Lakers

Un trio Alex Caruso / J.R. Smith / Dion Waiters qui drive les Lakers ? Bienvenue en pré-saison, Dieu que c’est bon

Dion Waiters 27 juillet 2020

Deux hommes d’exception tournés vers l’avenir de leur franchise. LeBron, Anthony, il est temps de s’en aller maintenant.

Source image : NBA League Pass

C’est le genre de petit plaisir que vous aurez du mal à expliquer à un fan lambda, probablement déçu de l’intensité affichée durant ces matchs de préparation. Mais rentrez-vous bien ça dans le crâne, ces matchs ont un sens, ils ne sont pas là au hasard. Parfois utiles pour se remettre dans le bain après une blessure (Jonathan Isaac a joué hier avec le Magic), ces scrimmages sont aussi là pour nous vendre un peu de rêve, bousculer l’ordre établi. Et à ce petit jeu-là, les Lakers ont fait très fort hier soir.

Pas de LeBron James hier face aux Wizards, car ce serait définitivement très con de glisser sur une peau de banane deux jours avant la « vraie » reprise. Idem pour Anthony Davis, en plus le pauvre homme s’était mangé une belle fourchette il y a deux jours alors on passe un tour et on se retape à 100%. Sans leurs deux stars ? Les Lakers ont la particularité de pouvoir compter sur des joueurs talentueux mais pas forcément connus pour leurs skills en géopolitique ou en physique/chimie. Une manière polie de dire que LeBron et AD sont entourés de joueurs talentueux mais un peu niais sur les bords. Aucun jugement car c’est évidemment pour ça qu’on les aime. JaVale McGee, Dwight Howard, Kyle Kuzma, Jared Dudley ou Markieff Morris à l’intérieur ? On part à la guerre quand vous voulez mais on évitera de leur faire faire un exposé sur la relativité, merci. Kentavious Caldwell-Pope, Rajon Rondo, Dion Waiters ou Saint-Gérard sur les lignes arrières ? Attendez-vous à tout sauf à un match de basket normal, mais c’est ça qu’on veut, c’est ça qu’on aime. Et hier, en l’absence donc des deux superstars mais également de Kyle Kuzma et Dwight Howard (rendez-vous chez Yves Rocher selon les sources), Frank Vogel a donc pu s’en remettre à un trio magique, de ceux qui vont fantasmer n’importe quel amoureux du basket et de l’alcool. Emoji coeur, émoji flamme, émoji bière.

J.R. Smith, Alex Caruso, Dion Waiters, tiercé dans l’ordre. Le premier ? Tout simplement injouable, à son niveau nous-direz vous. 20 points et 5 rebonds, 6/7 du parking dont un 4/4 initial sans même prendre le temps de toucher autre chose que de la ficelle, et voilà que tout à coup notre classement pour le trophée de MVP s’en trouve tourmenté. Il fallait un guide pour cette équipe amputé de quatre de ses tous meilleurs éléments, et évidemment Gérard s’est chargé de cette mission divine, avec le sourire et ces petits yeux vitreux qui le caractérisent tant. A ses côtés ? Un Alex Caruso responsabilisé, de plus en plus chauve mais de plus en plus swag, de plus en plus valuable et donc de plus en plus près du Hall Of Fame maintenant qu’il a intégré celui de notre cœur, bordel  on dirait du Keen-V. 17 points, 5 rebonds, 6 passes et 3 steals, et ce look à ne pas y toucher qui lui permet encore et toujours de surprendre son adversaire, tel un petit Pokemon que l’on a envie de caresser avant que ce ne soit lui qui le fasse mais à sa manière. Le troisième larron ? Dion Waiters, adorateur de bonbons Haribo et auteur d’une bien belle session scrimmages. Déjà bien en vue lors des deux premiers matchs, Dion le frisson a remis ça la nuit dernière en prenant 17 tirs en 18 minutes, moyenne basse, et en en rentrant surtout plus de la moitié pour finir avec 18 points au compteur dont trois buckets dans le money time. L’addition s’il vous plait ? 55 points pour le trident de l’amour, gardez la monnaie. De quoi donner des idées à Frank Vogel, et pourquoi pas faire débuter LeBron James sur le banc, faut dire qu’il  n’est plus tout jeune non plus.

Important de dire tout de même que les Lakers ont donc battu les Wizards pour leur dernier match de pré-saison, mais on est d’accord que l’essentiel est ailleurs. Voir nos héros du quotidien enflammer le dancefloor en plein mois de juillet c’est bien ça qui pimente notre quotidien, alors on en redemande tous les jours. Tous. les. Jours.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top