Nets

James Harden a donné son max : 46 minutes de jeu sur une jambe, c’était compliqué mais faut applaudir l’effort

Il ne devait pas jouer. Il a terminé avec 46 minutes.

Source image : NBA League Pass

Il y a encore 24 heures, on pensait qu’il n’allait pas jouer. Blessé à l’ischio-jambier, James Harden était annoncé out pour le Game 5 de la série entre les Nets et les Bucks. Et puis plus on s’approchait du match, plus sa participation devenait une possibilité. Au final, le Barbu a bien fait acte de présence, et il a fait ce qu’il a pu pour aider les siens à remporter ce match crucial. Admirable.

5 points à 1/10 au tir dont 0/8 à 3-points, et 4 turnovers. Quand on voit la ligne de stats du bonhomme, on se rend vite compte à quel point Harden était diminué dans ce Game 5. Blessé à l’ischio, Ramesse n’aurait très probablement pas joué en temps normal. Mais pour un Game 5 de Playoffs, avec un Kyrie Irving également à l’infirmerie, il ne voulait pas laisser Kevin Durant et ses copains se débrouiller sans lui, alors il a mis les sneakers et a donné tout ce qu’il a pu, même si ce n’était sans doute pas très raisonnable. Clairement limité dans ses mouvements, incapable de vraiment attaquer le panier, souvent court sur ses shoots extérieurs et forcément rouillé après dix jours d’arrêt, Harden a d’abord symbolisé les galères des Nets en première mi-temps (zéro pointé pour Harden en première). Des Nets maladroits en attaque autour de Kevin Durant, avec de la briquasse et des pertes de balle assez crades. On se demandait alors si la présence du Barbu était vraiment un plus pour son équipe. Parfois, même si on est un joueur du calibre de James Harden et que ça demande forcément de l’attention de la part de la défense adverse, ça peut être contre-productif. On se rappelle par exemple aussi des premières minutes d’Anthony Davis lors du Game 6 entre les Suns et les Lakers au premier tour des Playoffs. AD était finalement sorti après seulement cinq minutes de jeu pour ne plus jamais revenir, Harden a lui passé seulement deux minutes… sur le banc.

Parce que oui, le Barbu a joué 46 minutes au total cette nuit. 46 ! Ne voyez pas là une pique envers Anthony Davis hein, car on parle de deux blessures radicalement différentes. On ne veut pas non plus jouer au docteur mais avec un bobo à l’ischio, ça peut être dangereux de s’arrêter en plein effort car il faut rester chaud pour éviter le claquage. On voit souvent des joueurs qui sont touchés à ce niveau-là garder le rythme sur la touche en pédalant sur un vélo d’appart. Mais Harden lui est resté sur le terrain quasiment du début à la fin pour essayer de contribuer d’une manière ou d’une autre. Et au final, c’est ce qu’il a fait. En deuxième période, il a participé au gros run des Nets qui a permis de réduire l’écart. Avec ses qualités de playmaker et de facilitateur (8 assists en tout), il a su ouvrir des opportunités pour ses coéquipiers et ça a fait du bien aux Nets. Au fur et à mesure de la rencontre, Ramesse a su devenir une présence qui compte et d’une manière générale, pour Brooklyn, l’effort démontré par Harden a forcément inspiré l’ensemble de l’équipe. Enfin, dans les deux dernières minutes, n’oublions pas que c’est bien le Barbu qui a marqué deux lancers-francs pour donner l’avantage aux siens, un avantage qu’ils ne lâcheront plus. Alors évidemment, si la performance all-time de Kevin Durant restera dans les mémoires, si la prestation d’un grand Jeff Green doit également être soulignée, impossible de ne pas mettre en avant l’effort de James Harden vu les circonstances. Beaucoup auraient logiquement fait l’impasse, pas lui.

« Il veut jouer. Il veut gagner un titre. Il adore les Playoffs et jouer à ce moment-là de l’année. Donc je pense que cela a vraiment été dur pour lui vu à quel point il travaille pour se retrouver dans cette position. »

– Le coach Steve Nash, via ESPN

Non seulement diminué mais aussi opposé à l’un des meilleurs défenseurs de la NBA avec Jrue Holiday, James Harden a donné son max. Et même s’il a vécu une soirée galère, il mérite des applaudissements pour avoir serré les dents malgré sa blessure. Aujourd’hui, il est récompensé par une victoire.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top