Rockets

Houston étouffe Dallas, 101 à 92 : sans Luka Doncic, les Mavs ont fait de la peine à domicile

Luka Doncic n’était pas en tenue cette nuit pour affronter Houston et les Rockets en ont profité pour choper leur troisième victoire de la saison face à des Mavs bien fades, 101-92. Orphelines de son golden boy, les troupes de Jason Kidd n’ont jamais réussi à prendre le dessus sur les jeunes astronautes qui ont façonné une vraie muraille autour de leur cercle.

Les stats de la victoire défensive d’Houston, c’est par ICI !

Il existe tout un tas de maximes vouant l’importance de la défense. Visiblement, les Rockets ont passé en revue l’ensemble de ces dictons avant de se déplacer à Dallas.

Les stats ne mentent pas, les Houston Rockets ont balancé 19 contres, dont 5 pour Alperen Sengun qui obtient donc le titre de crêpier d’or. Mais le Turc n’était pas le seul à faire parler la poudre en défense, Kevin Porter Jr., Usman Garuba ou encore Jabari Smith Jr. ont aussi fait chauffer la billig. En plus d’une défense aux petits oignons devant le cercle, l’attaque a ronflé avec sept joueurs à plus de dix unités. Une force collective qui s’est appuyée dans un premier temps sur Jalen Green et Alperen Sengun avant de se reposer sur un Kevin Porter Jr. bien clutch. KPJ a scoré 8 de ses 17 points dans les douze dernières minutes, offrant une victoire encourageante aux protégés de Stephen Silas. Si d’un côté du Texas la soirée fut souriante, c’est forcément que de l’autre, elle fut franchement triste… Notamment depuis le parking pour des Mavs qui ont balancé un vilain 12/55, de quoi rendre fataliste notre ami Jason kidd.

“Nous n’avons tout simplement pas tiré droit.” Jason Kidd.

Ce pourcentage vient accentuer la fâcheuse impression ressentie devant les dernières minutes de la rencontre. Alors qu’ils étaient encore dans le coup, les Mavs ont arrosé sans limites depuis la buvette, mais problème : la sécheresse frappait les habituels shooteurs, de Tim Hardaway à Dorian Finney-Smith en passant par Spencer Dinwiddie. Résultat, un immonde 1/17 dans le dernier quart-temps. Pas besoin de vous faire un dessin, la performance de Dallas était clairement moche avec des choix collectifs plus catastrophiques les uns que les autres. En l’absence du maestro, seul Christian Wood a semblé tenir la barre dans le naufrage des siens en plus de THJ par séquence. Et si la fanbase attendait beaucoup de Spencer Dinwiddie, elle sortira forcément déçue de la rencontre du meneur qui avait un compas bien enfoncé dans l’œil avec seulement 9 points à 3/18 au tir.

Un seul être vous manque est tout est dépeuplé ? Voilà clairement la devise du jour des Dallas Mavericks. L’effectif a changé, mais les maux de la saison passée semblent rester les mêmes lorsque Luka Doncic ne sauve pas les miches des siens. Si on ne fera pas de conclusion aussi tôt dans la saison, ce type de scénario ne peut que nous pousser à penser cela. En l’absence du kid, les Mavs étaient à la dérive.

Houston a joué la partition parfaite pour frustrer son adversaire du soir et repartir dans sa base avec la victoire. Le young core spatial a développé un jeu collectif encourageant tout en dressant une muraille défensive impénétrable. De l’autre côté, Dallas s’est entêté à forcer une réussite à 3-points qui n’est jamais arrivée. Une chose est sûre, Luka Doncic ne devra pas trop s’absenter cette saison si les Mavs veulent éviter des désillusions.

Source texte : Tim MacMahon.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top