Suns

Mikal Bridges, le plus grand cauchemar de ton attaquant préféré : si la meilleure défense NBA est à Phoenix, c’est pas pour rien

mikal bridges

Le papa de Donovan Mitchell.

Source image : YouTube

Invaincus dans la bulle, les Suns confirment leur ascension dans ce début de saison, eux qui répondent aux attentes suite à l’arrivée de Chris Paul avec cinq victoires en six matchs. Et l’une des grandes raisons de leur succès actuel, c’est leur capacité à limiter les attaquants adverses. La grande spécialité du jeune ailier Mikal Bridges, qui fait des misères aux meilleurs. 

Non, le titre de cet article n’est pas racoleur, c’est bien une réalité à l’instant T. La meilleure défense de la NBA se situe aujourd’hui à Phoenix. On peut dire que ce n’est que le début de saison, et c’est vrai, mais si les Suns possèdent le meilleur bilan de toute la Ligue à l’heure actuelle, c’est notamment parce qu’ils dominent les principales catégories défensives. On vous balance quelques stats histoire de vous illustrer tout ça : premiers au nombre de points encaissés en moyenne avec 98,7, et troisièmes à l’efficacité défensive avec 100,7 points encaissés pour 100 possessions. Du solide. Et ce n’est pas comme si les Suns avaient joué les Warriors ou le Thunder non-stop depuis le début de saison hein. Au menu ? Y’avait les Mavericks, de séduisants Kings, les Pelicans, le Jazz et les Nuggets. Pas facile comme programme, mais les Suns ont géré ça comme des chefs pour se retrouver aujourd’hui au sommet de l’Ouest. L’arrivée de Chris Paul ainsi que celle de Jae Crowder ont clairement permis aux Suns de franchir un cap dans leur propre moitié de terrain sur ce début de saison. Cependant, c’est un ancien qui fait le plus de dégâts en ce moment. Enfin « ancien », il n’a que 24 ans mais il est dans sa troisième saison avec Phoenix. Au milieu de l’effort collectif des hommes de l’Arizona, symbolisé notamment par l’engagement de Devin Booker et les progrès de Deandre Ayton, un dénommé Mikal Bridges réalise un vrai chantier face aux meilleurs attaquants adverses.

Luka Doncic, Buddy Hield, Brandon Ingram, Donovan Mitchell, ils ont tous goûté à la défense de Mikal Bridges sur ce début de saison, et ils ont tous passé une soirée compliquée. Seul Jamal Murray la nuit dernière a réussi à bien s’en sortir, profitant souvent des écrans de ses copains pour trouver des ouvertures. Mais globalement, Bridges mène la vie dure à la concurrence. On n’est pas surpris car sa contribution défensive ne date pas d’hier mais maintenant que Phoenix gagne et que l’ensemble de la défense suit, ça mérite bien qu’on s’attarde dessus un peu plus. Ailier d’1m98 possédant des bras à rallonge et une envergure de 2m16, le produit de Villanova est le genre de gars à provoquer des cauchemars chez les attaquants d’en face, souvent asphyxiés par son activité défensive et ses fondamentaux solides. Demandez donc à Spida ce que ça fait de se coltiner Mikal possession après possession. Dans le périmètre, il est un véritable expert quand il s’agit de mettre son adversaire sous pression afin de le pousser à la faute. Il brille aussi par sa polyvalence, lui qui est capable de défendre des meneurs, des ailiers, voire même des intérieurs. On parle d’un joueur qui se retrouve sur Damian Lillard le lundi, Kawhi Leonard le jeudi et Doncic le week-end. Un véritable couteau suisse défensif, redoutable également pour provoquer des turnovers à travers sa capacité d’anticipation (1,5 interception par match en carrière), et présent pour protéger le cercle (1,3 contre en moyenne cette saison) sur pénétration de son adversaire, en aide ou en mode chasedown.

L’impressionnant répertoire défensif de Mikal Bridges devrait logiquement lui permettre d’intégrer un jour l’une des deux meilleures équipes défensives de la saison, encore plus si les Suns se mettent vraiment à gagner. Mais cette année, il pourrait bien terminer avec une autre récompense dans les mains, celle du Most Improved Player. Car si son apport défensif est égal à lui-même, sa contribution offensive est passée au niveau supérieur sur ce début de saison, avec une moyenne de 15,3 points à 53,3% au tir dont 50% du parking (contre 9,1 points à 51% dont 36% de loin l’an passé). Le deuxième scoreur des Suns derrière Devin Booker, ce n’est ni Chris Paul ni Deandre Ayton mais bien Bridges, qui a notamment profité de l’absence de Dario Saric pour se montrer un peu plus. Drafté en dixième position en 2018 avec l’étiquette de 3 & D collée sur le front, Mikal semble sur la voie pour devenir bien plus que ça, à savoir un véritable two-way player, capable de scorer autrement que sur catch & shoot, capable de chercher ses points à mi-distance ou en posant la balle au sol pour attaquer le panier. Très prometteur pour la suite.

Les Suns cartonnent, et Mikal Bridges n’est évidemment pas étranger à leur excellent début de saison. Sa défense est étouffante, tandis que sa production et ses responsabilités offensives augmentent sensiblement. On vous prévient, ce n’est sûrement que le début.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top