TrashTalk Award

TrashTalk Award – S04 E15 : Luka Doncic imite le « Calma » de Cristiano Ronaldo, on se sait entre anciens du Real Madrid

Luka Doncic

Cette rivalité naissante entre Devin Booker et Luka Doncic va devoir être suivie de près.

Source image : NBA League Pass

La NBA n’est jamais la dernière pour apporter son lot de saillies verbales en tous genres entre ses différents protagonistes. Et forcément, comptez sur nous pour les recenser aussi souvent que possible, car sans être trop premier degré, on est friands de ces duels musclés. Alors, c’est qui pour vous la plus grande gueule du moment ?

La précédente édition du TrashTalk Award a été remportée par des Wolves désormais en vacances, mais au moins vainqueur de ce trophée.

Candidat # 1 : la danse de Ja Morant et Dillon Brooks sur le logo des Wolves

Les Grizzlies et les Wolves n’ont pas arrêté de se chercher au cours de ces séries plutôt sympathiques, chacun multipliant les provocations en tous genres pour tenter de faire dégonder l’adversaire. Toutefois, c’est bien la troupe de Ja Morant qui a obtenu le dernier mot face à de vaillants Loups qui n’ont rendu les armes qu’au Game 6. Sachant que cette qualification a eu lieu à Minneapolis, le MIP 2022, accompagné de son chef de chantier Dillon Brooks ont fêté à leur façon leur passage en demi-finales de conférence.

Ja Morant et Dillon Brooks dansent sur le logo des Wolves.

Ce style de danse est fréquemment exécutée par Ja Morant et ses sbires lorsqu’ils gagnent, ou lors d’une grosse action. Sauf qu’après une victoire de Minnesota, Patrick Beverley avait moqué ses adversaires en regagnant le vestiaire de cette façon, insinuant que la série était loin d’être finie et que ceci le mettait en joie. Sauf que Ja est du genre rancunier et s’en est souvenu, le choix du lieu, à savoir le milieu du parquet adverse, a été sciemment choisi. Et pour une fois, Dillon Brooks a même trouvé la mire, lui qui est pour l’instant à 9/44 dans la série face aux Warriors. Le visage de Gary Payton, deuxième du nom, est malheureusement la seule chose que l’arrière canadien ait correctement visé jusqu’alors.

Candidat # 2 : le regard de Gary Payton II après avoir escaladé Desmond Bane

Le pire, c’est qu’avant de se faire charcuter comme un malpropre, Gary Payton II réalisait de belles séries dans son registre. Promu dans le cinq majeur pour cadenasser Ja Morant. GPII apportait avec brio toute sa défense, jusqu’à cette malheureuse action où le fiston restera au sol, se tenant le coude, après ce contact avec le numéro 24 de Memphis. Le verdict est sans appel : trois semaines d’absence au minimum, et un retour très compromis pour la suite des Playoffs. Le seul qui pourrait éventuellement être « soulagé », c’est Desmond Bane. Et vous allez vite comprendre pourquoi.

Le fiston de notre avatar Twitter n’a pas froid aux yeux, en même temps il a de qui tenir. Alors qu’il s’apprêtait à monter au dunk, Desmond Bane ne l’a pas entendu de cette oreille mais a malheureusement été trop court pour contrer l’arrière gaucher qui lui écrase la balle sur la truffe et lui lance le fameux regard signature de la famille. Pourquoi parler quand les actions et le silence sont bien plus parlants ? C’est à cette question qu’a répondu Gary Payton II.

Candidat # 3 : le « Calma » façon Cristiano Ronaldo de Luka Doncic

Un ancien du Real Madrid qui imite un ancien du Real Madrid. La connexion de la Casa Blanca a été utilisée à très bon escient par Luka Doncic face aux Suns lors du Game 2. Se sachant ciblé par la défense et le public de Phoenix en tant que danger numéro 1 de Dallas, le Slovène n’en perd pas pour autant sa vista, son niveau de jeu, ni son sens du trashtalking. Après avoir inscrit un panier à 3-points, il s’inspire de Cristiano Ronaldo pour s’adresser à la foule du Footprint Center.

Avant son fameux saut retourné et son « SUUUUU » strident, Cristiano Ronaldo était habitué à célébrer ses buts à l’extérieur avec un « Calma ! » et un geste de la main, afin de rappeler aux spectateurs qu’il avait installé la clim dans leur stade. Luka Doncic a donc décidé de marcher sur les pas de CR7 après un panier à 3 points. On ne sait pas si cette célébration de Magic Luka est vraiment inspirée par CR7 mais le clin d’œil est en tout cas tout sauf anodin pour les deux joueurs qui finiront à coup sûr au panthéon de leur sport respectif, et du Real Madrid.

Candidat # 4 : la fanfaronnade et les majeurs de Draymond Green

On n’aime (ou on ne déteste) jamais autant Draymond Green que lorsqu’il fait du Draymond Green. Jamais le dernier pour aboyer et jouer dur, il s’est rendu coupable du premier mauvais geste de la série avant Dillon Brooks sur GPII. En effet, voyant Brandon Clarke monter au dunk, Green ne l’a pas entendu de cette oreille, faisant une grosse faute sur l’intérieur des Grizzlies. Mais voyant que cela ne suffirait pas, il a accroché le maillot du Canadien en l’air, faisant retomber ce dernier sur le bide avec une belle frayeur. Et même si plus de peur que de mal au final, Draymond Green ne finit pas le match et est renvoyé aux vestiaires.

La pierre angulaire des Warriors repart aux vestiaires en demandant aux fans des Grizzlies de faire un maximum de bruit au moment où il sort du terrain. Il semblait trouver sa sanction injuste, et d’ailleurs cette pensée a été confirmée sur sa story Instagram avec des emojis morts de rire après la citation de Brandon Clarke.

« Il a toujours été connu pour ses fautes flagrantes dans sa carrière. Je les regardais à la TV. Je ne suis pas choqué qu’il ait fait ça. »

Ce serait bien mal connaître l’animal que de penser qu’il en resterait là. Pas suspendu davantage par la ligue, le numéro 23 était de retour au FedExForum dès le match suivant, et a même dû repartir aux vestiaires dès l’entame de match. Voyant la joie des fans des Grizzlies, il n’a pas hésité à faire une Kyrie Irving et à envoyer ses majeurs dans les airs, ce qui lui coûtera cette fois-ci 25 000 dollars.

Infernal, tout simplement infernal.

Candidat # 5 : Jimmy Butler TERMINE Tobias Harris

Avant de faire les beaux jours du Heat, Jimmy Butler a tenté de canaliser les jeunes Sixers Joel Embiid et Ben Simmons. Buckets, en plus d’avoir un flow stratosphérique avec le maillot de Philadelphie, semblait réussir à imprimer sa patte défensive et hargneuse dans l’effectif. Mais c’était sans compter sur un Kawhi Leonard qui décidait alors de nous offrir l’une des actions les plus clutch de l’histoire de la NBA (voire même du sport en général ?). Lors de l’intersaison, Butler, déçu de ce coup d’arrêt en demi-finales de conférence, décide de demander un sign and trade direction Miami. Aujourd’hui, il a obtenu le scalp de son ancienne franchise puisque le Heat sort vainqueur en six matchs. Et visiblement, il avait un message tout particulier pour Tobias Harris

Jimmy Butler après avoir éliminé Philly : « Tobias Harris à ma place ? »

Ah ouais, dans le genre gratuit, on peut dire que le sosie de J.Cole n’a pas eu à verser le moindre centime pour recevoir cette balle perdue. Butler était probablement encore rancunier que les Sixers lui aient de toute façon préféré Ben Simmons et Tobias Harris à l’époque. Ce dernier touchant cette saison la rondelette somme de 36 millions soit… le même montant que Jimmy Butler, pour pas le même rendement, vous l’aurez remarqué. 17-6-3 pour le premier, 21-6-5 pour le second. Et le déficit se creuse encore en Playoffs avec 17-8-3 et 29-8-4 de part et d’autre. Donc effectivement, la question de Jimmy Butler fait sens, vous ne trouvez pas ?

Candidat bonus : le tag de James Harden sur Instagram de la part de Victor Oladipo

Décidément, cette période n’est pas très bonne pour James Harden, qui s’est pris une roquette par Victor Oladipo. Longtemps sur la touche, l’arrière du Heat est de retour dans une forme olympique. L’ancien du Magic, du Thunder et des Pacers, bien déterminé à ranger aux oubliettes ses galères physiques, donne tout pour Miami aujourd’hui et a regagné avec brio la rotation d’Erik Spoelstra. La confiance semble également revenir pour Oladipo, qui se laisse même aller à une petite subtilité à l’égard de James Harden.

À ce moment-là, le Heat menait 2 à 0 dans la série face aux Sixers en demi-finales de conférence, et Oladipo a souhaité rappeler à The Beard qu’il lui a scoré sur la truffe. Sauf qu’ensuite, Philadelphie est revenu à 2-2 et Nikola Jokic a été nommé MVP de la saison régulière, ce qui aurait bien pu énerver Joel Embiid et le faire passer en mode Gamebreaker. Toutefois, Miami va empocher la série dans le sillage d’un Jimmy Butler 4 étoiles. En tout cas, c’est une belle marque de confiance qui fait plaisir à voir de la part de Vic, mais ce dernier va devoir continuer en finales de conférence car son équipe va encore avoir besoin de lui.

Mais qui a eu la plus grande gueule dans cet épisode ?

View Results

Loading ... Loading ...
Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top