Jazz

Rudy Gobert une nouvelle fois Défenseur de l’Année : le meilleur hommage possible à Mark Eaton, qui applaudit fort depuis là-haut

Rudy avec le maillot d’Eaton sur le dos, tout un symbole.

Source image : Twitter Jazz

En remportant son troisième trophée de Défenseur de l’Année la nuit dernière, Rudy Gobert s’est imposé un peu plus dans l’histoire du Jazz et parmi les meilleurs intérieurs défensifs all-time en NBA. Il vient non seulement d’égaler Dwight Howard, mais dépasse aussi un autre grand pivot d’Utah, le regretté Mark Eaton. Décédé brutalement à la fin du mois de mai, Eaton est sans doute très fier de Rudy depuis là-haut.

La tragédie avait bouleversé une nouvelle fois le monde de la NBA, et en particulier la communauté de Salt Lake City. Mark Eaton, véritable rempart défensif du Jazz pendant douze ans et nommé à deux reprises Défenseur de l’Année en 1985 et 1989, n’est malheureusement plus de ce monde depuis le 28 mai dernier et un terrible accident de vélo du côté de Park City dans l’Utah. Le Jazz venait de perdre l’un de ses plus grands représentants, au sens propre comme au figuré, et Rudy Gobert un véritable mentor. « C’est quelqu’un que j’appréciais vraiment. Un bon gars. Évidemment, il a eu une belle carrière mais en tant que personne, c’est vraiment quelqu’un que j’admirais. J’ai beaucoup appris à ses côtés. » Les mots de Rudy Gobert se suffisent à eux-mêmes, mais on n’a pas pu s’empêcher de creuser un peu pour en savoir plus sur cette forte relation qui existait entre le Frenchie et Mark Eaton. De l’extérieur, c’est l’histoire d’un pivot marquant de l’histoire du Jazz qui a pris Rudy sous son aile pour l’aider à maximiser son potentiel. Les similitudes sont évidentes : deux grands gaillards évoluant au poste 5, deux murailles, et les deux seuls joueurs du Jazz à remporter le titre de Défenseur de l’Année. Mais comme le dit si bien Rudy Gobert, leur relation dépassait largement les quatre lignes du terrain. Mark Eaton était à la fois un modèle sur le parquet et en dehors. Les deux ont bien évidemment partagé de nombreuses discussions et SMS autour de la balle orange, mais ils ont partagé plus que ça.

« Je sais que s’il était encore là, il m’aurait envoyé un message en disant, ‘C’est comme ça qu’on protège la raquette grand’. Je sais qu’il regarde, et je sais qu’il regardera la suite des Playoffs et tout le reste. Je sens sa présence. »

– Rudy Gobert, après le Game 3 face aux Grizzlies au premier tour (via Deseret News)

Dans un récent article de Marc Stein du New York Times, on apprend que les deux géants partageaient une passion pour les balades en vélo. L’Utah, c’est un terrain plutôt adapté pour se faire plaisir et le duo Rudy Gobert – Mark Eaton en a visiblement bien profité. Au centre de tout ça ? Un autre Français nommé David Folch, expatrié aux États-Unis et fondateur de DirtySixer, fabriquant de vélos customisés pour très grandes personnes. En contact notamment avec un certain Bill Walton, autre grand nom amoureux de vélo, Folch avait pu montrer ses produits à l’association des retraités de la NBA, anciennement présidée par Mark Eaton. Et c’est lors d’une rencontre à Las Vegas durant l’été 2016 que Mark a croisé Folch pour ensuite se procurer son propre vélo, avant de convaincre Rudy Gobert d’en faire autant. Le début d’une belle aventure pour les deux pivots made in Salt Lake City. Imaginez un peu ces deux-là, l’un à côté de l’autre sur leur vélo taille XXL – 2m24 pour Eaton et 2m16 pour Rudy on le rappelle – en train de rouler sur les routes et autres sentiers de l’Utah. Exactement le genre d’expérience qui rapproche deux êtres humains. Mark Eaton n’a pas hésité à offrir une petite visite de sa maison à Gobert après l’une de ces balades, et c’est là que Rudy a pu voir les deux trophées de Défenseur de l’Année remportés par son mentor au cours des années 1980. Pas mal comme source d’inspiration.

« Sa relation avec Rudy, je pense, est très emblématique de la personne qu’il était. Sa capacité à écouter, à donner des conseils et à soutenir les autres était vraiment unique. »

– Le coach du Jazz Quin Snyder à propos de Mark Eaton et de sa relation avec Rudy Gobert

Mark Eaton était en quelque sorte un point d’appui pour Rudy Gobert, encore plus quand la French Tower était au centre des critiques suite à l’épisode du COVID en mars 2020. Parce que les mentors, ils sont là pour ça. Conseiller, aider, quand ça va bien mais aussi et surtout quand ça va moins bien. Aujourd’hui, toutes ces critiques font partie du passé, et c’est tant mieux. Grâce à un contre décisif de Rudy, le Jazz mène 1-0 en demi-finale de Conférence Ouest après avoir terminé premier de la saison régulière. La relation autrefois endommagée entre Rudy et Donovan Mitchell est réparée. Et Gobert vient de remporter logiquement son troisième trophée de DPOY après avoir raflé un énorme contrat de plus de 200 millions de dollars sur cinq ans en décembre 2020. Pour la faire courte, ça se passe plutôt pas mal dans la vie de Rudy Gobert le basketteur, et un titre NBA pourrait ponctuer tout ça en beauté. Pas de doute, si Mark Eaton était encore de cette planète, il serait le premier à encourager le Jazz et Rudy pour qu’ils parviennent à aller au bout, ce qui serait une grande première pour la franchise d’Utah après les deux Finales NBA perdues en 1997 et 1998 face au grand Michael Jordan. Et s’ils vont vraiment au bout, Eaton aura joué son rôle car Gobert n’en serait pas là sans lui. Un potentiel accomplissement que Rudy et Mark auraient sans aucun doute fêté avec une petite balade à vélo du côté de Park City.

Arrivé au Game 1 face aux Clippers avec le maillot de Mark Eaton sur le dos, et arborant son numéro sur la bande noire située en haut à gauche du jersey actuel, Rudy Gobert n’oublie pas son mentor. Pour le Frenchie, Eaton était une source d’inspiration en tant que basketteur mais aussi à travers son implication dans la communauté. Alors Rudy veut continuer à lui rendre hommage de la meilleure des manières. Avec un troisième titre de DPOY, il le fait très bien. 

Source texte : New York Times / Deseret News

1 Comment

1 Comment

  1. Djohn-Konkakk

    10 juin 2021 à 21 h 42 min at 21 h 42 min

    Une bien belle histoire, je ne connaissais pas du tout Eaton.
    ça me donne envie d’aller regarder quelques highlights…et de faire du vélo avec des stars NBA !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top