Spurs

Les Spurs de LaMarcus Aldridge, Rudy Gay et DeMar DeRozan trop forts pour LeBron : bienvenue en 2015, ça sent la grosse saison des Warriors

LaMarcus Aldridge -pari

Il est pas mal là ce rookie, Andrew Wiggins.

Source image : YouTube

Après deux victoires face aux Spurs puis deux face aux Grizzlies, les Lakers retrouvaient cette nuit… les Spurs, parce que LeBron James a donc demandé à Adam Silver de disputer un championnat à trois équipes, dont deux équipes claquées si possible. Sauf que cette nuit les Spurs avaient la dalle, sauf que cette nuit les Spurs avaient ressorti leurs meilleurs vieux du congelo.

Il n’y aura pas forcément des tonnes de victoires cette année à San Antonio mais méfiez-vous toujours de l’eau qui dort, car ce n’est pas au vieux Pop qu’on apprend à faire des grimaces. On parlait pas plus tard qu’hier du début de saison prometteur du tank Keldon Johnson, Dejounte Murray se comporte comme un leader, Lonnie Walker IV est un vrai joueur NBA et Devin Vassell a une marge de progression énorme et donne déjà entière satisfaction, ça c’est pour les jeunes. Pour le reste ? L’EHPAD de San Antonio se porte bien merci pour lui. On avait vu Patty Mills prendre littéralement feu il y a quelques jours face aux Clippers, Rudy Gay reste une valeur sûre en sortie de banc, DeMar DeRozan possède cette particularité de ne pas faire rêver mais de n’avoir aucun défaut, et cette nuit ce sont donc… LaMarcus Aldridge et son gros pif qui ont refait surface dans le NBA game. Donnant la leçon à Anthony Davis et nous rappelant ainsi quel merveilleux joueur il fut et quel merveilleux joueur il est encore capable d’être par séquence, LMA a matraqué la raquette des Lakers pendant trois quart-temps, prenant la suite d’une entame de match monstrueuse de DeMar DeRozan et voyant du banc… Rudy Gay faire l’écart en début de quatrième quart-temps.

En face LeBron jouait les cracks dans son beau maillot bleu mais se voyait quelque peu abandonné par un AD qui finira mieux qu’il n’avait commencé, et au final ce sont bien les Spurs qui allaient chercher une deuxième win de suite au Staples Center après une série un peu cheum de quatre défaites. SA qui gagne à LA grâce à LMA et DMDR malgré un bon duo LBJ AD, on se croirait dans des Chiffres et des Lettres et ce n’est finalement pas étonnant puisque Gregg Popovich demeure à ce jour le seul humain avec Bertrand Renard à avoir connu les débuts du célèbre jeu télévisé.

Pour terminer sur une note basket ? Disons que les Spurs, à défaut de nous vendre du rêve tous les soirs, prouvent chaque semaine un peu plus que quoiqu’il arrive ils ne meurent jamais. Cette nuit tout le monde était sur le pont, offensivement et défensivement, et quand ça joue comme ça au basket, même un champion en titre peut repartir la queue entre les jambes. Cqfd.

stats Spurs Lakers 8 janvier 2021

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top