Nets

Cam Thomas s’éclate et éclate la G-League : 46 pions pour le rookie des Nets lors de son dernier match, sûrement un fan de moto

Cam Thomas

« Alors Cam, ça fait quoi d’être le futur troisième meilleur joueur des Nets ? »

Source image : YouTube NBA

Cam Thomas semble bel et bien parti pour devenir un psychopathe du scoring. Le rookie des Nets s’appuie sur de chouettes qualités offensives, très solides, et avant d’exploser chez les grands, entre en éruption en G-League pour le plus grand bonheur des dirigeants de Brooklyn. On sort la loupe et on s’attarde sur ce phénomène en devenir.

On dirait bien que Cameron Thomas est l’un de ces joueurs capables de marquer et de trouver la faille dans n’importe quelle situation, et à n’importe quel moment. Samedi dernier, il a fait le show en traumatisant les Raptors 905 : 46 points, 7 rebonds et 5 offrandes en 39 minutes, sans oublier la victoire. Il y a eu LeBronto en NBA, il y a désormais Cameronto en G-League. Un 17/32 au shoot, 6/6 aux lancers, du mi-distance, de la finition près du cercle, des paniers importants dans le dernier quart-temps… Bref, le petit Cam n’était pas la pour trier les lentilles et a donné le tournis aux apprentis Raptors. Oui, 46 pions c’est beaucoup et c’est tout simplement la deuxième plus grosse performance de l’histoire des Nets de Long Island, mais c’est aussi le plus grand nombre de points inscrits par un joueur de Ligue 2 cette année. Attendez donc que cette stat vienne aux oreilles de Lance Stephenson. Avant de terrasser les Raptors 905, Cam Thomas avait joué un match de G-League. Le match en question ? Une défaite face aux Blue Coats, certes, mais surtout un second carnage : 33 pions, 8 rebonds et 3 passes. Un plus un font deux, et deux matchs de G-League de Cam Thomas font des moyennes de 39,5 points, 6,5 rebonds et 4 offrandes. C’est seulement deux rencontres, c’est en Ligue 2, mais c’est du lourd et on se demande bien si Brooklyn ne tient pas entre ses mains un vrai diamant qui pourrait devenir le futur larron de son Big Three (non).

Ses stats universitaires de 23 points, 3,8 rebonds et 1,4 passe par match laissaient déjà entrevoir le potentiel de l’arrière formé à LSU. Après une Summer League couronnée d’un titre de MVP et d’une présaison réussie, on se demandait bien comment les Nets avaient pu récupérer le bougre à la 27e place de la Draft 2021. Son coéquipier James Harden ne tardait d’ailleurs pas à couvrir d’éloges ce scoreur né, même si pour l’instant le petit Cameron n’a pas eu sa chance en NBA. Il a participé à dix matchs garbage time jouant seulement 5,5 minutes pour 1,2 point. Il est jeune et chez un prétendant au titre, alors Cam Thomas doit prendre son mal en patience. Mais on se demande bien ce que cela pourrait donner si Steve Nash lui accordait plus de minutes. Compte tenu de ses performances en G-League, on imagine bien l’arrière botter des fesses avec la second unit des Nets. En ce moment Bruce Brown et Joe Harris sont blessés et la porte du backcourt pourrait bien s’ouvrir pour Cameronto. S’il fallait retenir un axe à travailler pour le rookie, il serait son shoot à 3-points. Sur ses deux cartons en Ligue 2, il cumule 17 tentatives pour seulement 4 ficelles. Avec des « si » on refait le monde, et si le jeune arrière des Nets commence à régler la mire, on en connaît un qui pourrait vite courir se faire vacciner.

Cam Thomas est un phénomène. Il n’est pas fait du même bois que les autres, c’est certain. L’arrière n’a que 20 piges et les Nets vont prendre leur temps pour développer au mieux les qualités de ce scoreur. Le potentiel est là, les qualités aussi, alors laissons faire le temps.

Source Texte : NBA G-League.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top