Playoffs NBA

Preview Mavericks vs Jazz – Playoffs 2022 : duel entre deux équipes un peu grippées, objectif trouver le remède

Preview Mavs Jazz Playoffs 16 avril 2022

Luka vs Donovan, un seul passera le premier tour !

Source : montage via NBA league Pass

Enfin les Playoffs ! Beaucoup d’affiches alléchantes au programme parmi lesquelles cette belle confrontation entre Dallas et Utah. Quatrième contre cinquième à l’Ouest, l’écart est mince mais il y a tout de même une hiérarchie à faire respecter côté Texans. Enfin, c’était sans compter sur la blessure de Luka Doncic…

Pour les pronos de la rédac’ TrashTalk, c’est par ici

Confrontations en saison régulière 2021-22 :

  • Jazz – Mavericks : 120 – 116
  • Jazz – Mavericks : 116 – 104
  • Mavericks – Jazz : 111 – 103
  • Mavericks – Jazz : 114 – 100

Vous voyez la roue de la fortune, quand le candidat de Meurthe-et-Moselle qui s’appelle Christophe, 51 ans, fait tourner la roue et que ça tombe sur Banqueroute ? Et bien les Mavericks n’en sont vraiment pas loin. Pourquoi ? Et bien car Dallas ne pourra pas attaquer les Playoffs avec le prodige slovène qui illumine son jeu depuis maintenant presque quatre ans, à savoir Luka Doncic. Blessé au mollet gauche lors de l’ultime rencontre de régulière (allez savoir pourquoi il a joué ce match d’ailleurs…), le meneur de 23 ans est annoncé absent lors de l’ouverture de la série, qui aura lieu dans le Texas. Parlez d’un coup dur, nous on parle carrément de la foudre qui s’abat sur la cité de Dallas. Mais bon, Jason Kidd connaissait les risques au moment de faire jouer son meilleur joueur dans un match sans intérêt, alors que tous les autres joueurs majeurs avaient choisi de rester en civil pour ne pas risquer une blessure. Bref, ça donne un désavantage plus qu’important aux Mavs, qui auraient compté sur la mauvaise forme d’Utah pour n’en faire qu’une formalité sur quatre voire cinq matchs… Car oui, dans la cité du Grand Lac Salé, la situation n’est certes pas plombée par les pépins physiques, mais elle l’est quasiment autant sur le plan moral. Imaginez donc, à deux semaines de la fin de la saison régulière, les deux joueurs majeurs du groupe qui s’embrouillent, avec le coach qui rajoute son grain de sel à tout ça…, le tout sur fond de crise de résultats. Un chantier innommable quoi. 

Vous penserez peut-être qu’on en fait beaucoup sur le contexte, et pourtant il pourrait jouer énormément sur la confrontation à venir. On parlait du Jazz, et bien mettez-vous dans la tête que l’un des propriétaires de la franchise, à savoir Dwyane Wade, a fait savoir sur une chaîne nationale, donc plutôt suivie lorsqu’il y a du basket diffusé, qu’il ne trouvait pas ça normal que le pivot star de l’équipe, Rudy Gobert, ne soit pas assez servi et considéré en attaque. C’est quel genre de foutoir en interne quand un type, de surcroît légende du jeu, se permet de critiquer la gestion tactique de sa propre équipe devant des millions de téléspectateurs ? Et comme nous vous le disions, quand le coach lui-même se pointe devant les médias pour mettre une pression à ce même joueur qui se plaint du manque de combativité des copains ? Loin de nous le chauvinisme qui nous ferait donner raison à Rudy, puisque nous n’avons pas toutes les clés de compréhension du problème, mais avouez quand même qu’un tel drama à quelques jours des Playoffs, ça la fout plutôt mal.

Bref, ça fait beaucoup de contexte, mais vous aurez avec tout cela compris que la série se jouera énormément au mental pour tout le monde, n’en reste pas moins que ce sont les aptitudes de chacun qui feront valser la balle vers le panier adverse. De ce côté-là, sans un Luka Doncic en mode magie balkanique, les Mavericks auront sans doute énormément de mal à trouver des repères stables offensivement. Non pas que l’on soit des détracteurs de Spencer Dinwiddie, mais ce bon Lulu possède son talent tout entier dans chaque orteil. À Utah, si on passe outre les embrouilles de voisinage entre stars, il faut avouer qu’avoir un Donovan Mitchell concerné, ça reste un sacré avantage lorsqu’il faut planter. Oui, il y a eu de la fâcherie entre gros bonnets chez les mormons, mais tout le monde semble uni autour du fait de faire avancer le schmilblick collectif. Et quand Donovan se fâche, ça donne des mixtapes énervées façon Mickey Mouse 2020 contre les Nuggets. Tirs à douze mètres ? Allez hein, d’autant plus que si Rudy accepte de jouer un peu le pick and roll et de se lâcher offensivement, la boucherie peut vraiment prendre une envergure de type Rungis à 3h du mat’ la veille du réveillon de Noël. Vous l’aurez capté, le Jazz possède à l’heure actuelle, sans Doncic en face, le clair momentum offensif de la série.

Et défensivement alors, Jamy ? Et bien Sabine, on est un peu sur le même discours. On vous parle côté Utah d’un triple meilleur défenseur de l’année, nettoyeur d’arceaux et briseur de finitions au cercle. Donc tout ce qui est drive, lay-up et dunks, il faudra prendre son courage et surtout ses baloches à deux mains avant d’aller défier le géant de Saint-Quentin. Vous nous direz « Bah c’est simple, les Mavs n’ont qu’à tirer de plus loin pour contrer l’efficacité de Rudy sous le cercle », et on vous répondra « Oui vous avez raison, mais le meilleur joueur dans ce domaine n’est pas là au premier match et aucune garantie qu’il le soit pour la suite ». Pour autant, les Mavericks ont su faire preuve cette saison d’une redoutable efficacité défensive, axée sur le collectif et surtout sur des joueurs bien cols bleus, bien charbon qui ne rechignent pas à s’arracher 24 secondes pour compliquer au maximum la tâche de l’adversaire. On parle notamment de profils comme Dorian Finney-Smith, qui a une belle affinité pour le larcin de ballons trop frivolement surveillés. Défensivement, les Licornes possèdent de solides atouts qui rivalisent sans flancher avec ceux du Jazz, alors que le meilleur l’emporte !

Deux équipes dans le doute, pour deux raisons différentes, ça vous donne une série carrément imprévisible car chaque élément peut inverser la tendance et remettre en question les certitudes de l’instant précédent. Néanmoins, la loi des Playoffs est, elle, implacable : un seul gagnant, alors il faudra, malgré le contexte, se donner à 100% pour espérer s’en sortir !

Source : ESPN

Le programme de la série

  • Game 1 : dans la soirée du samedi 16 avril à Dallas, 19h
  • Game 2 : dans la nuit du lundi 18 avril au mardi 19 à Dallas, 2h30 du matin
  • Game 3 : dans la nuit du jeudi 21 avril au vendredi 22 à Utah, 3h du matin
  • Game 4 : dans la soirée du samedi 23 avril à Utah, 22h30
  • Game 5* : dans la nuit du lundi 25 avril au mardi 26 à Dallas, horaire à déterminer
  • Game 6* : dans la nuit du jeudi 28 avril au vendredi 29 à Utah, horaire à déterminer
  • Game 7* : dans la nuit du samedi 30 avril au dimanche 1er mai à Dallas, horaire à déterminer

*si nécessaire

L’APÉRO MAISON

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top