La March Madness pour les nuls : comment fonctionne le tournoi NCAA qui nous ambiance chaque année ?

Rendez-vous incontournable du printemps, la March Madness est le seul événement sportif américain qui peut concurrencer les audiences du Super Bowl. Pour les fans de NBA comme nous, le NCAA Tournament est aussi l’occasion de suivre les exploits universitaires des stars de demain.

L’origine

Créée en 1939, la March Madness (littéralement « folie de mars ») est un tournoi à élimination directe dont le gagnant est désigné champion national de College Basketball aux États-Unis. Il y a 68 équipes sur la ligne de départ mais il n’en reste qu’une au terme des 67 matchs disputés en l’espace des trois semaines de compétition. L’élimination directe est le détail qui fait de ce tournoi un moment incontournable du calendrier sportif : les meilleurs ne sont pas à l’abri d’une erreur, et les plus faibles ne laissent jamais passer une occasion pour réaliser un upset. Toutes les cartes sont redistribuées avant le tournoi et une équipe qui cartonne en saison régulière ne sera pas forcément aussi performante pendant la March Madness.

Pour sélectionner les équipes participantes, la NCAA invite les champions des 32 Conférences de Division I alors que les 36 meilleures équipes restantes sont annoncées lors du Selection Sunday. Chaque année, une équipe d’experts se réunit pour désigner les équipes qui seront rattrapées. Certaines sont évidentes, d’autres moins et certaines facs sont laissées sur le carreau. Le Selection Sunday laisse toujours place à des scènes de joie ou de tristesse sur les campus : les réactions au sein des universités qui apprennent en direct leur qualification ou non sont toujours très émouvantes. Évidemment, Les critiques vont bon train après le Selection Sunday, critiquant le caractère subjectif des choix du comité, mais c’est un passage obligé pour les facs qui marque aussi le début du tournoi.

Road to the Final Four

Une fois les équipes sélectionnées, elles sont classées et dispatchées dans quatre régions. Les quatre meilleures équipes vont chacune dans une région différente afin qu’elles ne puissent pas se rencontrer avant le Final Four. Il en va de même pour les quatre #2, puis les #3 et ainsi de suite jusqu’à ce que les 68 équipes soient classées. Le seeding est également en partie subjectif mais doit suivre certaines règles : aucun match opposant deux équipes de la même Conférence ne doit avoir lieu avant les finales régionales. De plus, durant les deux premiers tours (en excluant le First Four), aucun match qui s’est déjà joué en saison régulière ou lors de la March Madness précédente ne doit avoir lieu.

Le tournoi en lui-même se divise en six étapes. Les plus perspicaces d’entre vous auront remarqué que 68 équipes, ça ne colle pas pour une division dans quatre régions. C’est pour cette raison que huit équipes participent à un tour préliminaire : le First Four. Les quatre champions de Conférence les moins bien classés, et les quatre équipes les moins bien classées tout court s’affrontent. Quatre équipes sont éliminées et il ne reste plus que 64 équipes (les éliminées participent à un autre tournoi organisé par la NCAA, pour les équipes plus faibles). Ensuite, les tours s’enchaînent : le Round of 64, le Round of 32, le Sweet Sixteen, l’Elite Eight et enfin le fameux Final Four. Après deux jours de tournoi, la moitié des équipes sont déjà éliminées. Le week-end suivant, il ne reste déjà plus que 16 équipes. C’est là que les choses sérieuses commencent : l’Elite Eight correspond aux quatre finales de chaque région, dont les vainqueurs seront champions régionaux. Mais ce titre n’intéresse en rien ces facs : seul le Final Four compte.

Le moment le plus connu du tournoi est celui où il ne reste plus que quatre équipes. Le Final Four correspond ainsi aux demi-finales et à la finale du tournoi, qui désignent le champion national dans des stades de football plein à craquer. La région du seed #1 est opposée à la région où se trouve l’équipe #4, et celle où se trouve l’équipe #2 à celle où du seed #3. Le Final Four est le moment le plus intense de la saison, que ce soit sur le terrain ou dans les tribunes. Un moment magique et hors du commun par rapport à n’importe quel autre match de basket dans la saison, à suivre absolument pour vibrer avec les fans déjantés de la NCAA ! Même un 1-on-1 entre Michael Jordan et LeBron James serait moins intéressant que le Final Four.

Le March Madness en dehors des parquets

La March Madness est tellement dingue qu’elle se joue presque autant sur qu’en dehors des parquets. En temps normal, il y a presque autant de spectacle en tribunes que sur le terrain. Les fans NCAA sont déjà réputés pour être déjantés et passionnés lorsqu’il faut soutenir leur équipe. Mais à la March Madness, tout est multiplié par 10… Des cars viennent par centaines sur les lieux de matchs pour permettre aux supporters de suivre leur équipe. Si, pendant la saison régulière, les joueurs ont un public soit 100% avec eux, soit 100% contre eux, la situation est différente pendant le tournoi : les deux students sections sont là pour mettre le feu aux tribunes et c’est à celle qui fera le plus de bruit que reviendra la victoire. Les facs s’affrontent aussi littéralement dans les tribunes à coups de chants et de pancartes. En 2021, l’ambiance sera forcément beaucoup plus feutrée, avec un tournoi organisé dans une bulle, à Indianapolis. Mais entre des stades vides et un tournoi annulé comme ce fut le cas en 2020, le choix était vite fait même si on espère retrouver les kops étudiants dès la prochaine édition, en 2022.

Enfin, comment parler de March Madness sans parler de bracketology ? Comme son nom l’indique, c’est une vraie science aux Etats-Unis. Plusieurs sites proposent aux fans de pronostiquer l’intégralité du tournoi en remplissant leurs brackets, autrement dit leur tableau. Certaines entreprises ou hommes d’affaires proposent des lots démesurés à celui qui pronostiquera correctement les 67 matchs. La chose est impossible et c’est ce qui rend les prix plutôt alléchants, souvent jusqu’au million de dollars… Pour aider les fans, certains comptent sur les experts qui envahissent les plateaux pour exposer leurs théories à cette période de l’année et donner leurs propres pronostics. D’autres tentent de s’en remettre à la superstition et les jeux tous plus insensés les uns que les autres ne manquent pas à la télévision pour pronostiquer. Des courses de souris représentant les équipes ont par exemple lieu chaque année, entre autres… Les insiders des télés, radios, presses papier, fans, coachs, anciens joueurs etc.. Du simple fan à Barack Obama, tout le monde s’y essaye !

Le bracket de la March Madness 2021 est disponible juste ici, vous savez donc ce qu’il vous reste à faire pour patienter jusqu’au début du tournoi et on vous souhaite d’avoir le nez fin. Dans le pire des cas, c’est toujours une bonne façon de s’amuser et de commencer à creuser un peu pour découvrir qui sont les stars de la saison en NCAA. Même si le succès sur les planches universitaires ne garantit pas toujours de briller en NBA, c’est quand même un bon début et une belle scène médiatique pour se faire voir par les scouts et par les fans.

Le palmarès

Année Champion MOP
2021 Baylor Jared Butler
2020 (annulé)
2019 Virginia Kyle Guy
2018 Villanova Donte DiVincenzo
2017 UNC Joel Berry
2016 Villanova Ryan Arcidiacono
2015 Duke Tyus Jones
2014 UConn Shabazz Napier
2013 Louisville Luke Hancock
2012 Kentucky Anthony Davis
2011 UConn Kemba Walker
2010 Duke Kyle Singler
2009 UNC Wayne Ellington
2008 Kansas Mario Chalmers
2007 Florida Corey Brewer
2006 Florida Joakim Noah
2005 UNC Sean May
2004 UConn Emeka Okafor
2003 Syracuse Carmelo Anthony
2002 Maryland Juan Dixon
2001 Duke Shane Battier
2000 Michigan State Mateen Cleaves
1999 UConn Richard Hamilton
1998 Kentucky Jeffrey Sheppard
1997 Arizona Miles Simon
1996 Kentucky Tony Delk
1995 UCLA Ed O’Bannon
1994 Arkansas Corliss Williamson
1993 UNC Donald Williams
1992 Duke Bobby Hurley
1991 Duke Christian Laettner
1990 UNLV Anderson Hunt
1989 Michigan Glen Rice
1988 Kansas Danny Manning
1987 Indiana Keith Smart
1986 Louisville Pervis Ellison
1985 Villanova Ed Pinckney
1984 Georgetown Patrick Ewing
1983 NC State Hakeem Olajuwon
1982 UNC James Worthy
1981 Indiana Isiah Thomas
1980 Louisville Darrell Griffith
1979 Michigan State Magic Johnson
1978 Kentucky Jack Givens
1977 Marquette Butch Lee
1976 Indiana Kent Benson
1975 UCLA Richard Washington
1974 NC State David Thompson
1973 UCLA Bill Walton
1972 UCLA Bill Walton
1971 UCLA Howard Porter
1970 UCLA Sidney Wicks
1969 UCLA Kareem Abdul-Jabbar
1968 UCLA Kareem Abdul-Jabbar
1967 UCLA Kareem Abdul-Jabbar
1966 UTEP Jerry Chambers
1965 UCLA Bill Bradley
1964 UCLA Walt Hazzard
1963 Loyola (IL) Art Heyman
1962 Cincinnati Paul Hogue
1961 Cincinnati Jerry Lucas
1960 Ohio State Jerry Lucas
1959 California Jerry West
1958 Kentucky Elgin Baylor
1957 UNC Wilt Chamberlain
1956 San Francisco Hal Lear
1955 San Francisco Bill Russell
1954 La Salle Tom Gola
1953 Indiana B.H. Born
1952 Kansas Clyde Lovellette
1951 Kentucky Bill Spivey
1950 CCNY Irwin Dambrot
1949 Kentucky Alex Groza
1948 Kentucky Alex Groza
1947 Holy Cross George Kaftan
1946 Oklahoma State Bob Kurland
1945 Oklahoma State Bob Kurland
1944 Utah Arnold Ferrin
1943 Wyoming Ken Sailors
1942 Stanford Howard Dallmar
1941 Wisconsin John Kotz
1940 Indiana Marvin Huffman
1939 Oregon Jimmy Hull

Source texte : NCAA

Source image : YouTube/March Madness


To Top