Bulls

Les Bulls brisent l’élan des Clippers : sept victoires de suite c’est bien, avoir DeMar DeRozan dans son équipe c’est mieux

DeMar DeRozan 9 novembre 2021

On promettait l’enfer aux Bulls avec un calendrier démentiel en novembre, mais pour l’instant DeMar DeRozan et les Taureaux s’en sortent très bien.

Source image : NBA League Pass

On promettait l’enfer aux Bulls avec un calendrier démentiel en novembre mais, merci pour eux, pour l’instant DeMar DeRozan et les Taureaux s’en sortent très bien. Nouvelle preuve du bel état de forme des joueurs de Billy Donovan cette nuit face aux Clippers, avec une victoire ultra-solide face à l’une des équipes les plus chaudes du moment. Well done messieurs !

Les stats maison du DMDR show c’est juste ici

Quand les Bulls trônaient tout en haut de la Conférence Est après une dizaine de jours de régulière, on avait pointé la belle tenue de l’équipe mais aussi et surtout un calendrier plutôt aisé jusque-là. Les Pistons, les Pels, l’AS Saint-Etienne, bref de beaux punching-balls pour se faire la main. Pour la suite ça s’annonçait un peu plus corsé mais au 15 novembre il n’est pas exagéré de dire que les Bulls ont posé de vraies bases, et cette fois-ci face à une vraie concurrence. En novembre ont ainsi été essorés le Jazz, les Celtics, les Mavs, les Nets et donc les Clippers, alors que seuls les Sixers et les Warriors ont su trouver la brèche face à la folie bovine. Pas mal non ? Pas mal oui, surtout quand on sait que les Bulls doivent faire avec l’absence de Patrick Williams depuis bientôt trois semaines et celle de Nikola Vucevic depuis quelques jours. Bref, pour commencer par la conclusion, disons que ces Bulls ont “quelque chose”, et qu’il va falloir commencer à les prendre très au sérieux.

Cette nuit ? Cette nuit c’était retour aux sources après quelques soirées passées à mettre en avant quelques soldats de l’ombre. Ayo Dosunmu, Derrick Jones Jr. et Avery Bradley c’est bien, mais pour aller toper dans sa salle une équipe qui restait sur sept succès de rang les leaders étaient attendus à l’accueil et les leaders ont évidemment répondu présent. On pense tout d’abord à un Lonzo Ball qui aura eu la lourde tâche cette nuit de s’accrocher au slip de Paul George et qui l’aura très bien fait (9/23 au tir pour PG), on pense à un Alex Caruso intronisé dans le cinq histoire de laisser un peu de place à la concurrence dans la course au trophée de 6MOY (7/9/5/3/1 pour le bonze cette nuit), on pense également à un Zach LaVine toujours présent et encore auteur de 29 pions avec six ogives de loin, mais en ce lundi matin on pense surtout à… DeMar DeRozan, qui continue sa saison level MVP et qui s’est fendu cette fois-ci d’une fiche à 35 pions, 7 rebonds et 5 passes, 35 pions à 12/16 au tir et 11/12 aux lancers, 35 pions dont 3 inscrits… du parking, comme quoi les miracles existent même avec DeMar puisque l’ancien loser des Raptors a désormais inscrit plus de threes en douze matchs que lors de… deux de ses saisons avec les Spurs. Un DeMar DeRozan à la fois proprissime dans ses élévations ou ses tirs mi-distance et agressif à souhait dans ses attaques de cercle, le genre de DMDR dont on se dit qu’avec d’autres genre de choix de carrière le CV pourrait être autrement plus garni enfin passons.

Au bout du compte cette nuit une victoire face à des Clippers accrocheurs mais dans l’utopie de la victoire, et une troisième place à l’Est bien méritée avant d’enchainer dès ce soir, toujours au Staples Center mais cette fois-ci face à des Lakers également en back-to-back, avant d’enchainer, aussi, deux déplacements à Denver et Portland histoire de boucler un road-trip usant à l’Ouest avant de souffler un peu sur les dix jours suivant (Knicks et Pacers à la maison, Rockets et Magic en déplacement). On promettait l’enfer aux Bulls avec un calendrier démentiel en novembre mais, merci pour eux, pour l’instant DeMar DeRozan et les Taureaux s’en sortent très bien.

1 Comment

1 Comment

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top