Bucks

Les highlights de Bobby Portis en 2020-21 : 50% underdog, 50% energizer et 100% champion NBA

Les Milwaukee Bucks sont champions NBA depuis le mois de juillet, et si Giannis Antetokoumpo et ses deux lieutenants de giga-luxe Khris Middleton et Jrue Holiday ont logiquement attiré mille louanges, Bobby Portis fait également partie de ces mecs à qui l’on se doit de rendre hommage. Le soldat de rêve pour une équipe en quête de bague, aussi attachant sur le terrain qu’insupportable pour ses adversaires. On adore.

Souvenez-vous. Game 5 des Finales de Conférence face aux Hawks, Giannis absent après avoir vu sa jambe prendre la forme d’un S, et donc… Bobby Portis qui déboule comme un charo dans le cinq de départ des Bucks. Les opportunités de jouer 35 minutes ne sont pas nombreuses dans ce roster cinq étoiles, alors Bobby est envoyé au feu et il sait ce qu’il lui reste à faire. Trois heures plus tard ? 22 points, 8 rebonds, 3 passes, 3 interceptions, et une victoire ô combien importante face aux étonnants Faucons. 12 points et 9 rebonds de plus au Game 6 et les Bucks fileront ensuite en Finale pour la conclusion que l’on connait, avec un Bobby unstoppable sur le char des champions, hurlant sa joie et à qui veut l’entendre que le dog est champion NBA.

Un accomplissement pour celui qui a tout d’abord été connu pour être celui qui avait décoché une mandale de forain à Nikola Mirotic à Chicago, avant de jouer les facteurs X un soir sur quatre à Chicago. Mais à Milwaukee, Bob a trouvé une famille, et a enfin pu enfiler le costume qui lui sied le mieux : celui de remplaçant ultime, de la bombe d’énergie des deux côtés du terrain, cachant ses difficultés défensives avec une intensité de tous les instants, tel un gamin hyperactif, tel Jason Statham dans Hypertension mais sans la scène du bus avec les touristes japonais. Du shoot, beaucoup de shoot, mais Bobby Portis est celui qu’il a toujours été, un mec qui ne se pose pas de question et c’est un peu pour ça qu’on l’aime, en plus de cette ouverture oculaire incroyable le faisant passer H24 pour un camé du basket.

Du hustle, du show, du scoring, et au bout du compte ce statut de remplaçant parfait qui enlève son surmaillot en un millième de seconde quand son coach l’appelle. Le genre de mec essentiel dans la conquête d’un titre, tah P.J. Tucker, le genre de mec qu’on aimerait avoir comme pote mais qu’on est quand même bien content de ne pas croiser tous les jours, une phrase qui résume d’ailleurs très bien la condition du bonhomme. Une chose est sûre : Bobby Portis est champion NBA, il ne l’a volé à personne et il en est même l’un des principaux responsables. Chapeau le dog, et envoyez les highlights.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top