Hornets

Les Hornets sont les rois du money-time : les Frelons piquent dangereusement dans le clutch, Jojo peut être fier

rozier hornets

Scary Terry is back !

Source image : YouTube

S’il y a une surprise à relever dans le classement de la Conférence Est cette année, c’est bien la cinquième place des Hornets. Charlotte produit un jeu si séduisant, si agréable à suivre, tant clutch dans les moments chauds, qu’il fallait qu’on en parle.

C’est avec une bien belle surprise que se sont réveillés les fans des Hornets ce matin. Grâce à la défaite de Boston face à Utah cette nuit, Charlotte est actuellement à la cinquième place de la Conférence Est avec un bilan de 20 victoires pour 18 défaites. Une place amplement méritée. Bien emmenés par leurs leaders Terry Rozier et Gordon Hayward ainsi que le potentiel Rookie of the Year LaMelo Ball, il semblerait que les Hornets aient trouvé une bien belle alchimie. Ça joue ensemble, ça rigole ensemble, ça fait le spectacle ensemble, et surtout ça gagne ensemble en trouvant souvent la solution dans les fins de match serrées. Et quand on parle de fins de match serrées, comment ne pas mentionner le nom de Terry Rozier, qui justifie plus que jamais son surnom de Scary Terry. Lorsque l’on tourne à 20,4 points, 3,7 rebonds et 3,2 passes, le tout à des pourcentages de réussite très solides (48,2% aux tirs dont 43% à 3-points), on effraie forcément les équipes adverses. Demandez donc aux Pistons, qui ont pris cher récemment avec un Rozier qui brille devant Michael Jordan himself. Demandez donc aux Warriors, crucifiés par Scary Terry il y a quelques semaines avec un buzzer-beater et 20 points au total dans le dernier quart-temps. Un véritable exploit pour donner la victoire aux siens, mais pas une surprise pour un joueur qui a pris l’habitude de briller dans les moments chauds (53 points en 44 clutch minutes cette saison, à 58,3% au tir dont 55,6% du parking et 88,2% aux lancers-francs !). Quand on pense clutch, on pense bien évidemment à des joueurs comme Damian Lillard ou encore Stephen Curry. On pense un peu moins à Terry Rozier et même plus globalement Charlotte en tant qu’équipe, à tort. Attention, mouillez-vous bien la nuque avant de passer aux statistiques, parce que ça peut choquer.

Hornets Tableau stats clutch

Quand Charlotte est à plus ou moins cinq points de son adversaire avec seulement cinq minutes au compteur, sur un total de 18 matchs, c’est 13 victoires. Voilà voilà. On peut pousser la statistique encore plus loin si on le souhaite. Lors des trois dernières minutes, les Hornets ont des pourcentages de réussite aux tirs tout simplement chirurgicaux. 60,9% dont un É-NOR-ME 60,5% derrière l’arc. On a notamment en tête le quatrième quart-temps face à Sacramento dans la victoire 122-116 d’avant-hier. 7 points inscrits par Hayward, 9 par Rozier et 8 pour LaMelo, ce dernier ayant déjà brillé dans le money time sur le parquet des Suns fin février. Sur les 31 pions inscrits par les Hornets dans ce dernier quart, 24 l’ont été par le trio. C’est dans des moments comme ceux-là qu’on voit le visage d’une franchise. Celle qui assure dans le clutch, celle qui envoie un message à ses adversaires, celle qui permet à ses fans de regarder les fins de match en toute sérénité. C’est Papa Michael Jordan, le propriétaire majoritaire de la franchise, lui l’éternel habitué des moments chauds, qui doit être content de voir ses joueurs performer dans ce secteur. Les victoires comme ça, ça permet de grappiller un bon nombre de places dans le classement. Cela forge également un groupe solide, qui a toutes les cartes pour faire du bruit dans cette saison 2020-21.

« Nous avons beaucoup de mecs qui n’ont pas peur des moments chauds. Je crois qu’on doit avoir trois game winners cette année venant de trois gars différents. C’est très important d’avoir plusieurs mecs capables de step up. Cela apporte de la confiance à l’équipe car vous ne vous reposez pas sur un seul gars. »

– Gordon Hayward, via USA Today Sports

C’est un fait : Charlotte est cinquième à l’Est et produit un basket très excitant, en particulier dans les dernières minutes. Il faudra compter sur eux pour continuer de jouer les trouble-fêtes. Regardez les matchs jusqu’au bout parce que ces garçons sont capables de réaliser de belles surprises.

Source stats : NBA.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top