NCAA

Chet Holmgren régale face à UCLA : 15 points, 6 rebonds, 4 contres… et beaucoup trop de raisons de flipper

Gonzaga a détruit UCLA cette nuit, et ce gars-là est l’une des raisons qui expliquent cela.

Source image : YouTube

On avait entouré l’affiche en rouge sur notre calendrier : Gonzaga versus UCLA, l’équipe classée #1 contre son dauphin. Bref, un choc XXL qu’on attendait avec impatience. Au final ? Le match a tourné court, les Bulldogs donnant la leçon aux Bruins sous l’impulsion notamment de la pépite Chet Holmgren.  

Il avait déjà fait du bruit pour ses grands débuts avec Gonzaga début novembre, mais on ne l’avait pas encore vu dominer face à un adversaire se trouvant dans la catégorie « poids lourds » du basket universitaire. Deux semaines plus tard, Chet Holmgren tient son match référence. Face aux UCLA Bruins, dans le cadre du Good Sam Empire Classic à Las Vegas, Holmgren a une nouvelle fois montré pourquoi il fait partie des grands favoris pour être le prochain numéro un de la Draft NBA : 15 points, 6 rebonds, 4 contres en 28 minutes, à 6/8 au tir dont 2/4 à 3-points. Ultra impactant en défense à travers sa capacité à protéger le cercle, et sortant plusieurs actions offensives qu’un mec de 2m13 ne devrait théoriquement pas pouvoir réaliser (vous en connaissez beaucoup vous des gars aussi grands qui lâchent des dribbles dans le dos pour briser les reins de leur adversaire ?), Holmgren s’est régalé et a ainsi participé à la domination sans partage des Bulldogs, vainqueurs 83-63 cette nuit. Comme le dit si bien le célèbre commentateur NCAA Dick Vitale, de retour sur le bord du terrain alors qu’il se bat aujourd’hui contre un cancer, « Chet Holmgren is the real deal ». Avec ce qu’on a vu cette nuit, difficile de ne pas être d’accord.

Holmgren n’est cependant pas le seul à avoir brillé du côté des Bulldogs. Parce que Gonzaga, c’est avant tout un pur collectif qui roule sur tout le monde en ce moment. Les anciens de la bande Drew Timme et Andrew Nembhard, qui ont connu l’énorme déception ayant accompagné la défaite en finale NCAA la saison dernière, ont vraiment répondu présent. Le premier a terminé avec 18 points, 8 rebonds et 2 contres, tandis que le second a tout simplement survolé le match avec ses 24 points, 5 rebonds, 6 caviars et 3 interceptions à 9/13 au tir. C’en était trop pour une équipe d’UCLA en manque de solutions et privée de son intérieur senior Cody Riley. Les Bulldogs en sont désormais à six victoires en six matchs (dont deux contre des équipes du Top 5, Texas et UCLA donc) avec un écart moyen de 31 points et repartent ainsi sur les mêmes bases que la saison dernière, saison où ils étaient invaincus (31 victoires, 0 défaite) jusqu’à la grande finale face à Baylor. Leur prochain test ? Ce sera dès vendredi contre les Duke Blue Devils de Coach K (classés #5), emmenés notamment par le prospect cinq étoiles Paolo Banchero. Le duel entre ce dernier – autre potentiel numéro un de Draft en 2022 – et Chet Holmgren s’annonce plutôt épique.

Certes, le suspense n’était pas au rendez-vous cette nuit pour ce choc entre Gonzaga et UCLA. Mais on a eu un nouvel aperçu de l’immense potentiel de Chet Holmgren. Et avec la voie mythique de Dick Vitale, qui a balancé son fameux « Are You Serioooous ?! » à plusieurs reprises, on a bien kiffé !

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top