Old-School

Lusia Harris s’est éteinte à l’âge de 66 ans : la première femme draftée en NBA, une pionnière parmi les pionnières

Lusia Harris

Grande.

Source image : YouTube

La première des premières. À l’âge de 66 ans, Lusia Harris s’est éteinte. Sélectionnée en 6ème position du 7ème tour de la Draft 1977 – oui, il y avait beaucoup de tours à l’époque -, l’ancienne joueuse du Jazz de la Nouvelle-Orléans était encore inconnue du grand public jusqu’à l’été 2021. Un documentaire du New York Times a donné écho à son histoire, celle de « The Queen of Basketball ». Débrief.

Pour les plus curieux, le documentaire du New York Times est à retrouver en bas d’article !

Reine du basket-ball universitaire, Lusia Harris a roulé sur l’AIAW de 1974 à 1977 (Association for Intercollegiate Athletics for Women), l’équivalent de la NCAA aujourd’hui. En 115 matchs avec la Delta State University, elle a remporté 3 championnats nationaux consécutifs grâce à de stratosphériques prouesses individuelles : 25,9 points et 14,5 rebonds de moyenne à 63% au tir, ça vous classe un bonh… une dame. Une intérieure et ses 190 centimètres partent à la conquête du haut niveau, les journaux de l’époque s’enflamment. Une femme peut-elle pour la première fois de l’histoire, croire en ses chances de NBA ? Bien sûr, il y a eu Denise Long avant elle, qui fut draftée par les San Francisco Warriors en 1969. Le commissionnaire de l’époque, Walter Kennedy, a cependant annulé cette sélection. Les franchises de NBA n’étaient pas autorisées à drafter un joueur – une joueuse, du coup – directement depuis le lycée. Ni une femme d’ailleurs, mais l’excuse du lycée passe mieux. Nous sommes donc à l’été 1977, un an avant que la WBL – ligue professionnelle de basket-ball féminin – soit créée. Coup de crayon dans les bouquins d’histoire, Lusia Harris est sélectionnée en 6ème position du 7ème tour de la Draft par le Jazz de la Nouvelle-Orléans. Oui, à l’époque, la draft se déroule en 10 tours. Mais au-delà du second, seule une poignée de joueurs parviennent réellement à faire carrière en NBA.

Fait regrettable, Lusia Harris ne dispute pas un seul match sous le maillot du Jazz. Tombée enceinte, elle ne pourra pas non plus participer au stage d’entraînement de la franchise mormone. Sa carrière se redirige donc vers la WBL où elle évolue une saison durant sous le maillot des Houston Angels. À 25 ans, elle ne jouera plus un seul match de basket-ball professionnel et est intronisée au Hall of Fame de la Delta State University en 1983. Marche un poco supérieure, elle devient – en 1992 –  la première femme afro-américaine intronisée au Naismith Basketball Hall of Fame. Le 18 janvier 2022, elle décède subitement à l’âge de 66 ans. On ne connaît pas encore la cause de sa disparition. Dans un communiqué bien touchant, bien « il pleut », bien difficile à lire, la famille de la joueuse révèle la joie de Lusia Harris durant les mois précédant sa mort.

« Nous sommes profondément attristés de partager la nouvelle que notre ange, matriarche, sœur, mère, grand-mère, médaillée olympique, la reine du basket-ball, Lusia Harris est décédée de façon inattendue aujourd’hui dans le Mississippi. Les derniers mois ont apporté une grande joie à madame Harris, y compris la nouvelle du mariage prochain de son plus jeune fils et l’effusion de reconnaissance reçue par un récent documentaire qui a attiré l’attention du monde entier sur son histoire. »

Voici le fameux documentaire en question, la meilleure manière de dire au revoir à l’une des plus grandes joueuses qu’ait connu le basket-ball universitaire américain. La dernière Harris a avoir mis un fadeaway.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top