Nets

Les Nets haussent le ton grâce à leur duo sauvage : match énorme face aux Bucks, pour un MLK Day aux airs de Finales de Conf

C’était le main event de cette soirée, dans une confrontation qui sentait bon le printemps à l’Est. D’un côté un double-MVP en titre, de l’autre… deux anciens MVP, et l’assurance finalement d’avoir du spectacle quoiqu’il arrive. Grande surprise… spectacle il y aura eu, durant 48 minutes d’un match plein, d’un match entre candidats au titre, tout simplement.

Mais qu’est-ce que ça fait du bien quand, parfois, la montagne n’accouche pas d’une souris. Pas de Kyrie Irving à l’entre-deux, Uncle Drew multiplie les actes de charité et de bienveillance mais il n’a toujours pas retrouvé son sac de sport, et donc un duo, James Harden et Kevin Durant, un duo magique côté Nets qui s’en allait provoquer en duel un autre duo de All-Stars, Khris Middleton et Giannis Antetokounmpo. Tout ce petit monde qui chauffe doucement mais un supporting cast au four et au moulin d’entrée de jeu. Les re-stas sont au rendez-vous, les Nets laissent systématiquement trois mètres à Giannis qui sanctionne le manque de respect, et si pour les Bucks Donte DiVincenzo profite des espaces, pour les Nets ce sont Jeff Green et Joe Harris (9/12 du parking pour les deux compères cette nuit) qui nous rappellent que ce match ne sera pas un simple deux contre deux. Des points, beaucoup de points, mais pas pur autant une défense à l’abandon. Simplement du talent des deux côtés du parquet et deux équipes qui ont décidé de jouer vite, en mode le premier à 125 a gagné, attention un spoiler se cache dans cette dernière phrase.

Un autre qui s’éclate au contact de ses deux génies de coéquipiers ? DeAndre Jordan bien sûr. Grand Dede a récupéré du temps de jeu depuis le départ de ce pauvre Jarrett Allen à Cleveland, et grand Dede se régale, récupérant, au choix, les caviars ou les shoots ratés des copains pour en faire de gros tomars à vous péter un cercle. 12 points et 12 rebonds pour lui cette nuit, à 6/6, que c’est bon d’avoir vingt ans à nouveau.

Mais parlons peu parlons bien.

Parlons peu parlons bien, et évoquons donc ce duel tant attendu entre quelques unes des plus belles étoiles de l’Est, parce qu’il ne faut pas non plus oublier Tacko Fall. Khris Middleton, tellement smooth à mi-distance, quasi inarrêtable dans ce périmètre qu’il affectionne tant, maladroit de loin mais également utile en défense et presque clutch. Le lieutenant préféré de ton joueur préféré, ça bouge pas. Giannis Antetokounmpo ? Laissé libre en début de match on l’a dit, puis saignant par la suite, parfois oublié en attaque mais les copains rentraient les tirs donc on zappe, et en tout cas dominateur physiquement grâce notamment aux mismatchs commandés par Mike Budenholzer. 34/12/7/2 au final, pas un match parfait mais un match réussi, car les standards de Giannis sont devenus incroyablement hauts, car son barème de réussite est unique en NBA. Côté Nets ? On l’a dit, un supporting cast solide auquel on peut d’ailleurs ajouter l’intensité apportée par un Bruce Brown qui nous fait parfois réfléchir à l’utilité de Kyrie Irving dans cet agréable bordel, et parce qu’on aime bien vous titiller aussi avec des phrases incroyablement gratuites. Les soldats efficaces donc, mais évidemment, é-vi-dem-ment, un duo incroyable à l’avant de la Fefe.

James Harden, Kevin Durant, ce genre d’équation sans réponse, si ce n’est de croiser les doigts pour marquer plus de points qu’eux. Un barbu qui a encore prouvé que le noir lui allait mieux que le bleu, mais que dans tous les cas il mangeait aussi bien des frites qu’il mangeait la concurrence. Trop vif, trop adroit une fois le défenseur passé, trop ballerine sur ses step backs, trop tout, et trop énervant quand il décide de passer la balle à… Kevin Durant quand il a la flemme d’y aller seul. rendez-vous compte : 18 secondes à vous chier dans la couche en défense sur l’attaquant le plus injouable de ces trois dernières années, et quand vous pensez avoir fait le plus dur c’est l’un des trois meilleurs attaquants de… l’histoire qui se saisit de la gonfle pour vous planter comme une vulgaire motte de beurre. KD l’a fait toute la soirée, une fois de plus avec un calme assez incroyable, et c’est d’ailleurs lui qui se chargera d’éteindre en toute fin de match le feu des espoirs de Milwaukee, après avoir cumulé avec Harden 42 des 64 pions des Nets en deuxième mi-temps.

34/6/12 pour Ramesse, 30/9/6 et le dagger pour Kev, dagger car Khris Middleton loupera au buzzer l’occasion de braquer les Nets, ou l’occasion d’envoyer tout le monde dans une overtime sur laquelle on n’aurait pas craché en milieu de nuit… s’il avait plutôt servi un Giannis déçu sous le cercle. Une chose est sûre ou plutôt deux : il faudra se lever très tôt pour aller taper ces Nets-là, et si ces messieurs Giannis, Khris and co. voulaient bien se débrouiller pour nous offrir un Nets-Bucks en Finales de Conf nous leur en serions très reconnaissant, avec tout le respect qu’on a pour Jimmy, Jayson ou Joel. Non, on n’a pas mis Julius, faut pas pousser.

stats Nets Bucks 19 janvier 2021

1 Comment

1 Comment

  1. Nicolas71

    19 janvier 2021 à 8 h 54 min at 8 h 54 min

    Car il mangeait aussi bien des frites que la concurrence . Bon ça va peut-être aller depuis 2 semaines les blagues sur son physique dans chaque article qui parle de lui . On à compris qu’il a quelques kg en trop …

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top