Nuggets

Flashback : le premier triple-double en carrière de Nikola Jokic, et trois ans plus tard le bougre en est à 41

Nous sommes le 4 février 2017, ou plutôt dans la nuit du 3 au 4, enfin bref dans un an tout pile mon fils verra le jour, mais ça tout le monde s’en tamponne. Cette nuit-là Nikola Jokic va ouvrir un tiroir qu’il n’est pas prêt de refermer, celui des triples-doubles. La première victime se nomme Milwaukee Bucks, quarante autres viendront ensuite et quelque chose nous dit que le décompte est loin d’être terminé.

Ca date de trois ans et demi seulement… mais ça pue déjà le old-school. A l’époque Russell Westbrook sort d’une saison en triple-double DE MOYENNE, la deuxième de l’histoire seulement après Oscar Robertson 55 ans plus tôt, et tout doucement le triple-double rentre dans les mœurs NBA comme un accomplissement pas si exceptionnel que ça. Il faut dire qu’aujourd’hui des gamins sans poil comme Ben Simmons ou Luka Doncic ont déjà – ou sont sur le point de – dépassé des légendes comme Michael Jordan ou Elgin Baylor car, oui, taper un 25/12/12 n’est plus forcément considéré comme un exploit. Celui qui sort plus que bien la tête de l’eau à ce petit jeu-là ? Nikola Jokic bien sûr, auteur depuis ce soir de février 2017 de la bagatelle de 41 triples-doubles, ce qui le place d’ailleurs à une toute mignonne place dans le Top 10 all-time des spécialistes en la matière.

Ce soir-là Jabari Parker est encore un prospect sur qui l’on compte énormément, un certain Giannis Antetokounmpo commence à faire flipper pas mal de gens, mais c’est bien le pivot serbe des Nuggets qui va squatter le haut de l’affiche avec une victoire couplée à son premier triple-double en carrière. 20 points, 12 rebonds, 11 passes, c’est propre sans être complètement dingue, mais c’est surtout le top départ de la domination statistique de l’ogre. Rebelote dix jours plus tard face aux Warriors, puis quinze jours plus tard contre les Bulls, puis Bucks de nouveau, puis Clippers, puis Hornets, puis bla, bla et blablabla, vous connaissez la suite.

L’acte 1 d’une série en cours qui pourrait bien devenir  l’une des plus grosses de l’histoire dans quelques années. Et si Oscar 1er, Russel Westbrook et Magic Johnson ont encore quelques hectomètres d’avance, le podium pourrait bien se rapprocher très vite si le rythme reste le même dans le Colorado.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top