Playoffs NBA

Le Heat dégomme Atlanta pour lancer sa série : 115-91 et une domination totale, messieurs les Hawks bienvenue en Playoffs

Jimmy Butler 17 avril 2022

Les darons sont dans la place.

Source : NBA League Pass

Sortis du play-in à l’Est grâce notamment à une nouvelle dinguerie de Trae Young, les Hawks se déplaçaient à South Beach pour entamer une difficile série. Et il n’y a pas eu de match, tant le Heat a donné une leçon de basket aux gars d’Atlanta. 1-0 pour Miami, succès carrément mérité car le match n’a jamais été serré, et chez nous on appelle ça un blow-out DE DARONS.

Pour les stats maison de ce joli petit match, c’est par ici !

Quel début de rencontre… Que début de rencontre claqué au sol. 3/15 en cumulé pour commencer la partie, fallait nous prévenir si c’était un match de Coupe de Vendée. Heureusement, Jimmy Butler et Trae Young ont décidé de nous compenser ce triste spectacle en se prenant le chou d’entrée, avec une faute technique à la clé pour les deux mâle alphas de cette série. Miami prend néanmoins les choses en main et assure rapidement une avance de dix points, parce qu’il y a quand même des gens qui ont payé leur place pour être là. Ça prend les devant, oui, mais ça reste bien moche, les shoots sont mal pris et la réussite s’en ressent directement. Autre fait notable ? Ice Trae est gelé au sens propre du terme. Adresse cradingue, passes mal ajustées, il faut vite régler la mire sinon ça va tourner au blizzard pour les siens. On a quasiment l’impression… de ne pas être en Playoffs, mais le Heat finit bien par nous le rappeler. Hausse de l’intensité défensive, ce qui a pour effet de réveiller toute l’équipe : Kyle Lowry, Tyler Herro et surtout Duncan Robinson, qui commence à s’amuser à 3-points et personne n’est prêt pour la suite. Bref tout le monde y va gaiement, et l’écart passe à 19 points la mi-temps de manière complètement méritée, 59-40 Heat, la soirée va être longue.

Le fait marquant de ce Game 1 ? Définitivement ? C’est donc la soirée dé-gueu-lasse de Trae Young. 8 points à 1/12 au tir dont 0/7 à  3-points, pire match de la saison pour le bonhomme, terrassé par la défense du Heat et qui ne foutra d’ailleurs pas un pied sur le parquet lors du dernier quart. Erik Spoelstra a réussi son coup, à savoir sortir le plus vite possible le meneur d’Atlanta pour l’empêcher de jouer son rôle, l’empêcher de planter des points et surtout de dynamiser toute sa troupe. Grosse défense à base de trappes et de contacts omniprésents, et surtout attaques mentales avec Jimmy Bucket puis Kyle Lowry qui va caresser sa cheville sur un contact, pas évident de mettre trop d’engagement dans le jeu quand ça frôle la blessure vous l’avouerez. Derrière, les copains sont donc paumés, donnent des fautes grossières et n’arrivent pas à surmonter la canicule sur le terrain, relayée par une salle elle aussi bien chaude.

Le Heat ? On est clairement sur un amour de match. Dominants dans le jeu collectif et dans l’intensité physique, on a eu l’impression toute la soirée qu’une ou deux divisions séparaient les deux adversaires du soir. Tout le monde s’y colle niveau scoring, avec une mention spéciale pour Duncan Robinson qui envoie 27 points à 8/9 à 3-points car la mèche était bien gominée ce soir. Performance carrément marquante, car on ne sait absolument pas comme les hommes de Nate McMillan vont pouvoir réagir face à un bloc de Miami si bien en place, si costaud défensivement, et composé de gros darons ayant tous une sacrée expérience des matchs tendus. Il n’y a eu, une fois les cinq premières minutes passées, aucune place pour une victoire des Hawks ce soir, et on a juste l’impression que quoi que les Géorgiens fassent, rien ne pourra inverser la tendance dans cette série. À la fin du match ça fait 115-91 pour le Heat, +24 et ressenti +40., alors tentative de réveil obligatoire au prochain match, sinon la série s’annonce à la fois très rapide et très longue pour Atlanta.

Oh la méchante… et logique correction infligée aux Hawks par le Heat. La performance de Miami est tout aussi aboutie que marquante, espérons juste qu’elle ne donne pas le ton de cette série sinon on risque de se diriger vers un coup de balai bien sévère. Rendez-vous dans la nuit de mercredi pour la suite ! 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top