Hornets

Cody Zeller s’est fracturé la main : cette fois-ci, Zeller pour les Hornets… de se mettre au small-ball

Cody Zeller 23 mars 2020

Zeller de dire au revoir.

Source image : YouTube

Premier match de la saison et déjà une galère pour les Hornets. Cody Zeller a dû abandonner ses coéquipiers lors d’une triste défaite face à Cleveland hier soir après s’être fracturé la main. S’il est trop tôt pour connaître la durée de son indisponibilité, le pivot laisse le secteur intérieur des Hornets se dégarnir copieusement (ce n’est pas une attaque personnelle) et se transformer en mi-désert mi-Comté des Saquet. Bismack Biyombo, P.J. Washington, Muggsy Bogues et la mascotte prétendent désormais au poste 5 de Charlotte.

C’est après 6 points, 3 rebonds, 3 interceptions et 1 contre en 19 minutes de jeu que Cody Zeller a dû rentrer aux vestiaires dans le dernier quart-temps du match d’ouverture de Charlotte, sachant qu’il ne pourrait pas revenir sur le terrain pour éviter une défaite des siens face aux Cavaliers (121-114). Dans un air de déjà vu, le frère de Tyler et Luke Zeller s’est fracturé la main, gauche cette fois-ci, et devrait selon ESPN subir une absence conséquente même si l’on n’en sait pas plus à l’heure actuelle.

Si ce magicien du basket qui tournait à 11 points et 7 rebonds de moyenne la saison dernière voit sa quête du MVP prendre du plomb dans l’aile dès le premier match de la saison, il va surtout créer des maux de tête à James Borrego, qui voit là un de ses rares big men/fidèles soldats exemplaires aller à l’infirmerie… ou, au contraire, lui enlever une épine du pied ? Voilà un argument tout trouvé pour jouer avec un frontcourt Gordon Hayward – P.J. Washington et capter autant de rebonds qu’il y a de trophées dans la vitrine des Hornets. De toute manière et sauf surprise avec les jeunots Jalen McDaniels ou Vernon Carey Jr, 32è choix de la dernière Draft, c’est soit ça, soit Bismack Biyombo… Choisir c’est renoncer comme on dit.

On souhaite un prompt rétablissement à l’ami Cody et un bon courage aux fans des frelons qui perdent là un supplément d’âme certain et qui risquent d’être déçus alors qu’ils ne s’attendaient à rien. On passe en mode tanking et trust des highlights pour voir des grands alley-oops avec LaMelo Ball au air-ball déguisé en passe et Miles Bridges à la réception dans des défaites de 30 pions ?

Source texte : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top