Rockets

Jalen Green a scoré 30 points ou plus lors des cinq derniers matchs : 25 ans qu’un rookie n’avait pas fait aussi bien, et il s’appelait Iverson

Jalen Green 5/04/2022

Jalen Green en mode Michael Jordan ? Non, encore mieux.

Source image : Youtube

Jalen Green a planté 30 pions tout pile cette nuit au Barclays Center des Nets, malgré la défaite 105-118 de son équipe. Le jeunot des Rockets enchaîne ainsi son cinquième match d’affilée à minimum 30 pions. Si le titre de Rookie de l’Année sera probablement disputé entre Scottie Barnes et Evan Mobley, le numéro 2 de la Draft 2021 vient de rentrer dans l’histoire des rookies. 

30, 31, 33, 32, 30. Ce sont les cinq performances au scoring de Kevin Durant Jalen Green sur ses cinq derniers matchs. Le dernier à avoir empilé cinq rencontres à minimum 30 points sur une saison rookie, c’est Allen Iverson en 1997. Ça en dit long sur la performance du gamin. L’arrière de Houston intègre ainsi un club très fermé puisqu’il est seulement le neuvième joueur (h/t NBA Stats France) de l’histoire de la NBA à réaliser cette prouesse. Même Michael Jordan en personne s’était arrêté à quatre. Dans ce cercle, on retrouve notamment Wilt Chamberlain (qui détient le record avec 16 matchs d’affilée) et Kareem Abdul-Jabbar. Plutôt pas mal d’intégrer une telle famille pour le chouchou de Houston. Alors certes, les Fusées ont perdu cinq fois mais après les hauts et les bas vécus cette saison, Jalen Green a vraiment step-up depuis le mois de mars et là il est carrément en train de prendre feu. Comment expliquer sa série actuelle ? D’abord, le rookie n’a jamais autant tenté sa chance qu’en ce moment, premier signe qu’il se sent bien dans ses baskets. Il a pris quasiment 23 shoots en moyenne sur ces cinq matchs, avec 48% de réussite. Carrément propre, qui plus est pour un rookie. Mais là où Jalen Green fait une grosse différence, c’est sur les tirs du parking. Il tourne quasiment à 43% de réussite sur les cinq dernières rencontres avec plus de douze tentatives par match ! Le sniper des Rockets, c’est lui en ce moment, n’en déplaise à Garrison Mathews. De quoi le relancer dans la course au Rookie de l’Année ? C’est sûrement un peu tard et les résultats de Houston ne jouent pas en sa faveur. En face de lui, Scottie Barnes (Raptors) et Evan Mobley (Cavaliers) réalisent chacun une saison pleine dans des équipes qui vont aller en Playoffs ou grand minimum participer au play-in dans le cas de Cleveland. Le ROY se jouera très probablement entre ces deux-là, avec Cade Cunningham en embuscade. Cependant, ce sont des signes très encourageants en vue de la suite.

Entre le Jalen Green du début de saison et celui d’aujourd’hui, rien à voir. Le rookie a toujours eu du temps de jeu sur le parquet, mais l’adaptation à la NBA n’a pas été facile. Pas un problème de talent hein, loin de là, mais un impact assez faible et peu efficace pour celui qu’on qualifiait de phénomène. On peut pointer du doigt son utilisation par le coach Stephen Silas, ou les galères d’une équipe de Houston quand elle évoluait avec la présence de deux vrais intérieurs (Daniel Theis et Christian Wood) qui n’ont pas aidé ce jeune guard réputé avant tout pour ses qualités athlétiques au cercle. Mais désormais, il s’éclate. Ce tournant a commencé à se déclencher après son retour de blessure à la cuisse fin décembre. Jalen est revenu dans une formation qui avait trouvé un meilleur équilibre et grâce notamment à plus de responsabilités, il a nettement progressé depuis janvier, lui qui fait désormais étalage de tout son talent. La bête est lâchée comme on dit et c’est plutôt kiffant. Alors forcément, quand on se projette désormais, y’a de plus en plus d’attentes. Les objectifs pour la saison prochaine seront de faire au moins aussi bien en matière de scoring, mais sur toute une saison. On ne lui demande pas d’avoir une moyenne de 30 points sur 80 matchs évidemment, mais de trouver une régularité en tant que sophomore. Les aspirations de l’équipe vont dépendre de l’activité de Rafael Stone pendant l’été, et on ne parle pas de faire bronzette à Cancún. Les choix du GM de Houston vont donner le tempo. On verra si Christian Wood et Eric Gordon sont encore là, et si John Wall va continuer de dormir avec les millions des Rockets sur son lit. Enfin, la Draft 2022 nous dira quel joueur à fort potentiel intégrera le roster, entre Chet Holmgren, Jabari Smith ou encore Paolo Banchero, entre autres. Les objectifs des Rockets seront forcément toujours axés sur le développement mais voir Jalen Green dans une équipe un peu plus compétitive, on ne dit pas non. Et si la pépite de Houston devenait All-Star dès la saison prochaine ? Ben quoi, on a le droit de s’enflammer un peu non ?

Jalen Green a attendu la fin de la saison régulière pour montrer la meilleure version de lui-même. Si certains avaient encore des doutes sur le potentiel du pick numéro 2 de la Draft 2021, le rookie des Rockets est certainement en train de les anéantir.

Source stats : NBA Stats France

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top