Warriors

Klay Thompson estime que c’est le titre ou rien pour les Warriors cette année : « Nous sommes à 15-2, et je ne suis même pas encore là »

Klay Thompson

Tout le monde savait que le Splash Brother était culotté, et il y a de quoi l’être.

Source Image : Youtube/Golden State Warriors

Il y a un mois, le journaliste d’ESPN Stephen A. Smith envoyait déjà Golden State en Finales NBA après moins de dix matchs. Cela semblait bien prématuré mais plus la saison avance, plus cette idée paraît moins saugrenue et hâtive qu’au départ. Les Warriors écrasent tout sur leur passage, au point où l’homme le plus attendu de San Francisco – aka Klay Thompson – annonce très haut les ambitions de Golden State.

Dans sa convalescence, Klay Thompson a pu évaluer différents corps de métier, entre navigateur dans les eaux de la Baie de San Francisco et analyste occasionnel sur les matchs des Warriors. Mais c’est sans doute dans la peau d’un basketteur qu’il se sent le mieux. Ces petites expériences ne l’ont évidemment pas empêché de suivre son programme de rééducation, si bien que le Splash Brother touche du doigt son retour sur les parquets avec une reprise de l’entraînement collectif. Comme l’indique ESPN, Klay a effectivement retrouvé l’entraînement complet mardi pour la première fois depuis ses grosses blessures, et pourrait donc vite réintégrer une équipe des Warriors en mode contender pour le titre. La grosse forme de Golden State n’a évidemment pas échappé à Thompson et visiblement, la pression ne fait pas partie de son quotidien compte tenu de ses récentes déclarations sur l’état de forme de l’équipe et ses attentes à l’issue de la saison. Pour le triple champion NBA, l’équipe est à un stade où seul le titre compte. Et ses arguments sont à l’image de son jeu : précis et efficaces.

« Nous possédons un bilan de 15-2. C’est un excellent indicateur par rapport aux chances de gagner un titre, et puis l’attaque ainsi que la défense sont parmi les trois meilleures de la ligue, et je ne suis même pas encore là. Pensez un peu à ça. Pensez-y vraiment. De plus, je suis plus motivé que jamais. Je le veux tellement ce titre, plus que tout. »

La suggestion de Klay mérite en effet réflexion, car aujourd’hui c’est comme si les deux années de disette n’avaient quasiment jamais existé, donc pourquoi ne pas suivre son conseil et y penser ? Effectivement, les Warriors (15-2) siègent en tête de la Conférence Ouest et l’un des aspects les plus impressionnants de leur saison jusqu’à présent, c’est qu’ils ont fait tout ça sans le quintuple All-Star (et le deuxième choix de la Draft 2020 James Wiseman). Draymond Green et Stephen Curry évoluent à un niveau qu’on leur connaissait, faire leur éloge serait redondant et ipso facto aussi ennuyeux qu’un match de district le dimanche, en dehors bien entendu des jolis progrès défensifs du double MVP. Et on sait ce qu’apporte un vétéran comme Andre Iguodala aux Warriors, lui qui est revenu dans la Baie cette année. Ce qui conduit cette réflexion aux travailleurs de l’ombre qui rappellent un peu l’ogre qui dominait la NBA il y a encore quelques années : Otto Porter Jr, Nemanja Bjelica, Kevon Looney, Damion Lee, Jordan Poole… ce ne sont pas de grands noms ou pas encore pour le dénommé Jordan, mais ils rentrent complètement dans un système qui s’est toujours appuyé sur des shooteurs et du mouvement de balle (même si Poole apporte une dimension supplémentaire avec ses qualités de scoreur balle en main, on en reparle en dessous). Il est vrai qu’un certain Shaun Livingston avait laissé GS orphelin de gros défenseur à l’arrière (hors Klay évidemment) mais Gary Payton II s’est montré excellent dans ce rôle. Et au lieu de shooter à mi-distance comme Shaun, il a apporté une dose d’explosivité aux Dubs tout en faisant honneur à son patronyme. En défense, GP2 enregistre 3,5 interceptions toutes les 36 minutes, ce qui le classe au premier rang de cette catégorie. Enfin, si certains pensent que le plus grand accomplissement de Steve Kerr est la construction d’une dynastie, pour nous celui-ci reste juste derrière le coup de maître d’avoir rendu Andrew Wiggins bon au basket. Il est plus intelligent dans sa sélection de shoot tout en étant un défenseur solide et suffisamment polyvalent pour ne plus souffrir des changements. Bref, Kerr a vraiment fait fort sur ce coup.

L’effectif tourne donc à merveille, reste à voir les adaptations que réalisera Steve Kerr au moment du retour de Klay Thompson. Ce dernier, même s’il sera limité en minutes dans un premier temps, retrouvera le cinq sur le poste d’arrière, et on imagine donc que Jordan Poole va sortir du banc. Pour le collectif, son arrivée au sein de la second unit peut être une force supplémentaire. Le jeune arrière a montré à plusieurs reprises qu’il était capable de prendre les choses en main quand les circonstances le demandent, alors pourquoi pas évoluer dans un rôle similaire à celui de Tyler Herro à Miami par exemple ? Les Warriors peuvent très vite parachever leur émulation du modèle d’avant et être aussi injouable qu’en 2015, particulièrement si Poole réitère ses performances actuelles. Ses deux derniers matchs ? 32 et 33 points contre Detroit et Toronto. Il est chaud !

Ces faits poussent à croire que Klay Thompson n’a peut-être pas tort quand il parle d’échec dans le cas où la saison ne se conclurait pas par un titre ou au moins une Finale NBA. En ce qui concerne son retour, Steve Kerr reste prudent face au battage médiatique sur la question« Nous n’avons pas de date cible, ce que nous avons, c’est un certain nombre de semaines devant nous où nous allons à coup sûr laisser les choses se dérouler. Je pense que, dans quelques semaines, nous serons en mesure d’obtenir une date cible » a déclaré hier l’entraîneur des Warriors au San Francisco Chronicle. Le principal intéressé a certes été autorisé à s’entraîner à fond avec le groupe, mais est encore très vite gagné par la fatigue à l’issue des entraînements. Klay sait qu’il doit se montrer patient pour son bien, et ce malgré un enthousiasme palpable suite aux récentes nouvelles concernant un potentiel retour avant Noël.

Le retour de Klay Thompson est en bonne voie, James Wiseman n’a pas encore foulé les parquets cette saison, les rookies Jonathan Kuminga et Moses Moody sont encore en mode découverte, mais les Warriors sont sur un rythme de victoires effréné avec un Draymond Green calibre DPOY et Wardell Junior en maître de cérémonie. Qu’est-ce que ça va être avec le retour de Klay Thompson ? Pour reprendre ses mots, “pensez-y vraiment” – et même plus, tremblez !

Source texte : ESPN, The Athletic, San Francisco Chronicle

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top