Los Angeles Clippers

Joel Embiid esseulé face aux Clippers : 40 points qui tapent dans le vent, Nicolas Batum et ses potes ont joué en équipe

Joel Embiid & Nicolas Batum

Sur cette photo : un MVP, un All-Defensive Team et un type qui file balancer des bêtises en conf’ de presse.

Source image : NBA League Pass

Ce vendredi, les Clippers sont repartis de Pennsylvanie avec Doc Rivers ficelé dans la soute du bus. Une victoire pleine de solidarité qui pue les bons amis et l’accolade au coin du feu. Les 40 pions de Joel Embiid ont tapé dans le vent, au beau milieu de Sixers trop inconstants pour défaire la camaraderie angelinos. Débrief.

La jolie boxscore maison, c’est par ICI !

Qu’il est difficile de perdre après avoir mené d’une vingtaine d’unités. Malgré une confortable situation dans le troisième quart-temps, les Sixers ont subi le courroux d’une équipe au sein de laquelle chaque silhouette contribue. L’inconstance s’est emparée de Philly, et les Clippers – en parfaite osmose – en ont profité pour enfiler la cagouler et braquer la fin de rencontre. Si Joel Embiid est l’homme du match, Nicolas Batum est probablement celui de la victoire : le Français laisse derrière lui 15 points, 7 rebonds, 3 assists et 2 interceptions à 67% au tir dont 3/5 du parking. La ligne statistique est belle mais loin d’en dire assez long sur la performance de l’ailier. Ses mains baladeuses ont volé des cuirs plus qu’importants dans le money time et son combo réactivité/mobilité rappelle à quel point il est un chouette défenseur, précieux pion de ses entraîneurs. Le duel Joel Embiid – Ivica Zubac a quant à lui apporté une jolie touche de barbarie à la rencontre. Bien que le Camerounais ait posé 40 points, 13 rebonds, 6 assists et 1 block à 60% au tir, il serait malhonnête d’en déduire que son adversaire bosnien s’est fait déguster. Le petit double-double du Hodor californien camoufle la bravoure d’un type qui s’est coltiné Nikola Jokic et Joel Embiid en 48 heures. Respect pour les travaux donc, ainsi que pour ce talent de manger 89 points en deux jours avec classe.

On va passer chez les copains de ClutchPoints histoire de reboucher la bouteille : « Tyrese Maxey ALMOST hit the game winner for the Sixers ». À moins qu’« almost » signifie courir tout droit, sortir le bouquin de prières puis envoyer une grenade se coincer contre l’arceau, il semblerait que chacun n’ait pas appris l’anglais à la même école. Les Sixers n’avaient certes plus de temps-mort, mais succomber à la panique de la sorte rappelle un peu la dernière possession du 1/8ème de la Coupe de l’Anjou entre Saumur et Thouarcé : il suffit d’envoyer un meneur super rapide traverser le terrain, puis de croiser les doigts. Plus globalement, les Sixers se sont manqués dans plusieurs compartiments du jeu, notamment le bonhomme qui tenait le velleda. Comment Furkan Korkmaz peut-il jouer 39 minutes avec un impact aussi moyen (2/7 au tir et 1/6 à 3-points) ? Surtout quand en face, Amir Coffey sort un match plutôt complet. Bien que ternie par une maladresse de loin (2/7), sa prestation a apporté rigueur et de gros tirs lorsqu’il le fallait. Mais l’on oublie pas l’incroyable taf de son coéquipier de backcourt, Reggie Jackson, altruiste sur et en dehors des parquets. Après la rencontre, le meneur aux 19 points et 9 assists a glissé de bien jolis mots à Nico Batum. C’est cadeau, ça pue le respect et l’époque Brandon Roy.

« C’est sans doute le meilleur glue guy de la Ligue. C’est l’un de mes joueurs préférés, j’ai grandi en le regardant, et maintenant je suis juste honoré de pouvoir jouer avec lui. Il nous fait avancer. » – Reggie Jackson sur Nicolas Batum, après la victoire à Philly

Le bilan est encore négatif mais les observateurs sont unanimes, ces Clippers-là font plaisir à voir. Le roster a été composé avec sérieux et réflexion, la complémentarité entre les joueurs de Tyronn Lue le démontre. Il ne reste plus qu’à récupérer un guide de calibre All-Star – vider l’infirmerie en quelque sorte – et la cohérence prendra forme sous de meilleurs résultats.

1 Comment

1 Comment

  1. ropib

    23 janvier 2022 à 22 h 53 min at 22 h 53 min

    Rivers c’est possible en assistant d’un bon coach ?

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top