Pacers

Insolite : on vit donc à une époque où on fait un article à chaque fois que T.J. Warren joue un match de basket

T.J. Warren 4 août 2020

Quand t’es déjà prêt à manger les prochains qui débarquent.

Source : YouTube

On en avait déjà fait tout un foin il y a deux jours à peine, il faut dire que le gazier avait joué un sacré drôle de tour aux Sixers. Partageur, T.J. Warren a donc enchaîné cette nuit face aux Wizards, et il porte désormais son total à 87 pions en deux matchs dans la bulle. Doit-on rappeler qu’il a été envoyé gratuitement dans l’Indiana par les Suns ? On nous fait signe qu’on vient de le faire.

La démo fut all-time avant-hier dans un match au couteau, et ce match face à de faibles mais valeureux Wizards aura plutôt servi de magnifique confirmation à la non-moins magnifique forme de T.J. Warren. Tellement fort qu’il a réussi à faire trembler son meilleur ami Jimmy Butler alors qu’il était à l’autre bout du parc, Teejay a donc récidivé, infligeant une sanction à hauteur de 34 points aux Sorciers de Washington, des Sorciers qui ne jettent malheureusement pas des masses de sort en ce mois d’août. 34 points à 14/26 et 5/5 aux lancers, on passera sur le 1/6 du parking car il faut bien pêcher quelque part, 34 points accompagnés de 11 rebonds, 4 passes, 3 steals et 4 contres, alors ok donc le type est à deux potatoes de lâcher un five by five en plus d’être le meilleur scoreur de toute la Ligue depuis la reprise ? Tu me feras le plaisir d’endiguer la pandémie de COVID par la même occasion, et merci de résoudre tous les problèmes de faim dans le monde et de réchauffement climatique pendant qu’on y est.

Car c’est clairement ce genre de gars que T.J. Warren est en train de devenir. Pas de Domantas Sabonis, un Victor Oladipo encore bien timide, un Malcolm Brogdon qui n’a pas la trempe d’un giga-scoreur, deux frères Holiday qui ne font même pas un vrai joueur en les additionnant et un T.J. Leaf qui non rien, et voilà que l’ami T.J. a très vote compris qu’il manquait un daron dans la maison, rôle qu’il accepte avec délectation et sans aucune empathie pour ses victimes. Sixers, Wizards et bientôt Magic, Vavane sait à quoi s’en tenir, et surtout des Pacers qui continuent d’avancer alors qu’on leur promettait mille difficultés en Floride, une phrase qui semble résonner depuis des années mais que les hommes de Nate McMillan affichent à chaque fois sur le paperboard des vestiaires pour se donner de la force. Et ça marche.

Nouvelle très grosse perf de la plus belle story humaine de la bulle, et les Pacers qui continuent donc d’étonner, foutu pléonasme. 43,5 points de moyenne en deux matchs c’est très sale, c’est que deux matchs mais c’est très sale, surtout quand le mec qui écrit cette conclusion a besoin environ de deux ans pour atteindre ce total.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top