Mavericks

Derrick Rose dans le viseur des Mavericks : dommage, à onze années près ça faisait une superteam

Mark Cuban 5 décembre 2022

Téma la punchline.

Source image : YouTube

Avec un bilan actuellement à l’équilibre qui les positionne à la dixième place dans la Conférence Ouest, soit dans les places qualificatives pour le play-in tournament, les Dallas Mavericks ont bien besoin de renfort pour se donner un peu d’air au classement et se mettre dans une situation plus confortable dans la course aux Playoffs. Quoi de mieux que de réunir un ancien et un futur MVP sous la même tunique pour cela ? C’est en tout cas ce que semblent penser Mark Cuban et les Mavs, qui pisteraient Derrick Rose pour densifier leur rotation sur le backcourt…

Imaginez-vous un instant au tournant entre les années 2011 et 2012, à une époque où le Brésilien Michel Telo et le Sud-Coréen PSY s’apprêtent à conquérir le monde avec leurs tubes respectifs Ai, Se eu te Pego et Gangnam Style (petit clin d’œil en ce jour de huitième de finale de Coupe du Monde entre les coéquipiers de Marquinhos et ceux de Son Heung-min). En cette période de lockout, les fans de NBA n’ont pas grand-chose à se mettre sous la dent, si ce ne sont d’âpres négociations entre les joueurs et les proprios de franchise. Cependant, au milieu de ce Sahara médiatique, une Woj bomb (concept encore assez récent à l’époque) va venir déclencher une véritable tempête de sable dans le petit monde de la Grande Ligue : les Dallas Mavericks de Dirk Nowitzki, tout juste bagués, parviennent à attirer dans un trade le MVP sortant, Derrick Rose, envoyant en contrepartie dans l’Illinois les vieillissants Shawn Marion et Peja Stojakovic. Au passage, pour compléter le salaire du plus jeune vainqueur all-time du trophée Maurice Podoloff (encore sous contrat rookie à l’époque), le board des Taureaux ajoute à l’échange un jeune swingman drafté en fin de premier tour quelques mois plus tôt, défenseur correct mais attaquant assez quelconque, un dénommé Jimmy Butler. Avouez que ça en jette, non ?

Bon, retour à la réalité.

Ce trade n’a bien évidemment jamais eu lieu, et D-Rose a connu le funeste coup du sort que l’on sait quelques mois plus tard (même si son année 2012 ne fut rien à côté de son année 2017, où il aura joué au sein des Knicks de Phil Jackson et vu son nom devenir le titre d’une chanson de Lil Pump). Aujourd’hui, en 2022, le natif de Windy City, 34 ans, 6,4 points et 2 assists de moyenne en 2022-2023, évolue dans une franchise de Big Apple sur le chemin de la respectabilité (oui, oui, on vous jure !), et les teams qui souhaitent s’attacher ses services recherchent davantage de l’expérience à utiliser en sortie de banc qu’un franchise player autour de qui construire pour aller au titre. Et cela tombe bien, puisque du côté des Mavs, il semblerait que Mark Cuban et ses subalternes cherchent à entourer un peu mieux un Luka Doncic toujours aussi phénoménal mais un peu esseulé – il se murmure d’ailleurs que l’ancien Madrilène et ses coéquipiers à Dallas seraient actuellement en studio pour enregistrer une reprise d’I’ll Be Missing You en hommage à Jalen Brunson, parti cet été sur les terres du destinataire de la chanson originale – histoire d’offrir au prodige slovène un supporting cast à la hauteur de celui dont a pu bénéficier son illustre aîné allemand au sein de la franchise texane. Et selon Ric Bucher de Fox Sports, c’est bien sur le triple All-Star que le management des francs-tireurs aurait jeté son dévolu.

Alors que les hommes de Jason Kidd comptaient déjà Spencer Dinwiddie dans leur effectif au coup d’envoi de l’exercice, et qu’ils ont été rejoints par un Kemba Walker signé librement il y a quelques jours, c’est donc un troisième guard avec des antécédents aux genoux qui serait actuellement dans le radar des voisins des Cowboys. Information importante cependant, contrairement à l’ancienne star des Hornets, le protégé de Tom Thibaudeau est lui toujours sous contrat avec les Knickerbockers, qui lui verseront cette saison un salaire total de plus de 14 millions de dollars et possèdent encore une team option à 15 millions pour 2023-2024 que le first pick de la Draft 2008 devrait également percevoir (bonsoir, non). Côté texan, Davis Bertans Dorian Finney-Smith ou encore Christian Wood peuvent être susceptibles d’intéresser le board new-yorkais dans le cadre d’un échange, pas dit cependant que leurs homologues de Dallas ne l’entendent de cette oreille. À moins que le ROY 2009 ne trouve un accord avec son employeur pour un buyout ? C’est tout ce que l’on souhaite à l’un des joueurs les plus kiffants de sa génération que de jouer dans une équipe avec de l’ambition pour finir sa carrière…

À défaut d’avoir été le coéquipier du grand Dirk dans le multiverse, le plus jeune MVP de l’histoire, Derrick Rose, pourrait donc faire équipe avec une autre (future ? présente ?) légende européenne des Mavericks dans les prochains jours. Que peut donner un D-Rose en sortie de banc derrière Doncic et Dinwiddie ? On paierait presque pour le voir.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top