Kings

Et si les Kings faisaient les Playoffs en 2023 ? On a imaginé le scénario, aux joueurs de le rendre réel

De'Aaron Fox Kings 23 septembre 2022

Et si De’Aaron Fox et les Kings jouaient les Playoffs 2023 ?

Source image : YouTube / Sacramento Kings

Plus apparus en Playoffs depuis désormais 16 saisons, un record all-time, les Kings vont tenter une fois de plus de faire taire les critiques en s’invitant à la postseason. Et si cette année était la bonne ? On sort notre plus belle boule de cristal pour prophétiser une année idyllique pour les fans de Sacramento. On n’oblige personne à nous croire sur parole bien sûr. 

Crypto.com Arena, 14 avril 2023. Domantas Sabonis et De’Aaron Fox s’enlacent longuement sur le terrain alors que vient de retentir le buzzer de la seconde manche du play-in tournament à l’Ouest. Outsider face à des Lakers à domicile, les Kings ont donc réussi l’exploit d’aller l’emporter à L.A., 115-114 et ils se qualifient pour les Playoffs pour la première fois depuis 2006 ! Mais ne mettons pas la charrue avant les bœufs, n’écrivons pas la fin de l’histoire avant le commencement. Tout débute lors du Media Day le 26 septembre 2022, De’Aaron Fox se présente face à la presse et avoue qu’il sent que cette équipe peut faire une très belle année. Au sein des journalistes présents dans l’auditoire, quelques sourires malicieux s’échangent, repérés par le capitaine des Kings.

« Vous verrez » pense-t-il fort.

Le début de saison donne pourtant raison à la star locale. Avec enfin des shooteurs dignes de ce nom (Huerter, Murray, Monk, Barnes) pour l’entourer et lui offrir des espaces, le Renard montre son meilleur visage. À ses côtés, c’est un Domantas Sabonis pleinement intégré qui brille dans la raquette, sanctionnant au poste bas et jouant magnifiquement son rôle de point-center. Keegan Murray ? Il valide sa Summer League réussie et s’invite très rapidement parmi les candidats pour le Rookie of The Year avec ses 16 points par match et sa belle activité des deux côtés du terrain. La différence avec la saison passée est criante : l’attaque est bien plus équilibrée et offre plus de solutions lorsque les leaders sont dans le dur. Défensivement, les principes de Mike Brown font que Sacramento passe d’une défense catastrophique à une défense « correcte ». Ce n’est pas énorme mais ça fait tomber pas mal de matchs couperets du bon côté de la barrière.

Sur le plan individuel, les progrès sont aussi visibles. Davion Mitchell continue sa progression en tant que pitbull maison alors que Fox passe enfin le cap que les fans attendaient depuis un moment. Plus obligé de forcer pour créer en attaque, le meneur joue plus juste et garde de l’énergie pour briller dans le money time, plusieurs fins de match étant marquées de son empreinte. Avec 26 points de moyenne début février et grâce à la belle huitième place des Kings au classement, surprise de ce début de saison, l’ancien de Kentucky s’offre enfin une première invitation au match des étoiles. Il faut maintenant finir cette saison en beauté, en allant chercher les Playoffs. Plus facile à dire qu’à faire car la concurrence est toujours aussi coriace. Une mauvaise série sur la seconde partie du mois mars fait tomber Sacramento à la dixième place mais les Kings s’accrochent et parviennent à choper le neuvième spot en allant remporter une victoire importantissime à Portland puis une autre contre New Orleans. Place donc au play-in tournament, déjà un accomplissement de fou quand on sait d’où partent les copains en violet. Poussé par un public en fusion, Sacramento parvient à repousser les assauts d’un Damian Lillard titanesque mais un poil esseulé. Place donc au gros morceau et il fallait un adversaire spécial pour ce duel final. Ce sont donc les Lakers qu’il faudra vaincre, et sur leur parquet s’il vous plait. Déjà les cauchemars de 2002 reviennent hanter Sactown. L’histoire était trop belle, un arbitre viendra forcément faire foirer la noce avec ce groupe déjà entré dans le cœur des fans.

Le duel est épique, tendu, irrespirable, les deux équipes se rendant coup pour coup. LeBron James, 47 points, 13 rebonds, 8 passes, donne une longueur d’avance aux Lakers au bout du money time sur une énième pénétration mais Fox va chercher les deux lancers qu’il convertit ! +1 Sacramento ! Seulement douze secondes à jouer, les Lakers ont la possession mais ils n’arrivent pas à trouver les mains de LBJ. C’est finalement Anthony Davis qui va affronter Domantas Sabonis dans la raquette. Il travaille le Lituanien, qui reçoit le soutien de Fox pour une prise à deux, AD ressort pour Westbrook qui tire sur… la planche. Alors que les joueurs des Kings envahissent le terrain pour s’autocongratuler, le King file vers le tunnel la tête passe mais grommelant quelques mots audibles des fans les plus proches : « une dernière brique avant de te barrer ». Bad mood pour les Angelinos, fin du record de la honte pour les Kings, jour de gloire dans la capitale californienne. Certes, ils prendront 0-4 contre les Warriors sur la semaine suivante mais qui s’en rappellera ? L’important est assuré, Sacramento est parmi les 16 meilleures équipes de la Ligue et ça, personne ne peut leur retirer.

Vous l’aurez deviné, on ne prédit pas l’avenir et ce scénario (beaucoup trop) idyllique plaira sans doute aux fans des Kings mais ce sera aux joueurs de lui donner vie sur le terrain.  Y’a plus qu’à comme dirait l’autre. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top