Jazz

Rudy Gobert a fêté son DPOY avec style : record de rebonds en Playoffs, record all-time de dissuasions, on en veut record et encore

Le DPOY, tout simplement.

Source image : NBA League Pass

Nommé Défenseur de l’Année pour la troisième fois de sa carrière dans la nuit de mercredi à jeudi, Rudy Gobert voulait faire honneur à son statut dans le Game 2 entre le Jazz et les Clippers cette nuit. Et c’est exactement ce qu’il a fait, avec une nouvelle performance de… DPOY dans sa propre moitié de terrain.

Avec la mise en place des NBA Awards après les Playoffs, on a perdu l’habitude de voir les heureux élus fêter leur récompense avec leur public avant le début du match. Cette communion avec les fans, avec le joueur qui soulève son trophée, franchement ça manquait ! Mais comme pas mal de choses ont changé depuis mars 2020, les awards ont cette année été annoncés pendant les Playoffs, à l’ancienne quoi. Du coup, Rudy Gobert a pu célébrer son troisième DPOY avec la famille mormone aux côtés de son coach Quin Snyder et du nouveau proprio Ryan Smith, tout ça sous les yeux de sa maman Corinne, évidemment extrêmement fière de son fiston. Et surtout, il a pu montrer une nouvelle fois – tout de suite sur le terrain – pourquoi il a aujourd’hui la mainmise sur ce trophée. Car si Donovan Mitchell a encore enflammé les débats cette nuit en plantant 37 pions sur le crâne des Clippers, Rudy a lui une nouvelle fois eu un énorme impact défensif. Comme d’habitude vous nous direz, mais là on était dans un Game 2 des demi-finales de Conférence Ouest face aux Clippers avec l’étiquette de triple DPOY sur le dos. Alors il fallait absolument assumer.

13 points, 20 rebonds, 2 interceptions, 3 contres. Ça, c’est pour la ligne de stats. Elle est belle, et elle contient même un record perso pour Rudy puisqu’il n’avait jamais atteint un tel total de rebonds dans un match de Playoffs. Dans la raquette adverse, il n’a pas vraiment terrorisé les Clippers (1 rebond offensif) mais alors chez lui, il a sécurisé les lieux en bon patron qu’il est (19 rebonds défensifs !). Au final, même si les chiffres sont lourds, ils ne rendent pas complètement justice à l’impact de la tour de contrôle du Jazz. Car dans les box scores de base, on ne voit pas le nombre de dissuasions accumulées par Rudy, ni le nombre de shoots qu’il a empêchés ou contestés, que ce soit face à des intérieurs ou des joueurs de périmètre. Et c’est vraiment là où il excelle. Demandez donc à DeMarcus Cousins ce que ça fait de se coltiner Rudy. Certes, DMC a fait une bonne entrée mais sa soirée a pris une mauvaise tournure assez vite.

Avant la série, on se demandait comment le jeu small-ball des Clippers pouvait potentiellement mettre à mal l’impact de Rudy Gobert dans cette confrontation. Aujourd’hui, cet impact est énorme, et on le voit d’ailleurs dans la différence entre l’efficacité défensive du Jazz quand il est sur le terrain par rapport à quand il est sur le banc (checkez plus bas). Dans le Game 1, il avait protégé sa raquette tout en faisant le taf quand il s’est retrouvé dans des situations où il devait défendre un peu plus dans le périmètre, comme sur cette ultime action symbolique où il a bâché le 3-points de Marcus Morris. Paul George avait souligné les difficultés qu’apportait Gobert, tandis que le coach des Clippers Tyronn Lue n’avait pas hésité à qualifier Rudy de « meilleur rim protector de la NBA » et de « meilleur défenseur en pick & roll ». Dans le Game 2 de cette nuit, Gobert a cette fois-ci commencé face à un vrai intérieur en Ivica Zubac, et il a ensuite dominé depuis le poste 5 comme il sait si bien le faire. C’est simple, en matière d’intimidation, on ne fait pas mieux aujourd’hui. Et si le Jazz mène 2-0 dans la série, c’est notamment parce que Rudy joue comme un DPOY.

Rudy Gobert a été égal à lui-même cette nuit, et prouve donc une nouvelle fois pourquoi il est le joueur le plus impactant de toute la NBA en défense. Avec un Donovan Mitchell également au top, le Jazz est porté par ses deux All-Stars contrairement aux Clippers, et la porte des Finales de Conférence commence sérieusement à s’ouvrir. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top