Lakers

Les Lakers ouvrent enfin leur compteur : victoire à l’arrachée face aux Grizzlies, la solution s’appelait donc… Carmelo Anthony

Après deux défaites inaugurales face aux Nets et aux Suns et lourds de toutes les critiques dues à ce début de saison compliqué (niveau de jeu, entente entre les joueurs etc), les Lakers se devaient de lancer enfin leur exercice 2021-22 à domicile et face à des Grizzlies en back-to-back. Mission accomplie, même si ce fut loin d’être une promenade de santé.

Les stats maison du Melo Game c’est juste ici

Il s’en faut parfois de pas grand chose pour faire basculer un match, et cette saison plus qu’une autre la vérité viendra parfois des « autres ». Les autres, c’est à dire tout ce qui ne s’appelle pas LeBron James, Anthony Davis ou Russell Westbrook et qui peut servir de facteur X de temps en temps. Cette nuit ? Le premier éboueur à se mettre en action fut DeAndre Jordan, ce bon vieux Dede auteur d’un début de match solide sous les panneaux quand les Grizzlies envoyaient ce message aux Lakers : si on peut vous mettre à 0-3 on le fera avec la banane jusqu’aux oreilles. En première mi-temps les joueurs de Taylor Jenkins envoient du jeu tout autant que sur leurs deux premiers matchs, Ja Morant en tête, lui qui semble avoir décidé de se prendre pour Stephen Lillard en ce dimanche soir (4 shoots du parking inscrits à la mi-temps). Les Lakers sont devant à la pause malgré un trio de leaders discrets, AD se concentrant sur les tâches défensives pendant que LeBron tape une sieste et Russell Westbrook use de son marteau-pilon habituel, et en deuxième mi-temps le rythme va s’intensifier au même titre que le feu sous ma poêle au moment de la cuisson de l’omelette de 5h10.

Notre héros du jour ? Ca aurait pu/du être Ja Morant, on en parlera dans la foulée hein, mais laissez-nous vous parler de Carmelo Anthony, 37 berges et un corps parfait, 37 berges et à la poursuite de la bague maudite, 37 berges et toujours aucun skills défensif depuis bientôt 19 ans mais surtout 37 berges et toujours cette capacité à sortir de sa boite de temps en temps et avec un flow assez incomparable. Cette nuit ? Melo a comme à son habitude débuté le match sur le banc à faire semblant de connaitre Sekou Doumbouya, mais très vite il a montré qu’il était en rythme et qu’il pouvait être ce mec qui fait la diff. Un tir rentré peu après sa… rentrée, deux gros tirs du parking au deuxième quart, un nouveau back-to-back three au troisième, une dernière sucrerie en fin de match et cette présence heureuse au rebond offensif pour récupérer des miettes et les convertir en deux points supra-importants, au moment où Ja Morant semblait avpoir décidé de pulvériser du Laker et de braquer la win. Au bout du compte ? 28 points à 10/15 au tir dont 6/8 de loin, et le rôle du sniper en chef quand son compère AD s’occupait de terroriser Jaren Jackson Jr. et tout le Tennessee dans le money time grâce à une mixtape défensive de tous les instants.

Ja Morant ratera finalement le lancer qu’il ne fallait pas louper après un match encore une fois hallucinant de justesse ET de folie (40 points, 10 passes et 6 orgasmes) et les Lakers DE MELO iront chercher cette foutue victoire qui leur échappait depuis environ cent ans. Compteur débloqué donc avant un déplacement demain soi à San Antonio, qui devrait logiquement permettre à la bande à Vogel de véritablement lancer cette saison. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top