Rockets

Kevin Porter Jr a encore fait sa spéciale : shoot d’assassin à Utah, le tir de la victoire sur son côté gauche va vite devenir un classique

Le meilleur spot, c’est le meilleur spot. Et s’il est défini bien comme il faut, il peut sauver votre équipe dans des situations bien éprouvantes. Après avoir déjà lâché sa spéciale plus tôt dans la saison, Kevin Porter Jr a mis le Jazz au silence avec son shoot signature : une flèche d’assassin côté gauche dans le money-time, qui commence à faire son nom dans les coulisses de la Ligue…

Décidément, le roadtrip des Rockets commence à avoir une belle tête.

Après une victoire à San Antonio suivie par un succès à Sacramento, les potes de Jalen Green se rendaient à Utah pour une réunion 100% Philippins entre le numéro 2 de la dernière Draft et Jordan Clarkson. Chez les absents ? Un de marque, et on ne parle pas de John Wall puisque c’est Donovan Mitchell qui ne participait pas à cette rencontre. Clairement pas de quoi paniquer pour le Jazz, devant son public, avec Rudy Gobert de retour et le clair besoin de devoir se rattraper après une défaite frustrante à Los Angeles, tout pointait vers un succès contrôlé. Même en cas de match serré, en cas de money time compliqué, l’expérience du Jazz ferait la différence. Même en cas de grosse performance adverse, Utah trouverait la solution et défendrait le plomb…

Oui, et bien non.

Dans cette tourmente actuelle qui frustre de plus en plus de monde à Salt Lake City, un match qui cette nuit a eu lieu sous les yeux d’un Danny Ainge très probablement préoccupé par ce qu’il voyait sur le parquet, les hommes de Quin Snyder ont complètement craqué face à la fougue et l’audace des jeunes Rockets, qui ont profité du déplacement pour s’offrir un succès important sur ce mois de janvier. Comme dit à l’instant, Houston était sur une belle vibe en déplacement, et on se demandait si ça allait se confirmer cette nuit. Les efforts de Garrison Matthews ainsi que son bras d’assassin, la bataille au rebond de Christian Wood (15 prises) en plus d’un shoot du milieu du terrain en fin de troisième quart, l’assurance d’Eric Gordon et les muscles de JaeSean Tate, voilà tout ce qu’il fallait pour tenter de faire chuter le Jazz à domicile, et la formule était la bonne. Car en face ? Déception, briques et entêtement ont été au menu de Mike Conley et ses potes, eux qui ont laissé les Rockets prendre confiance au tir (22/45 à trois-points) pendant que les extérieurs du Jazz bâtissaient des logements pour la commu locale (10/38). Certes, le quatuor Gobert – Clarkson – Bogdanovic – Conley faisait le nécessaire pour éviter une défaite honteuse, mais le mal était fait. En laissant Houston y croire, en leur ouvrant la possibilité de réaliser un exploit, la confiance était telle que tout pouvait arriver.

Et le pire arriva.

Un dagger de plus pour Kevin Porter Jr cette saison, sa spéciale sur le côté gauche, et encore une fois en déplacement ? Décidément, l’homme-pétard aime exploser loin de ses terres. On avait déjà vu KPJ être clutch plus d’une fois pour les siens, et le plus grand exemple était à Washington avec ce tir de la gagne envoyé dans la tête des fans des Wizards. S’en suivait une belle célébration, demandant au public de fermer sa bouche tandis que le coaching staff le serrait dans ses bras en sortie de controverse dans le vestiaire. Cette fois ? Pas d’embrouilles man pas de litiges, sinon ça va shooter, est-ce que tu piges. Loin de ses erreurs comportementales d’il y a quelques semaines, Porter Jr a tout simplement fait ce qu’il sait faire de mieux, c’est-à-dire éclabousser la scène par son talent, dans une situation à haute tension. Le Jazz était au bord du comeback, Bogdanovic commençait à planter ses tirs et les balles perdues à la con pointaient leur nez côté Houston. Il fallait que quelqu’un score et profite justement des errements défensifs d’en face pour définitivement briser la soirée des habitants de Salt Lake City. Porter Jr s’en est donc donné à coeur joie, lâchant sa signature devant des milliers de fans désabusés. Les commentateurs des Rockets, savourant la victoire qui arrivait à grand pas, ne pouvaient s’empêcher de hurler et exploser de rire au micro. Et les coéquipiers sur le banc, pouvant enfin bomber le torse dans une salle bien hostile, lâchaient leur meilleure célébration en groupe. Une belle image, à la hauteur de ces jeunes qui vivent une saison particulièrement tendue, et en quête de stabilité. Si la trade deadline apportera de nouvelles interrogations, une chose semble sûre à Houston : en cas de match serré, donnez la balle à Kevin Porter Jr et si possible sur le côté gauche. Il s’occupera du reste.

Sans avoir lâché une performance de dingue à Utah (15 points et 8 passes), Kevin Porter Jr s’est montré extrêmement clutch quand il le fallait. On connaît Curry balle en main derrière la ligne à trois-points quand ça chauffe, on connaît Lillard et son side-step, LeBron et son shoot en regardant la balle et encore KD à mi-distance : s’il continue à assassiner des équipes, va falloir intégrer KPJ avec Luka Doncic dans les copains qui aiment faire du mal côté gauche.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top