Los Angeles Clippers

Lou Williams a pensé à la retraite après son transfert : quand vous avez les Clippers dans le sang, pas facile de s’imaginer ailleurs

Clipper for life, peu importe ce qui se passe.

Source image : NBA League Pass

Lou Williams et les Clippers, c’est terminé. Transféré de Los Angeles à Atlanta lors de la soirée de la trade deadline jeudi, le triple vainqueur du trophée de Sixième Homme de l’Année (un record s’il vous plaît) va revenir dans la ville où il a grandi mais paradoxalement, il a aujourd’hui surtout l’impression de quitter sa maison.

Si Kawhi Leonard et Paul George sont à juste titre considérés comme les stars des Clippers, est-ce qu’il y a vraiment quelqu’un de mieux placé que Lou Williams pour symboliser l’autre franchise de Los Angeles sur ces dernières années ? Arrivé dans la Cité des Anges en juin 2017 dans le cadre du transfert de Chris Paul, Lou Williams a retrouvé l’amour du jeu chez les Clips version Doc Rivers, et a su redonner un sens à une carrière qui ressemblait à celle d’un globe-trotter. Philadelphie, Atlanta, Toronto, Los Angeles Lakers, Houston, puis un retour à Los Angeles chez les Clippers, ça fait cinq transferts entre 2012 et 2017, de quoi être un peu dégoûté du business NBA. Mais on connaît la suite de l’histoire. Lou Will s’est imposé comme un pilier des Clips après l’ère Lob City, raflant notamment deux titres de meilleur remplaçant de la NBA (2018, 2019) après celui remporté sous le maillot d’Atlanta (2015). Des grosses performances au scoring, des moments clutch, des records pour un joueur de banc (il est notamment devenu le leader all-time en points en sortie de banc), une vraie présence dans le vestiaire, mais aussi de sacrés souvenirs comme cette série de Playoffs face à la dynastie Warriors en 2019, où ses perfs ont aidé L.A. à décrocher deux succès inespérés. Quelque part, Lou Williams a joué un rôle dans l’arrivée de Kawhi et PG-13 mais aujourd’hui, tout ça fait partie du passé. Alors forcément, quand il a appris son transfert jeudi, l’émotion était de mise. Sur son compte Instagram, il a lâché un message en compagnie d’une vidéo qui provoquera sans doute une petite larmichette chez les fans des Clippers.

« Oui, j’ai pensé à prendre ma retraite hier. Vous donnez tellement à une franchise et puis vous vous réveillez et boom, ça n’existe plus. Mais dans le plus pur style de la Clipper Nation, on m’a rappelé que mon talent et ma contribution étaient appréciés et cela m’a fait réfléchir à la suite. J’en ai encore sous la semelle et j’ai le privilège de pouvoir continuer ma carrière dans mon jardin. LA, merci. Je t’aime. Je t’apprécie. Grands moments et grands souvenirs !!! ATL, LouWillVille. Mr. Williams, bienvenue à la maison. »

Direction Atlanta donc pour Lou Will. Une ville qu’il connaît évidemment très bien, du parquet des Hawks au strip-club du coin. Né à Memphis, Williams a non seulement grandi dans la ville d’Outkast, lui qui est passé par le lycée South Gwinnett de Snellville à l’Est d’Atlanta, mais il a aussi défendu les couleurs d’ATL en NBA au cours de la première partie de la décennie 2010. C’est donc un retour aux sources pour Lou, qui va pouvoir passer par Magic City tout de suite après les matchs. Blague à part (mais est-ce vraiment une blague ?), Williams va tenter d’apporter son expérience et son scoring en sortie de banc à une équipe d’Atlanta ambitieuse qui veut retrouver les Playoffs cette saison. Loin d’être au top dans la bulle avec les Clippers et proposant cette saison ses plus faibles moyennes depuis un bon bout de temps, the Underground GOAT aura à cœur de prouver qu’il peut toujours faire de grosses différences, d’autant plus qu’il sera agent libre dans quelques mois.

Au revoir Los Angeles, bonjour Atlanta. À 34 ans, Lou Williams quitte une maison pour en rejoindre une autre. Clairement, les Clippers sans lui, ça va faire bizarre mais Lou a bien l’intention de faire en sorte qu’on ne l’oublie pas. De notre côté, ça ne risque pas.

Source texte : Instagram Lou Williams

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Lou Williams (@louwillville)

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top