Mavericks

L’incroyable soirée de Spencer Dinwiddie sur le parquet des Suns : qui aurait prévu un aussi gros coup de chaud ?

Spencer Dinwiddie

C’est l’heure des Teletubbies à Phoenix !!

Source image : YouTube

Il n’est pas originaire de la Drôme et porte presque le nom d’un Teletubbies : le numéro 26 des Mavs Spencer Dinwiddie a décidé hier de prêter main forte à Luka Doncic pour plier ce Game 7 sur le parquet du Footprint Center de la plus rapide des façons. Alors que son début de saison dans la capitale ne le destinait même pas à participer au play-in tournament, Tinkie-Winkie nous a tout simplement lâché son nouveau career-high en Playoffs sur la tête de Suns dépassés. Un petit retour sur cette soirée folle du nouveau sixième homme de Dallas s’impose totalement.

30 points. En hommage à Stephen Curry ? En tout cas dans la manière, ça pourrait y ressembler. Un très beau 5/7 du parking marqué par une confiance sans failles : de vrais 3-points en première intention pleins de sang froid qui parlent pour eux-mêmes. En inscrivant 21 de ses 30 pions en première mi-temps, Spencer Dinwiddie a aidé les Mavs à envoyer les Suns en vacances le plus tôt possible grâce à son impact direct en sortie de banc : à peine rentré à la place de Jalen Brunson, il récupère ses tickets shoot et enquille deux tirs du parking sur ta courge en à peine 40 secondes, mais dis-moi, qu’est-ce que tu vas faire ? Répondre de l’autre côté du terrain ? Tu peux même pas, car Spencer est là pour t’emmerder en défense, que ce soit en opposition directe sur Devin Booker ou en aide défensive sur Deandre Ayton, car Dinwiddie s’est transformé en vraie muraille infranchissable par Phoenix. Du coup tir manqué, rebond défensif pour les Mavs, le héros du jour qui demande une iso en voyant que le pivot des Suns a switché sur lui après un écran… et voilà que le numéro 26 de Dallas se croit maintenant sur le terrain du Rucker Park de New York avec des cross à tout-va pour faire trembloter les grandes jambes de l’ancien premier pick de Draft. 

En janvier pourtant, personne ne voyait Spencer Dinwiddie participer aux Playoffs. Normal : il jouait à Washington à cette époque-là. Et dans la capitale, l’ambiance n’était pas trop à fêter joyeusement le Nouvel An mais ressemblait plus à un mauvais épisode des Marseillais à Cancun. Une cohésion plus que bancale marquée par des bastons en plein match, comme celle entre Montrezl Harrell et Kentavious Caldwell-Pope lors du match face au Thunder. Spencer Dinwiddie était arrivé en provenance des Nets en 2021 dans un sign-and-trade entre cinq franchises, grand bazar lié au départ de Russell Westbrook pour les Lakers, et le meneur sortant d’une rupture des ligaments croisés était alors échangé contre deux seconds tours de draft de pacotille et signait chez les Wizards pour 60 millions de dollars sur 3 ans. Mais sur son contrat Spencer n’avait pas lu qu’il allait devenir animateur de centre aéré et non l’une des premières options offensives de la franchise… Entre la blessure de Bradley Beal qui a mis le moral de tout le monde à bas, Kyle Kuzma qui pense autant à sa garde-robe qu’à sa legacy, Spencer Dinwiddie a fait du mieux qu’il pouvait sur le terrain et en dehors en séparant les bagarres entre ses coéquipiers, le mieux étant malgré tout… bien décevant (12,6 points à 37% au tir). Les Mavs ont donc misé sur le bon cheval en le ramenant – lui et le sniper letton à 9 doigts et demi Davis Bertans – dans le Texas dans un trade en février dernier contre Kristaps Porzingis. Deux nouvelles options d’assists pour Luka Doncic qui peut – encore plus – ressortir le ballon à 3-points pour de nouveaux coéquipiers qui savent enquiller derrière l’arc quand il le faut. 

On ne retiendra pas que la performance exceptionnelle de Luka Doncic sur ce Game 7, mais aussi celle de Spencer Dinwiddie qui a été omniprésent des deux côtés du terrain. En espérant que ces 30 points ne soient pas qu’une éclaircie du soleil dans un ciel nuageux, mais que les Mavs puissent continuer à compter sur lui en sortie de banc lors des finales de Conférence Ouest face aux Warriors.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top