Celtics

« Ces gars-là ne veulent pas passer la balle » : Marcus Smart dézingue Jayson Tatum et Jaylen Brown en conférence de presse, grosse ambiance à Boston

celtics boston smart tatum brown

Ambiance de rêve à Boston, et on joue depuis deux semaines !

Source image : montage TrashTalk

On vous parlait dans ces lignes de la terrible défaite des Celtics contre Chicago cette nuit à domicile, alors que Boston menait de près de 20 points dans le dernier quart-temps. C’est l’événement sportif de la soirée NBA, et pas le plus réjouissant pour les fans de la maison verte. Cependant, comme on le sait, lorsqu’il y a ce genre de claque sur un parquet on peut vite avoir droit à des flammes supplémentaires en conférence de presse. Marcus Smart a donc sorti les allumettes pour cramer Jayson Tatum et Jaylen Brown après la défaite…

Ah, parce que vous pensiez qu’un revers à domicile en menant de 17 points en début de money-time c’était suffisant ? Vous pensiez qu’il n’allait pas y avoir du rab ? Mais bienvenue à Boston ! Boston, sa richesse culturelle, sa franchise légendaire, sa bière qui coule à flot et… ses relations divines entre membres de la même équipe. Pas besoin de chercher midi à quatorze heures, pas besoin d’étendre le sujet le plus largement possible. Ici, on a Marcus Smart, Jayson Tatum et Jaylen Brown. Le premier, qui n’arrive pas à planter 3 tirs de suite sur ce début de saison sans reconstruire un village, est chez les Celtics depuis le début de sa carrière en NBA. Les deux autres, qui ont le scoring dans la peau et mènent Boston dans la plupart des secteurs, sont eux aussi chez les Celtics depuis le début de leur carrière en NBA. Pourquoi rappeler cette information ? Car elle a toute son importance. Smart, Brown et Tatum ont eu, plus d’une fois par le passé, des échanges particulièrement intenses en sortie de match. Qui ne se souvient pas du lancer de chaises dans la bulle d’Orlando, lorsque Smart et Brown s’étaient embrouillés juste après une défaite ? Depuis un bail, ce trio traverse les aventures à Boston et on s’est demandé plus d’une fois si le groupe ne serait pas fissuré à l’avenir. On a déjà vu Brad Stevens changer de poste, va savoir si Smart restera avec les Jay Brothers pendant encore longtemps. Une chose est sûre, on peut dire que l’ambiance sera pas trop fun pour démarrer le mois de novembre dans le vestiaire d’Ime Udoka.

En effet, comme vous pourrez le lire en détail dans le récap du match contre Chicago, disons que la troupe verte s’est effondrée devant son public, et la fin de match était tout simplement affreuse. Attaque désarticulée, tirs forcés, aucun leadership, des défenses mal gérées, et un public qui hue les joueurs alors qu’il y avait un réel espoir de victoire cette nuit. Les zooms des caméras locales sur les têtes des joueurs en disaient long sur le mood qui traînait au TD Garden. Ce qu’on ne savait pas, c’est ce qui allait se passer derrière. Conférence d’après-match, déclinée par Brown et Tatum, pendant que Smart a sorti la dézingueuse automatique :

« En fait, j’aimerais juste pouvoir jouer au basketball. Chaque équipe fait son travail, chaque adversaire a fait les recherches nécessaires pour stopper Jayson (Tatum) et Jaylen (Brown). Je pense que le scouting report de chaque équipe que l’on affronte est le même, et cela consiste à faire en sorte que ces deux gars passent le balle. Mais ils ne veulent pas passer la balle. Et c’est quelque chose qu’ils vont devoir apprendre. Ils sont encore en apprentissage, et on est fiers des progrès qu’ils ont réalisé au fil du temps, mais il va falloir qu’ils passent un cap supplémentaire. Il va falloir qu’ils trouvent différentes manières de jouer, non seulement pour créer des tirs pour eux-mêmes mais aussi créer des tirs pour les autres joueurs de cette équipe. Car ensuite cela va ouvrir davantage le terrain, notamment pour les fins de matchs lorsqu’ils vont devoir prendre ces tirs compliqués, lorsqu’ils vont devoir accepter les matchups difficiles quand ils sont en 1 contre 1 ou quand ils attirent une prise à deux. C’est quelque chose qu’on leur a demandé de faire, et ils apprennent. On doit juste continuer à les aider à progresser là-dessus, car cela va aider l’équipe entière par la suite. […] Il n’y a pas grand chose que je puisse faire si je n’ai pas le ballon dans mes mains, il n’y a pas grand chose que je puisse faire si je reste planqué dans un corner. On met en place des systèmes pour nos meilleurs joueurs, tous nos adversaires savent ça, et ils font du bon boulot pour empêcher qu’on exécute. On ne peut pas autoriser cela, nos adversaires font du bon boulot pour nous bloquer et on ne doit pas continuer à rester focalisés sur eux deux. On doit oublier ça, et trouver d’autres manières de leur donner la balle, à des spots différents. Encore une fois, je peux pas faire grand chose lorsque je reste dans un corner, ou lorsque je remonte la balle et je ne fais que la donner. Donc j’essaye de parler, et faire en sorte que ces gars aient la balle là où ils veulent, quand ils veulent. »

Yikes.

On rappelle que la saison a démarré il y a deux semaines…

Plusieurs choses nous viennent à l’esprit en voyant ces propos. Déjà, le fait que Marcus Smart devrait balayer devant sa porte avant d’aller foutre son nez dans le linge des autres. On parle ici d’un des mecs les plus inefficaces de Boston sur ce début de saison, avec un sublime 26% de réussite au tir, 24% de réussite à trois-points, 1 seul lancer provoqué par match et un ratio passes décisives (4,8) balles perdues (2,4) qui filerait un AVC sur le champ à Chris Paul. Donc, avant de rentrer dans les détails, pas sûr que Smart soit en excellente position pour l’ouvrir sur l’attaque. Cela ne veut pas dire qu’il ne peut pas en parler, bien au contraire, mais disons simplement que si on voyait Enes Kanter hurler sur la défense de Boston on se regarderait en disant gros, reprends toi. Du coup, ce serait peut-être pas mal pour commencer que Marcus remette des ballons dans des paniers, car ça pourrait aider justement ses coéquipiers à avoir des espaces.

Maintenant vient la suite du propos. Pas seulement le ‘ils ne veulent pas passer la balle‘, mais le reste. Et il est vrai que, dans l’évolution des Celtics comme celle de Jayson Tatum et Jaylen Brown en tant que joueurs, il reste encore du boulot dans leur manière de vouloir régler les choses. Une tendance un peu Kobe-esque, qui consiste à mettre une franchise sur ses épaules et à foncer tête baissée oeillères refermées, alors qu’il y a de bonnes chances pour que ce soit collectivement qu’on s’en sorte. Oui, Tatum et Brown sont des joueurs hors-pair, qui ont grandement évolué offensivement et ont ajouté du vrai playmaking dans leur jeu. Et oui, s’il y en a bien deux qui essayent de faire le taf pour que Boston lance vraiment sa saison, ce sont eux. Mais Smart met le doigt sur un souci qui se partage aussi bien chez les deux jeunes leaders que chez le staff mené par Ime Udoka, et c’est la capacité de cette équipe à réagir intelligemment. Moins bornés, ces Celtics auraient pu battre les Knicks en opening-night, ou les Wizards deux fois en trois jours. Et surtout, dans l’optique d’être meilleurs en Playoffs, les potes d’Al Horford doivent moins donner l’impression de tomber dans la gueule du loup, avec un jeu stéréotypé et donc facilement blocable, comme Smart le souligne à juste titre. Cela prendra du temps, et heureusement il y a du temps cette saison, mais il va falloir que chacun y mette du sien. Marcus dans ses paroles et sa capacité à faire autre chose que du bowling, Udoka dans sa préparation des matchs et sa manière de gérer son groupe, et la paire Tatum – Brown dans sa confiance envers un effectif qui n’a pas encore globalement répondu présent dans des matchs serrés.

Est-ce qu’il s’agit ici d’un simple incident, ou bien aurons-nous droit à une réponse piquante des Jay Brothers ? Marcus Smart tente de provoqueer le duo pour les secouer, peut-être qu’il n’était pas le mieux placé pour le faire. Mais on va justement voir comment réagissent Brown et Tatum ainsi que le reste du groupe. Une chose est sûre, ça va parler dans les rues de Boston ce mardi…

Source : Chris Grenham / Forbes Sports

1 Comment

1 Comment

  1. bruce raoul

    2 novembre 2021 à 23 h 22 min at 23 h 22 min

    C’est déplacé selon moi de tomber sur le dos de Smart. Désolé, mais vous oubliez un point important. S’il a des pourcentages dégueux, c’est justement parce que l’attaque des Celtics ne tourne pas encore bien, qu’il se retrouve à prendre des tirs casse croute en fin de possession, ou bien défendu. Evidemment que Smart n’est pas un talent offensif hors pair. Mais par contre on peut pas dire qu’il ne comprend pas le basket. Le comparer à Kanter est un peu violent je trouve. Si ya bien quelqu’un pour l’ouvrir dans cette équipe, c’est lui, et les supporters lui sont plutôt reconnaissant pour ça, je pense. Mais merci quand même d’avoir traduit et publié son commentaire en entier, contrairement à d’autres sites qui se sont contentés d’extraire la phrase où il incrimine Brown et Tatum !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top