Lakers

LeBron James a froissé les Cavs : 46 points à 19/26 au tir dont 21 pions dans le dernier quart, Cleveland this is for you !

C’était forcément un match spécial. LeBron James à Cleveland, avec un maillot des Lakers, à quelques heures de l’un des plus tristes anniversaires de l’histoire de la NBA. A match spécial performance spéciale, surtout pour un joueur aussi… spécial. Unique même. Car LeBron James en a donc profité pour rappeler à tout le monde ces mots très simples : il. Est. Toujours. Le. Patron. Et peut-être plus que jamais.

Existe-t-il meilleure manière de prouver, une fois de plus, à la Terre entière qu’on est l’un des – si ce n’est le meilleur – joueur de basket au monde ? Euh, pas sûr. Cette nuit LeBron James était donc en mission, sur ses anciennes terres, et arguons que le timing du premier anniversaire de la mort de Kobe Bryant lui a sans doute donné une force divine supplémentaire. Son premier quart tout d’abord. 18 points, 5 rebonds et 5 bombes du parking ou quelque chose dans le genre, et un gros duel avec un Dede Drummond bien en jambes. La phrase est drôle hein, tout comme JaVale McGee d’ailleurs, lequel nous vend chaque soir toujours un peu plus de rêve que la veille en se prenant pour un meneur de jeu, ça c’est pour valider notre bonne humeur nocturne. LeBron James ? On lui avait dit que les Cavs possédaient en Isaac Okoro l’un des – déjà – meilleurs défenseurs de la Ligue, on lui avait aussi dit que dans l’Ohio un jeune homme – Collin Sexton – était en train de le faire oublier des fans (c’est faux mais c’est pour la narration), alors LeBron James a tenu à rappeler quel genre de malade mental il était, aidé un temps ainsi que toute son équipe par des… arbitres très californiens, mais stop : tout ça n’est rien comparé à la démo qui allait venir.

Première mi-temps de MVP pour commencer donc, micro-sieste au troisième quart, puis le tournant du match à quelques secondes de la fin de ce dit troisième quart.

Bon, ça spoile un peu, désolé, mais voilà donc le chantier. Une petite punchline qui ne passe pas de la part d’un grand malade sur le téco, et c’est toute la rage de LBJ qui allait s’en voir décuplée. Un dernier quart homérique, l’incapacité totale de la défense des Cavs d’arrêter ce sauvage, et un flegme royal du… King qui allait emmener logiquement les Lakers vers une victoire étriquée mais étiquetée LeBron. Kyrie Irving à Brooklyn ou Montrezl Harrell avaient rendu hommage à Kobe vestimentairement parlant en pre game ? LeBron James l’a fait, de manière incroyable mais également complètement sobre et respectueuse : en jouant au basket à la perfection, et en répondant par les actes à l’un des derniers hommes sur Terre pensant qu’il est bon de trashtalker la bête.

Un festival venu tout droit du ciel ou pas loin, et un copain qui a du apprécier ça de là haut. Une chose est sûre en ce… 26 janvier 2021, à 36 ans et 28 jours LeBron reste l’un des meilleurs, l’un des tous meilleurs, peut-être même, encore, LE tout meilleur.

stats lakers cavs 26 janvier 2021

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top