Suns

Chris Paul, Chris Paul, Chris Paul… : un dernier quart-temps au plus-que-parfait, un mélange entre Point God et Zen Master

Chris Paul 5 mai 2022

Quand Chris Paul décide de gagner un match, partez du principe qu’il va gagner ce match.

Source image : NBA League Pass

A force nous ne trouverons bientôt plus les mots. Fort heureusement cette phrase est fausse car notre métier est justement de les trouver, ces mots, mais vous avez compris l’idée. Alors ce matin, partons sur cette liste : myrtille, ascenseur, papyrus, étouffe-chrétien, sacoche, iguanodon, acrobatie et énergivore. Oui, Chris Paul nous pousse chaque matin à toujours plus d’originalité. 

Pour un récap un peu plus en détail de ce Game 2 entre les Suns et les Mavs c’est juste ici

Pourtant, original Chris Paul ne l’est pas tant que ça, car finalement la perf de la nuit n’est qu’une extension de plus à son histoire récente. De la clutchitude, du leadership, et cette perfection basketballistique à filer une demi-molle à un fan des Suns mais la gerbe à ceux des Mavericks. Cette nuit ? CP3 a tout d’abord laissé le jeu venir à lui, il a regardé son officieux padawan Luka Doncic se faire un gros festin en première mi-temps, puis après trois quarts-temps le bougre s’est enfin dit qu’il était temps d’en finir avec ces conneries. Par conneries entendez « match équilibré », comprenez « espoir pour Dallas », alors à l’orée du quatrième et dernier round voici ce que Chris Paul a offert à la foule en délire du Footprint Center, alors que les Mavs étaient encore à trois petits points du bonheur :

  • Un premier shoot du parking
  • Un caviar pour Cam Johnson qui sanctionne à 3-points également
  • Un lay-up dans le trafic
  • Un pull-up midrange
  • Un alley-oop en contre-attaque pour Mikal Bridges
  • Une faute offensive provoquée deux secondes plus tard
  • TIME-OUT DALLAS.
  • Rebond défensif plus 2-points dans la foulée
  • And-one en provoquant la faute de Luka Doncic.
  • 15 points d’avance.

15 points d’avance et bientôt quasiment 25 après que ce sans-cœur de Devin Booker ne s’y soit mis également, car Chris Paul vient tout simplement de provoquer un – énième – ragequit collectif adverse. Une petite vingtaine de points sortis de sa propre manche en à peine quatre minutes, des coups de vice défensifs à vous en dégoûter du basket, à vous en dégoûter de la vie devant tant de facilité, toi qui n’arrive toujours pas à beurrer ta biscotte sans la casser en sept (alors qu’il faut juste en superposer plusieurs). Chris Paul c’est ça, c’est ça Chris Paul, un petit général de 36 balais qui semble avoir atteint son apex non pas statistique mais psychologique, un Monsieur Propre à qui on a de plus en plus envie de se voir offrir une bague dans quelques semaines. Qu’on soit fan des Suns ou pas, qu’on soit fan de lui ou pas. Juste par retour des choses, enfin on croit.

28 points, 6 rebonds et 8 passes. 11/16 au tir, 1/2 à trois points, 5/5 aux lancers. A eu la main, que ce soit au scoring ou à la passe, sur les 19 premiers points du dernier quart temps des Suns. Point God. Mais parfois des images valent mieux que des chiffres et que quelques sottises alors jetez plutôt un coup d’œil ci-dessous, nous on va d’ailleurs le refaire pour la quatorzième fois au moins, parce que ce genre de démo au petit matin vaut au moins mille cours de gestion. Allez, musique maestro.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top