Heat

Preview Game 6 Celtics – Heat : Miami dos au mur, et cette fois LeBron James n’est pas dans le coin

LeBron James

Un seul être vous manque…

Source image : YouTube

Alerte rouge en terre verte. Miami, frappé par une sorte de blues depuis déjà deux matchs, doit à tout prix éviter l’élimination ce soir à Boston pour ne pas avoir à rire jaune avec les joueurs des Celtics, une fois la partie terminée. L’ensemble de l’armada de South Beach est donc attendue au tournant, alors que les locaux ont l’opportunité de s’envoler vers leurs premières Finales NBA en douze ans.

Lors des matchs qui comptent, le TD Garden – comme la Meilleraie – est le genre d’arène où certains des plus braves gladiateurs n’osent pas mettre les pieds. Survoltés du coup d’envoi au buzzer final, les fans des Celtics sont connus et reconnus pour leur capacité à emballer un match en faveur de leurs protégés. Forte de cette ambiance qui lui est complètement favorable, la bande des Jay Brothers peut aussi s’asseoir sur des statistiques qui vont en son sens : 81,8% des équipes menant 3-2 en Playoffs ont fini le boulot et sont passées à l’étape supérieure. Pour les fadas de mathématiques, on peut même ajouter qu’avec ce schéma de série, treize équipes ont réussi à s’en sortir pour seulement trois revers encaissés. Deux trois chiffres qui, avec l’historique de la NBA, commencent à ne plus être trop aléatoires, toute loi du sport respectée. On parlait des Jay Bros, l’un des deux sera attendu au tournant.

On parle bien de Tatum, qui tourne à 24,8 points de moyenne à domicile lors de ces Playoffs. Il devra faire au moins aussi bien pour aller arracher ses premières Finales NBA en carrière. Bien sûr, à l’instar d’autres équipes ayant compté plus que de raison sur leurs armes majeures, cela ne suffira pas s’il joue trop seul. Jaylen Brown aura aussi du pain sur la planche puisque le gars devra assumer son statut de star. L’ensemble de l’armée de Beantown a montré depuis le début de cette campagne de postseason qu’elle n’était pas là pour faire joli. Payton Pritchard, Al Horford ou Grant Williams, ces noms ont engagé des efforts à maintenir pour s’offrir un ultime défi. Rester aussi durs défensivement et capables de s’adapter au schéma offensif adverse, mettre les paniers. Avec tout ça, on devrait être plutôt bons à la fin de la foire. Et puis, on n’a pas parlé de Marcus Smart et Robert Williams III. Leur participation reste questionnable pour ce soir, mais on croise les doigts pour qu’ils puissent jouer et remplir leurs rôles de protecteurs d’arceau.

Lâchez tout votre champ lexical de la peur, c’est l’heure de causer de Miami. Une série menée deux manches à une, avec un succès de patron à Boston, tout ça pour complètement rater les rencontres qui suivent ? Allez quoi, on n’a pas spécialement envie de vous tacler car vous vous êtes rendus coupables de choke. En plus, LeBron James ne sera pas là pour en envoyer 45 sur la truffe des Celtics et du TD Garden façon 2012. Vous vous souvenez, c’était il y a dix ans, quand les deux adversaires du soir se retrouvaient déjà en Finale de l’Est avec un Game 6 en direct du Massachusetts aux allures de clap de fin pour South Beach. 48 minutes de pure greatness signées du King et la victoire au bout, à réitérer ce soir. Souci, ce dernier est apparemment en train de faire de l’aqua-poney sur glace du côté de Chamonix, ce sera donc à Jimmy Butler d’assurer l’intérim. Souci (bis), Jimmy B. est dans la panade complète depuis la quatrième manche. Apport offensif proche du néant, présence défensive légère. Avec lui, l’ensemble de ses compagnons d’aventure ont aussi chuté bien bas en matière de basket : Kyle Lowry et Max Strus jouent à « celui qui met un tir en premier est un bouseux », et Bam Adebayo ne préfère même pas tenter sa chance. Ajoutez-y un P.J. Tucker également dans la sauce, et vous obtenez le parfait quinté pour perdre un match de Playoffs.

À moins. À moins que cette joyeuse bande ne décide de se réveiller et de redevenir le rouleau compresseur qui a étouffé les Celtics dans tous les aspects du jeu au Game 3. On n’a pas mentionné Tyler Herro du fait de son absence, et le bonhomme reste questionnable à quelques heures du match. Sa participation ou non sera comme d’hab’ précisée juste avant le début de la partie, et cette information sera ô combien importante pour les siens. On a vanné Lowry et Strus, mais ces deux là ne font que prendre les shoots normalement réservés à Tyler, ce qui peut expliquer en partie pourquoi ils ratent autant au regard du volume. Le Heat ne s’est jamais retrouvé en position de se faire éliminer lors de ces Playoffs, et c’est le meilleur moyen de voir ce qu’une équipe a dans le ventre. Un groupe qui se réclame de la légitimité d’être champion NBA doit pouvoir revenir et l’emporter. Miami sait comment ça fonctionne. Il n’y a plus qu’à, comme on dit.

C’est l’heure d’être décisif pour Miami. Vous connaissez l’adage, les grands moments font les grands joueurs. Jimmy Butler doit assurer et son groupe montrer confiance en son leader. Le Heat est une armada fantastique, mais attention car Boston veut prendre sa revanche sur South Beach dix ans après. Coup d’envoi à 2h30, soyez en forme !

Sources texte : realgm.com/landofbasketball/ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top