All-Star Weekend

La WNBA a aussi tiré son feu d’artifice à Las Vegas : un All-Star Game le 14 juillet, quelle belle idée

Arike Ogunbowale WNBA All-Star Game 15 juillet 2021

Entre deux marquisettes au bal du village, il y avait aussi une belle fête du basket à suivre la nuit dernière.

Source image : YouTube/WNBA

Si la NBA nous a plutôt habitués à un All-Star Game entre deux raclettes et une séance de ski de fond en plein mois de février, le match des étoiles de WNBA se célèbre lui dans une ambiance plus chaleureuse, au milieu de l’été. Pendant que vous allumiez des feux d’artifice au fond du jardin pour le 14 juillet, les meilleures joueuses de la planète faisaient des étincelles du côté de Las Vegas la nuit dernière. On regarde tout ce qu’il s’est passé à la Michelob Ultra Arena.

Autre particularité du WNBA All-Star Game cette année au-delà de ne pas se dérouler un week-end, le match opposait les stars étoilées de la ligue à… Team USA. Année olympique oblige – en 2021, tout est normal – une bonne partie des joueuses vedettes ont déjà rejoint leur sélection pour préparer leur tournoi de Tokyo. Maillots orange d’un côté, maillots blancs et rouges de la nation étoilée de l’autre, le match a tenu toutes ses promesses avec une intensité assez rare pour être signalée lors d’un tel événement. On a même vu des vraies séquences défensives par moments ! A dix jours du début des Jeux Olympiques, personne ne veut se blesser et Diana Taurasi qui s’est échauffée avec les Américaines est restée sur le banc pour ne pas risquer d’aggraver son problème de hanche, mais les filles qui ont joué n’ont pas ménagé leurs efforts pour nous livrer une partie disputée et longtemps indécise. Et contrairement aux idées reçues, à la fin ce n’est pas toujours Team USA qui gagne. On en a déjà eu la preuve chez les garçons durant leur préparation, c’est maintenant au tour du groupe de Dawn Staley de découvrir le goût amer de la défaite après trois premiers succès en amicaux. Britney Griner (17 points à 8/10) et Breanna Stewart (15 points, 6 rebonds et 3 assists) étaient dans un bon jour mais la triplette Jonquel Jones (18 points, 14 rebonds, 4 passes, 3 interceptions et 2 contres), Courtney Williams (15 points et des actions défensives décisives en fin de match) et Arike Ogunbowale (26 points à 5/10 du parking, dont 9 points dans le dernier quart-temps et un 3+1 clutch) qui a porté Team WNBA a su appuyer sur la pédale d’accélérateur au bon moment.

Pour son premier All-Star Game à 24 ans, c’est finalement la meilleure scoreuse de la saison dernière, Arike Ogunbowale, qui repart avec le trophée de MVP sous le bras. Portant fièrement le numéro 24, elle a magnifiquement honoré la mémoire de Kobe Bryant sous les yeux de Vanessa qui était présente en loge avec ses filles et Sabrina Ionescu. La coupe aurait très bien pu revenir aussi à la Bahaméenne, Jonquel Jones, qui a encore balancé un code wifi exceptionnel en guise de ligne de stats et qui figure plus que jamais comme la favorite pour le titre de MVP de la saison avec le Connecticut Sun. De leur côté, les Américaines essuient donc un premier revers dans leur préparation (93-85). C’est un avertissement sans frais pour Team USA qui ne rencontrera probablement pas d’effectif aussi dense à Tokyo (outre trois étrangères, la Team WNBA était majoritairement composée de joueuses cainris elle aussi). Il faudra quand même se méfier des Françaises qui ont dû suivre cette rencontre avec beaucoup d’attention puisqu’elles les rencontreront lors de leur dernier match de poule au Japon.

Ce mercredi, Jonquel Jones a tenté par tous les moyens d’épaissir son CV en participant aussi au Three Point Contest à la mi-temps du match étoilé. Grâce au deuxième score du premier tour (27 points), elle a ainsi obtenu son ticket pour affronter la boss de la discipline aka Allie Quigley en finale mais la tireuse d’élite du Sky de Chicago tenait à tamponner son triplé après ses succès en 2017 et 2018 pour sa dernière participation au concours à 3-points. Partie lentement mais sûrement, son sans-faute sur le money ball rack à l’avant-dernier spot de tir tue le game et la passe au rang de légende vivante du tir longue distance en WNBA.

C’est tout pour cette belle fête du basketball qui avait lieu dans le Nevada la nuit dernière. Un hommage au Black Mamba, une rencontre serrée et une reine de l’adresse de loin, on frôle le 14 juillet parfait quand même là, non ?

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top