Kings

Gregg Popovich voit un vrai effet Mike Brown aux Kings : c’est clair que Sacramento Top 8 à l’Ouest, ça fait bizarre

La saison 2022-23 serait-elle la bonne pour enfin retrouver les Playoffs ?

Source image : YouTube

Vainqueurs des Spurs la nuit dernière, les Kings ont confirmé leur grosse forme actuelle : cinq victoires de suite pour un bilan positif de 8 succès – 6 défaites après un mois de compétition, et une petite place dans le Top 8 de l’Ouest. Autant dire qu’il y a des sourires à Sacramento en ce moment. L’effet Mike Brown si l’on en croit Gregg Popovich.

Pop connaît bien l’actuel entraîneur de Sactown. Mike Brown a effectivement fait ses gammes à San Antonio (entre autres) en tant qu’assistant de Popovich de 2000 à 2003, avant de voler de ses propres ailes du côté Cleveland et Los Angeles. Et aujourd’hui, alors que les Kings viennent d’enchaîner une cinquième victoire face aux Spurs, le coach le plus victorieux de l’histoire voit déjà l’impact de son ancien collègue à Sacramento.

« Le groupe réagit vraiment bien à Mike Brown, d’une superbe manière. Et ils prennent du plaisir à jouer ensemble. C’est ce que je vois le plus, à travers leur style de jeu et ce qu’ils font sur le terrain. Et Brown est assez intelligent pour leur laisser la liberté de faire ça. »

– Pop, via le Sacramento Bee

Après avoir passé six ans dans le staff de Steve Kerr à Golden State, Mike Brown est venu aux Kings pour apporter notamment une vraie structure défensive et transformer l’ADN d’une équipe habituée à la lose. Pour rappel, Brown a joué un rôle crucial dans la solidité défensive qui a aidé les Warriors à enchaîner les titres ces dernières années, de quoi convaincre le manager général Monte McNair qui n’a aujourd’hui qu’un seul objectif en tête pour ses Kings : briser cette terrible série de 16 saisons consécutives sans la moindre participation en Playoffs. Le recrutement de Domantas Sabonis, Kevin Huerter et Malik Monk (entre autres), ainsi que la draft de Keegan Murray sont allés dans ce sens pour donner à Brown le maximum de chances pour réussir.

« Mike a constamment montré sa capacité à guider des équipes vers la victoire au cours de sa longue et belle carrière de coach. Il a bossé avec certains des meilleurs joueurs NBA et est l’un des meilleurs tacticiens défensifs de la ligue. Je suis excité à l’idée de ramener sa grande expérience à Sacramento. »

– Monte McNair (en mai dernier)

Et pour le moment, les résultats parlent en faveur du nouveau coach de SAC, même si c’est d’une manière un peu différente que ce qu’on pouvait attendre. Seulement 26e à l’efficacité défensive, les Kings restent l’une des équipes les plus perméables du circuit en ce début de saison, les principes défensifs de Brown prenant un peu de temps pour se mettre en place. Par contre, offensivement ça cartonne sous l’impulsion notamment d’un De’Aaron Fox en mode All-Star, qui est à la tête de la deuxième attaque NBA (117,5 points pour 100 possessions). Ça joue vite, ça joue libéré, ça partage bien la balle et ça dégaine de loin, plutôt pratique pour enchaîner les victoires (cinq de suite dont quatre à la maison, huit succès sur les dix derniers matchs). Tiens, ça rappellerait presque les Warriors ça non ? En tout cas c’est suffisant pour enflammer un Golden 1 Center qui ne demande que ça.

Franchement, elle est belle cette image. Un public mordu de basket et habitué à la médiocrité qui peut à nouveau vibrer pour sa team. Même si on aime vanner les Kangz, ça fait plaisir à voir. Ça fait plaisir pour une fanbase qui voit aujourd’hui son équipe être de retour dans le Top 8 de la Conférence Ouest après une bonne quinzaine de matchs, et ce malgré un tout début de saison marqué par quatre défaites de suite.

Peut-être, et on dit bien peut-être, que cette version-là des Kings est différente des précédentes. Peut-être que Sacramento est vraiment en train de mettre en place des principes de jeu solides et une culture pouvant permettre à la franchise de regoûter à la postseason dans un futur proche. En tout cas l’espoir est permis.

Et rien que pour ça, on peut dire qu’il y a un effet Mike Brown.

__

Source texte : Sacramento Bee

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top