Knicks

Les Knicks se font plaisir pour Noël : fessée d’Atlanta, dunk contest pour Obi Toppin et triple-double sauce Kemba Walker !

Evan Fournier

Et noyeux Joël ^^’

Source image : TrashTalk

It’s Christmas Day ! Que le sourire est grand en ce jour sacré. Chaque saison NBA, cette salve de rencontres bien quali à horaires espacées nous offre une digestion des plus goldées. Pas besoin de rester écouter le tonton déraper après un énième verre de Prévôt de Picon, les meilleurs joueurs de la planète basket prennent le relais. En lever de rideau de cette magnifique soirée ? Un petit Knicks – Hawks.

La jolie boxscore maison, c’est par ICI !

Un Garden plein à craquer, tout comme les infirmeries des deux équipes. On fait une croix sur Trae Young, Kevin Huerter, Immanuel Quickley, Onyeka Okongwu, Lou Williams, Wes Iwundu, Timothée Luwawu- Cabarrot, Derrick Rose et plein d’autres têtes, mais rien à carrer parce que c’est Noël et qu’expliquer au grand-père affalé sur le canapé qui est Skylar Mays ou Trae Young amène au même résultat : « et Tony Parker, il joue ou pas ? ».

Zou, l’entre-deux est balancé dans un Garden plutôt chaud. Le cinq de départ des Hawks se gèle les miches et Quentin Grimes en profite pour poser les premières bombinettes de la soirée. À contresens des résultats collectifs, ce petit gars est une belle révélation de ce début d’exercice avec jusqu’à présent une moyenne de… 46,9% du parking ! C’est propre, en tout cas plus que l’entame de match d’Evan Fournier qui paie sûrement le repas de la veille. Le dégarni de Charenton n’est pas en confiance et affiche un pauvre 1/3 au tir, mais peine surtout à se faire remarquer dans les offensives new-yorkaises. Les ballons touchés par Evan se comptent effectivement sur les doigts d’une main qui s’en est fait couper quelques-uns. Mais à peine le temps d’exprimer notre désarroi que le frenchie redresse la barre avec 10 points consécutifs. Une séquence individuelle qui avoisine les 41°C, faite de deux tirs du parking non sans rappeler ce pourquoi Tom Thibodeau a totale confiance en son arrière. Et puis, c’est un bon complément aux grosses performances de Julius Randle et Kemba Walker, patronesques comme ils devraient l’être avec davantage de régularité. On aimerait bien vous parler des remplaçants d’Atlanta mais on n’en connait pas, ou seulement Lance Stephenson et Gorgui Dieng dont les moves puent l’ancienneté, le bitume et les sessions studio de IAM. Allez, une réception de lob signée Obi Toppin – monté tout en haut de l’échelle – et la Big Apple file profiter de sa pause l’esprit tranquille (New York Knicks 61 – 51 Atlanta Hawks).

« Obi Toppin c’est simple tu la mets en l’air et après on voit ce qu’il se passe » – Vince Carter, aux commentaires de ce Christmas Day

Déjà tué, le match nous laisse cependant deux ou trois raisons de ne pas éteindre la téloche avant son terme. D’abord, bah parce que l’on doit débriefer cette partie. Deuzio, Kemba Walker complète un triple-double, haut fait qu’il n’avait plus réalisé depuis le mois d’avril… 2014. C’est surtout l’un des 10 triple-doubles de l’histoire du Christmas Day ! Troizio, car ce même Kemba envoie une ogive du logo qui ne touche absolument rien, pas même le plexiglass. Quatrio, Julius Randle est chaud patate et laisse derrière lui une petite feuille de match à 25 points, 12 rebonds et 3 assists à 9/15 au tir dont… 6/9 à 3-points : le shérif est de retour en ville. Quintio, à 1 minute du terme, Obi Toppin file en contre-attaque et claque un rider : le banc new-yorkais danse la bachata, la salle est en ébullition. Sixtio, des chants « FU** TRAE YOUNG » descendent des tribunes, tandis que le principal concerné est encore dans son petit isolement spécial COVID. Seventeen, il y a un gars qui s’appelle Anthony Barber (New York Knicks 101 – 87 Atlanta Hawks).

En bref, une victoire coolos pour les Knicks qui relèvent la tête au moment opportun. Même si maladroit, Kemba continue de regagner en confiance, Evan Fournier a géré, Julius Randle fut à la hauteur de son statut et l’on a eu le droit à un Quentin Grimes taille XXL. Mention spéciale pour le hustle de Mitchell Robinson, auteur de 5 blocks bien salasses.

Celle-là fut propre, même si évidente compte tenu de l’adversaire décimé par le virus. Il fallait reprendre du jus devant son public, c’est chose faite pour les hommes de Tom Thibodeau qui vont désormais devoir enchaîner pour quitter les méandres de la Conférence Est (actuellement douzièmes).

 

 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top