans vraiment briller, 101 à 93, face à de tout aussi amorphes Rockets, ces-derniers très certainement exténués par leur road-trip néanmoins fructueux à l’Ouest. Grâce à ce succès, Los Angeles repasse devant les Texans au classement et mène dorénavant 3 victoires à 0 au niveau des affrontements directs contre Houston cette saison. Prochain et ultime rendez-vous pour les deux escouades, le 29 mars au Toyota Center.

Source image : clipperblog.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top